. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Egypte: à Minya, le choc fait place à la colère après un attentat antichrétien

Jeudi 1 Novembre 2018 - 19:34

Les familles des victimes d'un attentat jihadiste antichrétien en Egypte ont enterré leurs morts dans la colère samedi dans la province de Minya, où la sécurité a été renforcée en raison du climat tendu.

Sous haute surveillance policière, des centaines de personnes se sont rassemblées dans et autour de l'église du prince Tadros pour les funérailles, a constaté un journaliste de l'AFP. Plusieurs fidèles submergés par l'émotion ont été pris de malaises.
 
 
"Nous n'oublierons pas les promesses des responsables, y compris celles du président de la République, de châtier les criminels", a lancé à la fin des prières l'évêque de Minya Makarios à l'église de la communauté copte, cible d'attentats jihadistes meurtriers en Egypte, pays à grande majorité musulmane.

Les cercueils de six des sept victimes ont été transportés vers le cimetière de Minya, à quelque 250 km au sud du Caire. La septième victime, de confession évangélique, a été enterrée dans la nuit.
 
Des proches pleurent la perte d'un des leurs dans une attaque antichrétienne dans la province égyptienne de Minya, le 3 novembre 2018 / © AFP / STR
Vendredi, des assaillants ont ouvert le feu sur un bus transportant des fidèles chrétiens, tuant sept et blessant sept, un attentat revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique (EI) près d'un an après sa dernière attaque contre cette minorité chrétienne. Les fidèles rentraient chez eux après avoir effectué un pèlerinage au monastère de Saint-Samuel.

Une enquête a été ouverte et les forces de sécurité, présentes en masse dans le secteur, poursuivaient leurs recherches pour retrouver les auteurs de l'attaque.

- "Sentiment de haine ?" -
 
Prières dans une église de la province égyptienne de Minya le 3 novembre 2018 pour les victimes d'une attaque jihadiste qui a fait 7 morts la veille / © AFP / MOHAMED EL-SHAHED
Dans la nuit, à l'hôpital de Minya, les familles des victimes étaient en colère et la tension perceptible, ce qui a poussé les autorités à renforcer la sécurité dans le secteur.

"Je ne le verrai plus ...": devant l'entrée de la morgue, une femme assise à même le sol pleure son fils, en attendant son corps pour l'enterrer.

A côté, un groupe de personnes se précipitent pour porter le cercueil d'une des victimes et le poser dans une ambulance qui le conduira à l'église.
 
Egypte : principales attaques contre les coptes depuis 2011 / © AFP / Sabrina BLANCHARD, Thomas SAINT-CRICQ
Devant l'hôpital, Michel, 23 ans, se demande si l'objectif de l'attaque est de créer un sentiment de haine parmi les coptes à l'égard des musulmans. "Que veulent ces terroristes ? Que nous haïssions les musulmans ?", dit à l'AFP ce jeune homme qui a perdu un voisin dans l'attaque.

"Dois-je porter une arme pour aller prier ou plutôt rester chez moi pour ne pas être tué en me rendant à l'église ?", poursuit-il déplorant la mort de "trois frères, âgés de 45, 41 et 15 ans" dans l'attentat. 

L'EI a revendiqué l'attaque. "Les auteurs de l'embuscade sur la route du +monastère de Saint-Samuel+ à Minya sont des combattants de l'Etat islamique", a indiqué l'organe de propagande des jihadistes Amaq.
 
Un homme se recueille dans une église de Minya, le 3 novembre 2018, où 7 fidèles chrétiens ont été tués la veille par un nouvel attentat jihadiste visant la communauté copte d'Egypte / © AFP / MOHAMED EL-SHAHED
- "Combattre le terrorisme" -

Selon un religieux copte qui a accompagné l'évêque Makarios à l'hôpital, les 24 rescapés de l'attaque "ont été conduits à l'église du village de Cheikh Fadl pour y passer la nuit," à proximité.

La ministre de la Solidarité sociale Ghada Wali a annoncé que l'Etat allait payer 100.000 livres égyptiennes (4.900 euros) à la famille de chacune des victimes, ainsi qu'une pension mensuelle aux familles de 1.500 livres (73 euros).
 
Des proches des victimes d'une nouvelle attaque jihadiste visant la communauté copte d'Egypte, lors d'une cérémonie en leur mémoire à Minya / © AFP / MOHAMED EL-SHAHED
Une série noire a frappé les coptes depuis fin 2016. En décembre 2016, un attentat suicide, revendiqué par l'EI, contre une église du Caire, contiguë à la cathédrale Saint-Marc, siège du pape de l'Eglise copte orthodoxe Tawadros II, avait fait 29 morts. 

La dernière attaque meurtrière contre des fidèles coptes remonte à décembre 2017, lorsqu'un jihadiste de l'EI a tué neuf personnes dans une église au sud du Caire. En mai 2017, dans le même secteur que l'attaque de vendredi, 28 pèlerins coptes, dont de nombreux enfants, ont été tués à Minya par des hommes armés. Ils effectuaient eux aussi un pèlerinage au monastère de Saint-Samuel.

Le président Abdel Fattah Sissi a dit vendredi sa "détermination à continuer de combattre le terrorisme". 

L'EI parvient toujours à frapper malgré une offensive de l'armée lancée depuis plusieurs mois contre les jihadistes dans la péninsule du Sinaï, qui a fait selon les autorités des centaines de morts parmi les extrémistes. 

La communauté copte est la communauté chrétienne la plus importante et la plus ancienne du Moyen-Orient, avec environ 10% des quelque 100 millions d’Égyptiens.



(©AFP / (03 novembre 2018 14h56)
chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche