. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Au Darfour, la remise de Béchir à la CPI réjouit les habitants

Dimanche 16 Février 2020 - 16:19

Dans l'immense camp de Kalma, au Darfour, les déplacés de cette région de l'ouest du Soudan ont appris avec joie la décision prise par Khartoum de remettre à la Cour pénale internationale (CPI) le président déchu, Omar el-Béchir.

Chassé du pouvoir en avril 2019 à la suite d'un soulèvement populaire, l'ex-autocrate est accusé depuis 2009 par la CPI de génocide, de crimes de guerre et contre l'humanité lors du conflit au Darfour.

Alors qu'il était toujours parvenu jusque là à se soustraire aux mandats d'arrêts, les nouvelles autorités de transition ont annoncé vouloir remettre l'ex-président au tribunal de La Haye, où il doit être jugé.

"Tout le monde s'est réjouit lorsqu'on a entendu que Béchir serait remis à la CPI", confie à l'AFP Adam Ali, qui vit depuis de nombreuses années dans le camp de Kalma, situé près de Nyala, la capitale du Sud-Darfour.

Comme lui, les habitants de cette région endeuillée par le conflit --plus de 300.000 morts et environ 2,5 millions de déplacés selon l'ONU-- ont longtemps exigé que M. Béchir soit remis à la CPI.

AFP /Omar el-Béchir

Le conflit a éclaté en 2003, lorsque des insurgés de minorités ethniques se soulèvent contre le régime de Khartoum, aux mains de la majorité arabe, l'accusant de marginaliser le Darfour, vaste région recouvrant cinq Etats.

Pour écraser la rébellion, le gouvernement de M. Béchir déploie alors une milice appelée les Janjawid, qui sera accusée par de nombreuses ONG d'épuration ethnique et de viols collectifs.

Depuis, des milliers de ces ex-miliciens ont été intégrés dans les rangs des "Forces de soutien rapides" (RSF), une force paramilitaire dirigée par Mohamed Hamdan Daglo dit "Hemedti", désormais membre du Conseil souverain, organe formé de civils et de militaires chargé d'assurer la transition post-Béchir.

- "Victoire" -

A l'issue de longs pourparlers avec les groupes rebelles --notamment ceux du Darfour--, le premier gouvernement post-Béchir, en place depuis le 8 septembre, a pris la décision de remettre l'ancien président à la CPI.

Pour Yakoub Mohamed, un responsable au Darfour, cette décision est une "victoire pour les victimes" et pourrait contribuer à "restaurer la confiance" entre la région et la capitale.

AFP / -Adam Ali, déplacé soudanais de 65 ans, assis dans le camp de déplacés de Kalma, dans la région soudanaise du Darfour (ouest), le 12 février 2020

Dans le camp de Kalma, Hassan Issac, un déplacé de 72 ans, se dit lui aussi "soulagé", mais prévient: "si Béchir et ses bras droits ne sont pas remis à la CPI, la paix ne pourra jamais s'installer au Darfour."

Trois proches de l'ex-autocrate --l'ancien secrétaire d'Etat à l'Intérieur, l'ancien ministre de la Défense et de l'Intérieur, et l'ex-chef des milices Janjawid-- seront également remis à la Cour, mais aucun calendrier n'a été établi concernant leur remise et celle de l'ex-président.

Les conditions de "remise de M. Béchir (...) seront négociées avec la CPI et les groupes armés", a indiqué à l'AFP le porte-parole du gouvernement, Fayçal Mohamed Saleh.

- Parvenir à la paix -

Les ONG, comme Amnesty International, plaident quant à elles pour un transfert rapide de M. Béchir.

Depuis sa destitution, M. Béchir est incarcéré à Khartoum, où il a été condamné en décembre à une peine de deux ans en institution pénitentiaire pour "corruption".

AFP/Archives / Ebrahim HAMIDL'ancien président soudanais Omar el-Béchir à l'ouverture de son procès, le 19 août 2019 à Khartoum

Souhaitant rompre avec l'ancien régime, le nouveau gouvernement a entre autres promis de parvenir à la paix dans les zones de conflit au Soudan.

Début janvier, le Premier ministre Abdallah Hamdok s'est rendu dans un bastion rebelle, l'Etat du Kordofan-Sud, la première visite du genre d'un responsable gouvernemental en près d'une décennie.

Et l'annonce de la remise de M. Béchir marque une nouvelle étape dans le processus de paix, estiment les déplacés du camp de Kalma.

"Nous avons été soulagés lorsqu'il est tombé mais désormais, nous pouvons enfin commencer à nous remettre de la guerre", assure l'un d'entre eux, Jamel Mohamed.

AMI

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g




Banque Populaire de Mauritanie



Rubriques à la une

Recherche