. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Biram incite l’Etat à mettre fin aux licences octroyées aux bateaux étrangers

Mardi 19 Octobre 2021 - 16:19

Les pêcheurs artisanaux ont, au cinquième jour de leur grève générale, reçu lundi matin (18 octobre) un soutien de taille. Le député et président de IRA Mauritanie Biram Dah Abeïd s’est rendu à la plage des pêcheurs pour s’enquérir de la situation. Au cours de sa visite, le leader abolitionniste a écouté  les complaintes des pêcheurs dont les souffrances sont de plusieurs ordres et  vivent, dit-il, dans des conditions qui requierent l’attention des autorités supérieures’’. Biram promet de prendre à bras le corps le problème des pêcheurs artisanaux et de toutes les autres catégories. Il a appelé les pêcheurs, les gens des petits métiers ainsi que les mareyeurs à ‘’résister aux pratiques d’un autre temps que des fonctionnaires véreux épaulés par des chats gras tentent de ressusciter’’. Il s’est engagé devant les pêcheurs à ‘’réaliser les doléances justes et équitables de toutes les catégories de la pêche artisanale dans son programme politique de 2024’’. Il a estimé que si le président Ghazouani résout cet épineux dossier ce sera à son actif.

Face à la presse, Biram a évoqué la ‘’ forte pression exercée sur la mer par les bateaux étrangers (chinois, turcs) autorisés après l’élimination du premier zonage  et ce, dans des zones sensibles. ‘’L’action de ces grands bateaux compromet la pérennité de la richesse halieutique’’, selon lui, Dans la foulée des revendications des pêcheurs artisanaux, Biram incite l’Etat à mettre fin aux  licences octroyées à ces navires qui mettent en péril la pérennité de la richesse halieutique mauritanienne.

En outre, il a appelé l’Etat  à accorder une attention particulière aux milliers de mauritaniens vivant des produits de la mer qui font partie des strates de la chaîne du travail. Le député a évoqué les fortes complications introduites dans les zones de pêche. ’’Maintenant, les pêcheurs font le triple du temps qu’ils faisaient pour aller en rade avec une cargaison de poissons et ne perçoivent que le cinquième de ce qu’il gagnait. D’où la flambée des prix des poissons’’, dira-t-il.
 

Prenant la parole, Yaali N’Diaye, président de la Coopérative ‘’Le Mole’’ et mareyeur, a dressé un tableau sombre du secteur et des difficultés incommensurables que vivent les pêcheurs artisanaux.’’Aujourd’hui notre gagne-pain est  fortement menacé. L’utilisation par les bateaux étrangers disposant  de larges autorisations du matériel et largement de filets internationaux prohibés ont fait reculer  les captures et du coup rétrécir les gains des pécheurs et  de toute la chaîne des métiers et petits métiers qui survivent de la pêche’’.

Les pêcheurs et les mareyeurs ont dénoncé la concurrence déloyale des mareyeurs étrangers avec la complicité de certains agents de l'administration dans ce secteur, la levée de la subvention sur le carburant utilisé par les embarcations de pêche et la prédominance  des syndicats dont les dirigeants sont spécifiquement issus d'une seule communauté.

Ils ont indiqué que  les responsables de ces fédérations ne cherchent pas à résoudre leurs problèmes croissants et profitent de toutes les opportunités sur leurs dos. 

lecalame.info

chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche