. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Clôture du 6e Sommet du G5 Sahel :Le Président de la République appelle à une meilleure anticipation des risques et une meilleure coordination des interventions

Mardi 25 Février 2020 - 20:05

Clôture du 6e Sommet du G5 Sahel :Le Président de la République appelle à une meilleure anticipation des risques et une meilleure coordination des interventions
Les travaux de la 6e session ordinaire de la conférence des Chefs d'Etat des pays du Sahel ont été clôturés, mardi soir au Palais des congrès à Nouakchott.

A cette occasion, le président en exercice sortant du Groupe, le président burkinabé Rock Marc Christian Kaboré a remis le drapeau du groupe au nouveau président en exercice, du G5 Sahel, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, président de la République Islamique de Mauritanie.

Par la suite, le Président de la République prononcé le discours de clôture dans lequel il a souligné que les niveaux de dépenses sécuritaires du G5 Sahel ont atteint des proportions de plus en plus insoutenables pour Etats membres et constituent autant de ressources en moins pour des priorités de premier rang, qui demandent des investissements importants, en particulier, l’éducation, la santé et l’éradication de la pauvreté dans toutes ses dimensions.

Son Excellence M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a appelé à une meilleure anticipation des risques et une meilleure coordination des interventions notamment dans les zones les plus sensibles.

Il a précisé que la feuille de route de la Présidence mauritanienne, placée sous le thème, « Jeunesse et Espoir » et qui est à la fois ambitieuse et réaliste, repose sur les cinq principaux axes la sécurité et la défense, la résilience, le développement humain et les infrastructures et le renforcement du dialogue intra et intercommunautaire 4. Le renforcement de l’action diplomatique d’accompagnement.

Voici le texte intégral du discours :

« Excellence, Monsieur Roch Marc Christian Kaboré, Président du

Burkina Faso, Président en exercice du G5 Sahel ;

Excellences, Messieurs les Chefs d'Etat ;

Excellences, Mesdames et Messieurs les Ministres ;

Mesdames et Messieurs représentants des pays et institutions membres et observateurs de l’Alliance Sahel ;

Mesdames et Messieurs représentants des organisations internationales ;

Monsieur le Secrétaire permanent du G5 Sahel ;

Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique ;

Distingués invités ;

Mesdames et Messieurs,

Le sommet qui s’achève nous a permis de faire le point sur la situation régionale. Il marque une nouvelle fois, s’il en est besoin, notre détermination à œuvrer ensemble en faveur de la promotion de la paix, de la stabilité et de la prospérité au Sahel.

Il confirme, hélas, le constat peu reluisant que notre région fait face à une situation sécuritaire qui se dégrade et se complexifie sans cesse alors que le soutien de la communauté internationale tarde à se hisser au niveau des attentes légitimes des populations sahéliennes.

Nul besoin, pourtant, de rappeler, qu’investir au Sahel, c’est également investir en faveur d’une stabilité qui va bien au-delà de cette région. Car les visées transnationales de l’extrémisme violent, donnent à celui-ci une incontestable dimension planétaire qui appelle une réponse internationale à la mesure du défi.

Les niveaux de nos dépenses sécuritaires ont atteint des proportions de plus en plus insoutenables pour nos Etats et constituent autant de ressources en moins pour des priorités de premier rang, qui demandent des investissements importants, en particulier, l’éducation, la santé et l’éradication de la pauvreté dans toutes ses dimensions.

Aussi les succès dans ces domaines sont-ils, nécessairement, tributaires des moyens qui seront mis à la disposition de nos forces de défense et de sécurité, et de nos programmes de lutte contre la pauvreté, à travers des actions à court terme et à impact rapide, indispensables à la cohésion sociale et à la résilience des populations face aux périls sécuritaires et à la dégradation persistante des écosystèmes liée aux changements climatiques et à la pression démographique.

A cet égard, nous nous réjouissons de l’adoption d’un nouveau Cadre d'actions prioritaires intégré du G5 Sahel qui nous permettra de réajuster notre approche et d’être plus opérationnels et plus efficaces sur le terrain.

De même, nous saluons l’ensemble des initiatives sous régionales et internationales, je pense en particulier à la CEDEAO, l’UMEOA et au Partenariat pour la Sécurité et la Stabilité du Sahel, qui visent à renforcer la complémentarité et la synergie des actions pour surmonter les difficultés auxquelles la région fait face.

Nous encourageons, également, les initiatives porteuses des parlementaires, des élus locaux, des plateformes des femmes et des jeunes et de la société civile qui constituent un réel atout en faveur d’une efficience de nos actions de proximité.

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Le G5 Sahel porté par une forte volonté politique constante des Etats qui le composent, demeure un mécanisme de choix pour tous ceux qui souhaitent conjuguer et optimiser leurs efforts afin d’obtenir des avancées décisives dans l’entreprise salvatrice que nous menons.

La densification continue de nos liens, à tous les niveaux, constitue un fondement sur lequel nous pouvons bâtir, afin de renforcer l’efficacité de notre organisation.

A ce propos, et au terme du mandat de mon frère et ami, le Président Roch Marc Christian Kaboré, permettez-moi, au nom de tous, de lui adresser nos sincères remerciements et félicitations pour la qualité du travail réalisé et pour avoir porté avec détermination, leadership et courage la vision de notre organisation.

Dans la même lignée, nous pensons privilégier une double orientation qui consiste à consolider les acquis et renforcer l’efficacité des actions en cours.

Il s’agit de poursuivre l’approche engagée jusqu’ici par le G5 Sahel et basée sur le triptyque, sécurité, éducation et développement.

Au plan sécuritaire, nous devons œuvrer pour une meilleure anticipation des risques et une meilleure coordination de nos interventions notamment dans les zones les plus sensibles. Il va sans dire que l’efficacité opérationnelle suppose des troupes aguerries, de plus en plus mobiles et dotées d’équipements adaptés. A ce titre, nous poursuivrons le plaidoyer en vue de l’obtention d’un mandat sous le Chapitre VII de la Charte des Nations Unies ainsi qu’un financement pérenne pour la Force Conjointe.

Pour ce qui est du volet éducatif, nous devons consolider notre dispositif d’éducation pour la paix, à travers le dialogue permanent avec les populations dans les zones de conflits, l’instauration de liens de confiance avec les acteurs locaux et la déconstruction du discours des extrémistes, notamment par la valorisation de la Déclaration de Nouakchott issue de la conférence tenue en janvier dernier, à Nouakchott, sur « Le rôle de l’Islam en Afrique : la tolérance

et la modération comme remèdes à l’extrémisme et aux luttes intestines ».

En matière de développement, nos actions doivent viser l’autonomisation accrue des populations vulnérables, particulièrement dans les zones frontalières, par la mise en œuvre de filets de sécurité, le renforcement de la décentralisation, le développement de l’économie locale, l’accès aux services de base (santé, éducation, eau), la formation professionnelle qualifiante afin de créer des opportunités d’emplois pour les jeunes et les femmes et permettre une insertion durable de ces franges sensibles de nos sociétés dans la vie active.

C’est sur cette base et en coordination étroite avec les Etats du G5 Sahel, le

Secrétariat permanent et nos partenaires, qu’est conçue la feuille de route de la Présidence mauritanienne, placée sous le thème, « Jeunesse et Espoir ». A la fois ambitieuse et réaliste, elle repose sur les cinq principaux axes suivants :

1. La sécurité et la défense

2. La résilience, le développement humain et les infrastructures

3. Le renforcement du dialogue intra et intercommunautaire 4. Le renforcement de l’action diplomatique d’accompagnement

5. La consolidation du dispositif de suivi-évaluation.

Ces cinq piliers de notre feuille de route sont déclinés en actions concrètes et formalisées en plan d’actions pour en faciliter la mise en œuvre et le suivi.

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Nous ne le dirons jamais assez, c’est grâce à notre détermination commune, à l’appui conséquent de nos partenaires et à la pertinence et à l’efficacité de nos approches, que nous viendrons à bout de l’extrémisme violent dont les visées obscurantistes sont contraires aux valeurs de démocratie et de progrès auxquelles nous croyons et qui fondent nos sociétés modernes.

Je ne saurais terminer sans remercier, au nom du gouvernement et du peuple mauritanien, l’ensemble des délégations pour la qualité de leur participation à la tenue de cette Conférence et leur souhaiter un bon retour dans leurs pays respectifs.

Je déclare close la 6e session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat du G5 Sahel.

Vive la Coopération régionale et internationale,

Vive le G5 Sahel,

Je vous remercie."

AMI
chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche