. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Trois questions à Moustapha ould Abeiderrahmane, président du Renouveau Démocratique (RD), membre du FNDU :

Vendredi 12 Mai 2017 - 00:13

‘’L’opposition doit se convaincre qu’il n’y a pas d’autres moyens d’accéder au pouvoir que les voies démocratiques’’


Le Calame : Il y a quelque temps, vous aviez suggéré à l’opposition (FNDU), à travers une tribune  publiée par Le Calame, de se  trouver un candidat unique, pour la présidentielle de 2019, autour d’un programme commun de gouvernement. Le Forum vient de se lancer dans le projet, confiant la tâche à l’ancien Premier ministre de Sidioca et  président d’ADIL, Ould Waghf. Quelle est votre réaction ?
 

Moustapha ould Abeiderrahmane : J’observe que cette mission a mis, malheureusement,  trop  de temps avant d’être engagée, alors qu’elle devait relever d’une logique toute naturelle, évidemment nécessaire et indispensable. C’est, en effet, le seul moyen d’allumer, avec un minimum de chance de réussite, une lueur d’espoir parmi notre peuple, traumatisé par la pauvreté, l’ignorance et le système de gouvernance qui s’acharne, depuis le coup d’Etat de 1978, à  le diviser  pour mieux le contrôler, en navigant à vue, au jour le jour, via des slogans ordinairement démagogiques.
 

Cela étant, vaut mieux tard que jamais ! Mais, attention ! S’il faut aller vite, il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs ! Autrement dit, s’il faut se préparer et s’entendre, autour d’un vrai programme de gouvernement, réaliste, chiffré et réalisable sur une période déterminé – et c’est loin d’être facile, tant diverses sont les expériences et les références,  idéologiques et politiques, des uns et des autres – cela n’a aucun sens, si l’on n’est  pas, en même temps, décidé à négocier,  sérieusement, une coalition électorale. Or une telle entreprise suppose, au préalable, un engagement déterminé, dans le processus électoral, dont il faut, bien sûr, assurer, par la lutte sur le terrain, les conditions les plus favorables.
 

Malheureusement et jusqu’à présent, cette approche n’est pas retenue, sous le prétexte, fallacieux, qu’en s’y engageant, on donnerait un mauvais signal au régime, l’encourageant  à demeurer fermé à toute concession susceptible de produire un contexte légal « relativement » honnête, donnant des chances comparables, pour ne pas dire égales, à tous.

 

-Quels conseils donneriez-vous au président d’ADIL pour la réussite de sa mission ?
 

-L’opposition doit, avant tout, en finir avec  tous les faux-semblants ; se convaincre, fermement,  qu’il n’y a pas d’autres moyens  d’accéder au pouvoir que les voies démocratiques dont les  plus  pratiques consistent à préparer et participer aux élections, avant de les gagner. S’il s’avère, le moment venu,  que les conditions d’élections honnêtes ne sont pas réunies, il va s’en dire que tous devraient s’abstenir d’y participer.
 

C’est en partant d’une telle approche, comme fondement  de l’action,  qu’on peut négocier, raisonnablement, un programme commun et des coalitions politiques, avec cet autre principe de se dire qu’on a besoin de tous et, par conséquent, être prêt  à se faire, les uns aux autres, les concessions nécessaires.

 

 -Lors de sa prestation télévisée du 22 Mars  dernier, le président de la République a exclu tout dialogue avec  « l’opposition dite radicale ». Pensez-vous que  cette opposition doive, malgré cela, participer aux élections municipales et législatives anticipées, préconisées par l’accord du 20 Octobre ?
 

-Dans notre pays, il existe, aujourd’hui et fort heureusement, suffisamment de libertés publiques d’expression – en tout cas, bien  meilleures que dans la plupart des pays  arabes et africains – et les conditions concrètes de mise en pratique  de l’accord du 20 Octobre 2016, préconisant des élections anticipées, sont encore en gestation. Pourquoi ne pas faire des propositions précises, pour améliorer  ces conditions, afin de permettre des élections  relativement honnêtes ?
 

Si de telles propositions sont adressées, à l’attention du comité de suivi fondé à cet effet, on ne voit pas pourquoi un dialogue, autour de la préparation  des élections prévues, ne s’engagerait pas, au moins avec la partie de l’opposition de ce comité. Ce qui finirait, nécessairement, soit par engager le pouvoir, soit par l’isoler un peu plus, pour le ramener, à terme, au minimum de consensus national nécessaire, pour un passage apaisé de l’étape, cruciale  pour notre pays, de l’élection  présidentielle de 2019. Mettons donc un terme aux a priori et aux crispations, tout en restant  fermes  sur nos principes.
 

Propos recueillis par DL

source lecalame.info

chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche