. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Sérieux déséquilibre diplomatique entre la Mauritanie et l’Italie jusqu’au Sénégal…

Lundi 23 Novembre 2020 - 19:08

Luigi Di Maio, ministre des affaires étrangères
Luigi Di Maio, ministre des affaires étrangères

 

D’un point de vue administratif, la situation administrative des mauritaniens résidents en Italie est tragique. Peu de gens savent que l’Etat italien ne donne aucun crédit aux documents légalisés par l’ambassade de Mauritanie à Rome comme l’acte de naissance ou le casier judiciaire vierge. La loi italienne prévoit que de tels documents, en l’occurence mauritaniens, doivent être légalisés par l’ambassade d’Italie au pays de l’étranger même en ayant fait tout le circuit administratif de légalisation ( ministère de la justice, ministère des affaires étrangères, ambassade de Mauritanie à Rome ). Ce ne serait pas dramatique si l’Italie avait autant d’ambassades dans le monde que la Mauritanie or ce n’est pas le cas ; il n’y a pas d’ambassade d’Italie en Mauritanie.

 

Pourquoi une telle mesure qui ne peut handicaper que les ressortissants de certains pays étrangers non européens ? Tracasseries administratives pour freiner voire rendre impossible l’immigration légale vu l’engorgement des consulats italiens peu présents en Afrique. Sinon comment expliquer que l’Etat italien estime par exemple que l’ambassade de Mauritanie n’est pas fiable au point qu’il faille s’adresser à l’ambassade d’Italie fantôme en Mauritanie représentée par une ambassadrice italienne résidente à Rabat accréditée en Mauritanie mais rien de concret en Mauritanie, ni bâtiments ni la moindre personne qui pourrait servir de trait-d’union entre l’ambassade italienne à Rabat et les citoyens mauritaniens. Pourtant la Mauritanie, pays bien plus pauvre que l’Italie, a une ambassade à Rome avec une ambassadrice, un attaché militaire, un comptable et quelques conseillers.

 

L’année dernière j’ai pu légaliser à Rabat des documents après mille difficultés car les mauritaniens sont invités à faire la queue comme les marocains et autres étrangers au Maroc et la procédure peut durer des mois ; on vous invite à faire le voyage et votre demande peut être rejetée pour une apostrophe : Soueid’ Ahmed ou Soueid Ahmed ; ce n’est pas la même chose ou Tevrag-zeina non reconnu dans leur logiciel. Il faut un papier expliquant ce que veut dire Tevrag-zeina car à l’étranger les gens naissent dans des villes du monde connues. Ils ne savent pas que chez nous, pays de l’arbitraire et des délires administratifs avec des traductions arabe-français approximatives, on naît dans tout le pays dans des villes comme Kiffa, Atar, Boutilimit mais né à Nouakchott, capitale du pays, ça n’existe pas. On ne trouve que né à Tevrag-zeina, commune parmi d'autres de Nouakchott.

 

 


Ambassadrice d'Italie à Rabat et Nouakchott Barbara Bregato
Ambassadrice d'Italie à Rabat et Nouakchott Barbara Bregato

A quoi sert d’avoir une ambassadrice accréditée en Mauritanie, une coopération italienne active en Mauritanie si rien n’est prévu pour faciliter le circuit administratif pour les mauritaniens qui, sans soutien diplomatique, devront poireauter mille ans et faire le déplacement en personne à Rabat ?

 

Nous demandons à l’ambassadrice d’Italie accréditée en Mauritanie d’être sensible à ce déséquilibre diplomatique sachant que la Mauritanie a déployé à Rome tout un service diplomatique. De même nous invitons les diplomates mauritaniens et italiens a faire en sorte que la Mauritanie ait les mêmes faveurs accordées au Maroc, à l’Algérie et à la Tunisie en matière de permis de conduire. A ce jour contrairement à ces pays dont les ressortissants peuvent changer leur permis de conduire en permis italien, nous autres mauritaniens devons le repasser après un an de résidence. Il suffit de signer un accord.

https://www.mit.gov.it/mit/site.php?p=cm&o=vd&id=308#1

 

Cela dit en cette période de Covid, qui n’a pas arrangé les choses pour des raisons qu’on peut comprendre, l’ambassade d’Italie à Rabat fait beaucoup mieux que l’ambassade d’Italie à Dakar en ce qui concerne les légalisations.

 

 


Giovanni Umberto De Vito
Giovanni Umberto De Vito

Si on peut comprendre que lors de la 1ère vague il a fallu tout arrêter, il reste scandaleux que 7 mois après la 1ère vague l’ambassade d’Italie à Dakar ne fait plus la moindre légalisation pour les étrangers, ils ne s’occupent que des italiens. Ils vous disent d’aller sur un site, d’ailleurs réservé seulement aux rendez-vous pour les visas ou que vous serez contactés si vous avez déjà fait une demande avant le Covid. 7 mois plus tard, autant en emporte le vent… Sinon vous pouvez appeler jusqu’à demain un numéro sourd. D’ailleurs voyez de quand date leur communication : 9 juillet 2020 ; bientôt 5 mois et ce n’est pas réactualisé...

 

https://ambdakar.esteri.it/AMBASCIATA_DAKAR/it/ambasciata/news/dall_ambasciata/avviso-all-utenza-prenotazione_0.html

 

Au moins au Maroc c’est écrit que le consulat Italien au cas par cas évaluera l’urgence administrative.

 

https://ambrabat.esteri.it/ambasciata_rabat/it/informazioni_e_servizi/

 

Ainsi un nombre incalculable d’étrangers en Italie sont certainement dans des situations administratives précaires voire catastrophiques à cause de cette politique diplomatique plus radicale à Dakar qu’à Rabat.

 

Voyez mon exemple : la préfecture de Perugia m’a demandé, pour certaines formalités, de dire tous les pays où j’ai été résident depuis mes 14 ans. Il faut dire que le passeport de la république islamique de Mauritanie n’arrange rien ; ce qu’on peut comprendre. Par bêtise, j’ai été honnête et j’ai dit que mon père avait le statut de chef de mission diplomatique à Dakar quand j’avais 14 ans.

 

A cette époque il n’y avait rien de biométrique et n’ayant jamais rien fait d’illégal, c’était impossible à savoir sauf si tout l’Etat italien se mettait à fouiller ma vie. Toujours est-il que pour cette raison, la préfecture m’a demandé un casier judiciaire sénégalais vierge et un autre pour tous les pays où je fus résident depuis mes 14 ans donc la Mauritanie et la France. En France, ils sont évolués, ça se fait online et on vous l’envoie chez vous s’il est vierge ; pas besoin de légaliser nulle part pour être valide en Italie.

 

 


Ainsi, en décembre 2019, soit il y a presque un an, j’ai pris un rendez-vous via le site officiel à Dakar ( code de réservation AMBDAKAR-31-12-2019-7260 ). Rendez-vous obtenu pour Avril 2020, soit 4 mois plus tard. 15 jours avant le jour de mon rendez-vous pour la légalisation, l’ambassade italienne a tout bloqué pour cause de covid en disant que je serai contacté une fois que l’ambassade reprendra ses activités. 7 mois plus tard, toujours aucune réponse de l’ambassade.

 

Qu’arriveraient-il aux italiens dans le monde si chaque pays décidait de ne s’occuper que de ses ressortissants ? Derrière tout ça, il ne faut pas négliger le zèle de certains qui en profitent pour ralentir l’entrée, la résidence ou la demande de naturalisation des étrangers.

 

 


J’ai donné une interview il y a quelque temps à un magasine français de la gauche chrétienne anticléricale où l’on me demandait ma vision de l’Italie vue de l’intérieur par un journaliste. On m’a reproché d’être quasiment d’accord avec l’extrême droite italienne face à l’afflux incontrôlé des migrants dans une Italie abandonnée par l’Europe.

 

https://www.chezvlane.com/La-crise-migratoire-italienne-un-autre-regard-Interview-d-Ahmed-Ould-Soueid-Ahmed-pour-la-revue-Golias_a7173.html

 

 

C’est dire combien je peux comprendre les tracasseries administratives si quelqu’un comme Salvini, alors ministre de l’intérieur, a pu envoyer à l’étranger des gens qui pensent comme lui car les consulats, qui gèrent ces documents, sont tenus par des gens du ministère de l’intérieur italien. Peut-être que je devrais faire signer une pétition aux commerçants et restaurateurs de Perugia pour me soutenir car ils seraient bien tristes de perdre un étranger comme moi. Reste que c’est scandaleux de fermer la porte à toute légalisation de documents pour les étrangers pendant 7 mois qui peuvent devenir 24 en attendant un vaccin au nom de la lutte contre le Covid.

 

 


Ismail Ould Cheikh Ahmed, ministre des affaires étrangères
Ismail Ould Cheikh Ahmed, ministre des affaires étrangères

Comme je sais que les articles sur de tels sujets arriveront aux autorités compétentes, j’espère que la coopération diplomatique italo-mauritanienne prendra des dispositions afin que les efforts diplomatiques soient dignes de chacune des parties car à ce jour, je le répète, la pauvre Mauritanie a une ambassade à Rome composée d’un sérieuse équipe disponible pour les mauritaniens et les italiens ayant des rapports avec la Mauritanie pendant qu’en Mauritanie il n’y a rien, pas une personne pour servir de trait-d’union avec l’ambassade à Rabat alors que l’ambassadrice est accréditée en Mauritanie.

 

Evidemment chacun sait que l’accréditation signifie juste avoir mandat de communiquer avec un Etat au nom de son pays mais cela ne devrait pas empêcher de rééquilibrer la présence diplomatique italienne en Mauritanie même composée d’un agent dans une garçonnière. J’ai moi-même un pied-à-terre à Nouakchott, je veux bien payer pour l’Italie un appartement voisin si les difficultés économiques de l’Italie l’empêchent de loger un diplomate italien. Les autorités mauritaniennes ne manqueront pas de se joindre à ma proposition pour faire un don d’un salaire annuel pour ledit diplomate dans le cadre d’une coopération Sud-Nord pour rééquilibrer la présence diplomatique entre nos deux pays.

 

Perugia le 23 novembre 2020

 

Ahmed SOUEID AHMED

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche