. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Une garde à vue singulière …

Samedi 15 Janvier 2022 - 21:11

Je reviens d’une petite mission à l’intérieur du pays - au cours de laquelle j’effectuais une enquête pour le compte d’un projet de recherche scientifique.
 
J’avais un formulaire que je devais remplir en posant des questions à des entreprises financières - qui avaient le choix de participer ou pas à l’enquête et de répondre ou pas aux différentes questions.
 
Généralement, je demande à parler avec un responsable, à qui je me présente avec ma carte de visite et j’explique l’objet de mon questionnaire. Il m’arrive de recueillir les informations de suite, ou revenir lorsque le répondant ne se trouve pas sur place.
 
Le deuxième jour de mes visites de terrain, dans la ville de X, je reçois un appel téléphonique très tôt le matin d’un inconnu (qui refuse de se présenter) et me demande de venir à la Wilaya de la région que j’étais attendue par le Wali. Je réponds que je n’avais pas eu l’honneur de demander son audience, que c’est certainement une erreur. Il insiste et me dit «c’est bien la journaliste M.A.S.», je lui dis oui c’est bien moi. 
 
J’ai tout de suite compris que c’était lié à mon enquête de terrain. Il me dit que le Wali de la Moughataa veut me voir, ce que j’ai accepté en me disant que je venais de trouver une astuce de rencontrer les Walis rapidement sans prise de Rendez-vous et sans interventions.
 
Je me prépare donc à répondre aux questions des autorités et j’avertis le bureau d’étude commanditaire de la mission de cette convocation.
 
Arrivée devant la Wilaya, je suis littéralement cueillie par 3 agents de police (dont une femme, certainement requise pour la fouille corporelle) qui m’invitèrent avec un stress contenu à les accompagner au poste du commissariat de police.
 
Arrivée au commissariat je patientais quelques minutes, avant d’être reçue par le directeur régional de la sûreté qui me fait passer un interrogatoire en bonne et due forme, mais avec politesse et respect. Je lui explique l’objet de ma visite, lui montre mon ordre de mission, le questionnaire, lui donne mes adresses, le nom de mes parents ….
 
Il m’explique que tout est en règle et que j’aurai pu m’épargner cette convocation si j’avais pris la peine de déposer une copie de mon ordre de mission au poste de police à l’entrée de la ville. Ce que j'ai promis de faire une prochaine fois.
 
A peine rentrée à ma résidence, je reçois l’appel impérieux du directeur régional de la sûreté qui me demande de revenir immédiatement au commissariat.
 
Je commençais à perdre patience et à trouver cette histoire parfaitement ridicule !
 
Je retourne au commissariat et je demande aux policiers sur place (devenus très nerveux) - et qui avaient l’air de m’attendre - de m’expliquer pourquoi j’étais là. On me dit, on ne sait pas, nous avons reçu des ordres…. Je rappelle le directeur de la sûreté et je lui demande de m’expliquer si j’étais arrêtée et pour quel délit ? Il me dit à son tour qu’il n’avait rien à m’expliquer (le ton avait changé aussi), que j’avais bien commis une faute et que je devais juste obéir aux ordres des policiers !
 
Lesquels ordres étaient secs, impérieux « assieds toi ici - viens par là - déclines ton identité …. » adieu les bonnes manières du matin.
 
Puis, on appelle mon accompagnant et on lui demande de signer sur un registre qu’il se portait garant de ma personne et de m’emmener !!
 
J’ai commencé à protester et dire que je n’acceptais pas la tutelle de quiconque avant de recevoir des explications claires, que je n’étais pas un sac de patates que chacun déplaçait à sa guise.
 
Voyant que mon accompagnant commençait à s’énerver à cause du ton des policiers et pour éviter une bagarre qui se préparait, je ravalais ma rage et je sortis de ce trou avec mes questions demeurées sans réponses !
 
Qu’est ce qui est considéré comme délit dans cette affaire ? Ne pas déposer son ordre de mission à l’entrée de la ville ? le fait d’être une journaliste ? Ou tout simplement poser des questions quand tu n’es pas flic ?…
 
Et pourtant …. les infractions portées à la loi dans mon pays ne manquent pas et leurs auteurs se baladent partout en plein jour, sans être invités par le wali, ni par le hakem, ni même toisé par un flic. Il y a  ceux qui :
  - pillent le cordon dunaire du littoral (portant protégé par l’ordonnance 2007-037 du 17 avril 2007) 
- coupent les arbres (protégés aussi par Loi 97-007 du 20 janvier1997) (Loi 042 du 26 juillet 2000) 
- tuent les animaux sauvages (Loi 9 3-037 du 20 janvier)
- polluent l’eau, l’air, la terre ou la mer (Lois 2000-045 du 26.07.2000 - n° 2018- 002 12 Janvier 2018 - (décret N° 030/99 du 13/04/1999) - (décret 067/98 du 17/06/98) - (Décret n° 64/90 du 01/08/1990) - Loi 96-025 du 8 juillet 1996, 
- importent des produits contaminés au Polluants Organiques Persistants (dont le Thé) - (décret N° 046/2002 du 11/03/02) - (2000/05 du 10/01/2000) - (Décret 066/85 du 24/08/85) - (Décret N° 049/2002 du 11 /03/ 2002). 
- tuent par excès de vitesse (décret n°2017-044/PM)
- pratiquent encore l’esclavage traditionnel ou moderne (Loi n°052/15 du 12 août 2015) …
 
Il y a aussi ceux qui détournent les mineurs, les impôts, les banques, les budgets, les droits, les libertés, les scrutins, l’éducation, la santé, le poisson, le fer, l’or, le sable, le vent, etc, etc, etc.
 
Enfin, braves citoyens, n’oubliez pas de déclarer vos ordres de mission aux autorités avant d’entrer dans une ville de votre beau pays, surtout si vous voulez éviter de vous faire trainer par des policiers peu éduqués dans un commissariat pas très propre pour subir une garde à vue inavouée !
 
La Citoyenne Lambda
 
 
 
 
 
 
 
 
chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche