. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Voilà ce qui arrive en Mauritanie quand on a du mérite mais pas de piston…

Mercredi 7 Octobre 2020 - 16:56

Lundi dernier je suis allé créer une société de communication au «  guichet unique » à Tevragh-Zeina. Au lieu de faire comme tout bon mauritanien qui a des relations et demander à l’entourage quelqu’un qui y travaille pour faciliter la procédure, j’y suis allé comme tous ceux qui ne connaissent personne et font le rang comme tout le monde. J’ai toujours procédé ainsi, cela me permet en tant que journaliste de voir ce qui se passe et si ça bloque, j’essaye ensuite d’autres recours pour dépasser les difficultés.

 

Ainsi une fois je suis resté un mois sans carte d’identité ni passeport à faire le rang chaque matin à partir de 8h30 à l’état-civil jusqu’à ce qu’une femme me dise que le problème d’orthographe de mon nom ne peut pas se régler ici et que je devais chercher quelqu’un au centre. Ce que je fis et ce fut réglé sous 48H.

 

 


Ce lundi, en faisant la queue pour mettre la main sur un formulaire, j’ai discuté avec les jeunes présents. A ma grande surprise l’un d’eux m’a appris qu’il n’était pas là pour créer un établissement mais qu’il était prestataire de service. Ainsi à son compte, hors des bâtiments officiels, il informe qui veut et aide à remplir les formulaires. Quand je lui ai demandé comment il a atterri ici il m’a dit qu’il a une licence en finance et comptabilité obtenue en 2017 à l’université de Nouakchott mais n’ayant pas trouvé de travail, il a décidé de se lancer dans cette activité. Il s’appelle Cheikhou Camara.

 

Je lui ai dit de m’envoyer son CV afin que je parle de son cas pour mettre un visage sur les diplômés chômeurs dont on entend tant parler. Je n’ai pas encore reçu le CV.
 


Pendant qu’on parlait, une jeune fille s’est approchée en disant qu’elle aussi a un master 2 Banque finance obtenu à l’université Gaston Berger à Saint-louis en 2016 et depuis elle n’arrive pas à trouver de travail.

 

Nous avons échangé nos coordonnées. Je n’en reviens pas. Depuis 2016, elle dépense une énergie incroyable sans rien obtenir sinon des stages d’un à trois mois dans les grandes banques de la place ( voir son CV ) : Attijari Bank Mauritanie ( service pool risque ) , Banque centrale de Mauritanie ( direction de supervision bancaire ), Société Générale de Mauritanie ( Direction Financière ).

 

 


Elle était au guichet unique avec nous afin de créer un établissement dans le cadre de son engagement associatif au profit des femmes. Passionnée d’entrepreneuriat, elle a été Lauréat «  coup de coeur «  du challenge Startup Total Mauritanie. Sur tous les fronts, elle déploie son énergie et son talent depuis 4 ans sans pouvoir trouver un travail rémunéré.

 

Elle s'appelle Aissata Ahmed Tijjani Diallo. Son mail est disponible sur son CV et pour son tel me contacter en privé

 





chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g




Banque Populaire de Mauritanie

Banque Populaire de Mauritanie


Rubriques à la une

Recherche