. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Iran: Trump inflexible, Macron appelle au dialogue

Mardi 24 Septembre 2019 - 20:28

Le président américain Donald Trump a menacé mardi à l'ONU d'augmenter encore la pression sur l'Iran, au moment où plusieurs dirigeants, le Français Emmanuel Macron en tête, multipliaient les appels au dialogue, sans succès jusqu'ici.

Dans un discours lu sur un ton monocorde, sans véritables moments forts, le locataire de la Maison Blanche a multiplié les mises en garde à Téhéran, sans ébaucher de nouvelles pistes.

"Tant que l'attitude menaçante de l'Iran continuera, les sanctions ne seront pas levées, elles seront durcies", a lancé M. Trump devant les représentants des 193 membres des Nations unies, estimant que tous les pays avaient "le devoir d'agir".

Quelques heures plus tard, son homologue français Emmanuel Macron, qui a rencontré le président iranien Hassan Rohani lundi, appelait à faire preuve de "courage" pour éviter les "risques d'embrasement" dans le Golfe.

"Plus que jamais le temps est à la reprise des négociations", a-t-il lancé.

- Médiation du Pakistan -

La chancelière allemande Angela Merkel a, de son côté, rencontré séparément MM. Trump et Rohani. Jugeant "irréalistes" les exigences iraniennes de levée de toutes les sanctions américaines, elle a dit espérer malgré tout des discussions.

AFP / LUDOVIC MARINLe président iranien Hassan Rohani (à droite) avec son homologue français Emmanuel Macron en marge de l'Assemblée générale de l'ONU le 23 septembre 2019 à New York

Preuve de l'intense activité diplomatique sur ce dossier, le Pakistan a affirmé avoir été chargé par d'une médiation par M. Trump.

"Il m'a demandé si nous pouvions contribuer à une désescalade de la situation et peut-être obtenir un nouvel accord" nucléaire, a déclaré le Premier ministre Imran Khan.

Mais la tension reste palpable. Mardi matin, l'Iran a rejeté le "réquisitoire irresponsable" de Berlin, Londres et Paris, qui ont accusé la veille Téhéran d'être responsable des attaques en Arabie saoudite.

Les diplomates réunis à New York pour la grand-messe annuelle de l'ONU spéculent depuis le début de la semaine sur une éventuelle rencontre entre M. Trump et M. Rohani, qui s'exprimera mercredi à la tribune.

Un tel face-à-face historique pourrait, espèrent ses partisans, atténuer les tensions encore accrues depuis les attaques du 14 septembre contre deux installations pétrolières saoudiennes, attribuées par les Occidentaux à la République islamique.

AFP / TIMOTHY A. CLARYAngela Merkel le 24 septembre 2019 à New York

"Les Etats-Unis ne cherchent le conflit avec aucun pays. Nous voulons la paix, la coopération et une relation productive avec tout le monde", a encore dit M. Trump. "Mais je défendrai toujours les intérêts de l'Amérique".

- Mise en garde sur Hong Kong -

Comme l'an dernier, le président américain a défendu sa vision du monde: "L'avenir n'appartient pas aux mondialistes. L'avenir appartient aux patriotes", a lancé le milliardaire républicain qui court toujours après une percée diplomatique de taille qui viendrait valider sa "méthode".

AFP / SAUL LOEBDonald Trump à l'ONU le 24 septembre 2019

Le 45e président des Etats-Unis s'est montré particulièrement ferme sur la Chine.

"Pendant des années, les abus" de Pékin dans le commerce international "ont été tolérés, ignorés, voire encouragés", a-t-il dénoncé. "En ce qui concerne l'Amérique, ces temps sont révolus".

Il a aussi assuré regarder "de très près" la manière dont la Chine gère la crise à Hong Kong.

"Le monde s'attend fermement à ce que le gouvernement chinois respecte son traité contraignant" et "protège la liberté" et "le mode de vie démocratique" de l'ex-territoire britannique.

Donald Trump a aussi parlé à sa base électorale, à quelque 400 jours du prochain scrutin présidentiel.

Il a en particulier mis l'accent sur la bonne santé de l'économie américaine et vanté la fermeté aux frontières.

AFP / Ludovic MARINJair Bolsonaro le 24 septembre 2019 à l'ONU

Il a pris la parole juste après l'un de ses admirateurs déclarés, le Brésilien Jair Bolsonaro, qui a affirmé à la tribune qu'il était "faux" de dire que l'Amazonie appartient au patrimoine de l'humanité, accusant certains pays de se comporter de façon "coloniale" à l'égard du Brésil.

Autre "ami" de Donald Trump, le Premier ministre britannique Boris Johnson devait s'exprimer en fin de journée, mais sa journée à l'ONU est parasitée par la décision spectaculaire de la Cour suprême britannique qui a annulé sa décision de suspendre le Parlement à l'approche du Brexit.

 
AFP / SAUL LOEBBoris Johnson et Donald Trump le 24 septembre 2019 à l'ONU

Jamais avare en compliments envers "Boris", M. Trump s'est dit convaincu, lors d'un tête-à-tête avec ce dernier, qu'il sortirait de cette passe difficile. Réaffirmant sa conviction que le Brexit devait être mené à bien, il a estimé que ce serait "terrible" si ce n'était pas le cas.

Et il a de nouveau promis de conclure un "magnifique" accord commercial avec Boris Johnson après la sortie de l'Union européenne.

AFP

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Banque Populaire de Mauritanie

Banque Populaire de Mauritanie


Rubriques à la une

Recherche