. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Passons de ce que nous savons à ce que nous croyons et ne jetons l’anathème sur personne/ Par Senny Ould Khyar

Jeudi 14 Octobre 2021 - 11:00

Le président de la République son excellence M. Mohamed ould Ghazouani élu, lors du dernier suffrage universel de façon démocratique et transparente par une majorité absolue des mauritaniens - sinon, en réalité, par la quasi-totalité de ceux-ci, n’eussent été les tractations mafieuses par lesquelles l’on voulait éterniser un système d’une décennie de malversations, semble vouloir prendre tout son temps pour gérer un legs on ne peut plus pesant tant économique, politique, financier que socio-culturel. Ce faisant, cette léthargie, cette patience, cette lenteur  pour ne pas dire cette relative continuité non affichée  dans la gestion du pouvoir commencent à agacer ici et là, guère du goût de la majorité des citoyens et encore moins des acteurs politiques. Ainsi, donc, la LIMITE pyramidale de la patience du CITOYEN est-elle arrivée à son terme ? Si, je le pense ! En tout cas, les prémisses, les indicateurs annonciateurs d’un genre de RÉVOLUTION populaire l’augurent. 
 

Aujourd’hui, partout dans le pays, des voix s’élèvent en raison de la situation économique désastreuse, conséquence des effets de la pandémie du Covid19 et le mode de gestion de la nation; elles s’élèvent contre la ségrégation raciale et tribale- il faut le dire - à tous les  niveaux de la société en particulier face aux derniers choix des femmes et hommes que l’on a chargé de la gestion des hautes fonctions de la grande administration puisque presque tous issus  d’une seule et même frange de la société à la fois ethnique et tribale. Oui, elles  s’élèvent, cette fois-ci, en termes d’émeutes et de manifestations que notre société n’a jamais presque connues, sinon différemment.  Elles avancent, ces voix, grondement, pour que le Pouvoir se réveille, s’inquiète et comprenne que ce peuple esclave de son génie génétique risque fort bien de ressembler ou plutôt d’imiter- quelque part-, enfin, les peuples sensibles à l’oppression sous tous ses visages.
 

Irresponsabilité cruelle
 

Il tient  ce peuple-ci à connaître  et vivre la  concrétisation- qu’on le veuille ou pas - de l’inexécutable promesse électorale consistant à engager un dialogue national -et non une concertation-, censée traiter de toutes les questions culturelles, économiques et socio-politiques; normal, n’est-ce pas, un réveil des consciences, un objectif responsable et nationaliste afin que notre très chère petite patrie ne connaisse les drames des guerres civiles vécues à côté de nous et loin de nous, partout sur cette petite planète malmenée par les plus richement riches. Car vouloir taire l’injustice et faire taire un peuple dans la négation continue de ses droits est une IRRESPONSABILITÉ cruelle: ce serait une  catastrophe que l’on ne saura, ici, jamais, en juger des conséquences néfastes et prévisibles. Alors que nous nous trouvons dans une République dont les soubassements fondamentaux sont, au départ, l’œuvre d’un groupe d’hommes conscients des difficultés qu’ils n’ignoraient; ils étaient blancs et noirs, solidaires, intègres et honnêtes quand bien même, malheureusement pour notre pays,  toute la dialectique et la logique de l’histoire et de la géopolitique d’antan,  pourtant encourageante, ont fini par succomber face aux erreurs politiques impardonnables.

Autrement dit, penser ou considérer que le peuple Mauritanien est l’éternel passif acteur toujours prêt à tout engranger, absorber relèverait en ces moments  critiques de notre histoire d’une cécité, d’un aveuglement, mieux dit de l’Ignorance absolue: C’est méconnaître le vent fatidique des changements ! Non, cette nation- ci semble décidée contre vents et marées à se mobiliser, à lutter, à se sacrifier, même dans le sang inéluctablement  si l’on continuait à la traiter de la sorte. Que nous sachions que ce peuple tient définitivement à la paix sociale en raison de ses valeurs religieuses, un sang partagé issu du legs de ses ancêtres en faveur d’une répartition juste, équitable et constante des richesses de notre pays, ces richesses- ci concentrées aujourd’hui, toutes, entre de sales mains dépourvues d’honnêteté, d’intégrité morale et bien sûr de probité: la voie vers l’installation d’une vraie démocratie dont la JUSTICE serait le fondement est dorénavant ouverte sans sentinelles à tous égards… 
 

Résignation fataliste
 

 Est-ce un signe de maturité ? Oui, c’en est UN ! La constatation on ne peut plus partagée de ce mutisme incompréhensible des hautes autorités- au départ animées de bonne volonté- qui balbutient, qui traînent les pieds, qui se concertent à tort et travers, se jaugent et se contemplent en chiens de faïence dans la sempiternelle  hypocrisie qui nous connaît en est la preuve. Car le temps du Grand Débat nous a rattrapés malgré nous, la volonté populaire nous contraint-même si elle n’était bien assimilée-  et le Réflexe de la survivance aux vrais maux de notre société sont autant de vérités qui subjuguent en cette conjoncture plus que jamais. Ne croyons point que ce peuple comme à l’accoutumée soumis, vivant une fausse quiétude nourrie par des promesses, des mensonges par lesquelles on l’abrutit, meurtri dans les tréfonds de son âme ne pourrait survivre un jour aux méandres de cet enfer terrestre est frappé d’une condamnation divine. Non ! Détrompons-nous! L’on n’arrivera plus à le contraindre à la résignation fataliste dont il souffre depuis cette indépendance acquise, pourtant, dans la volonté de construire un pays musulman tout entier dans sa riche diversité.
 

Après plus de six décennies mouvementées,  ce passé triste et dégradant, humiliant et désastreux, l’heure est au constat, à l’identification, in fine,  de ceux qui d’entre le pouvoir et l’opposition politique en général  si tant elle en était une- puisqu’affaiblie par la conjugaison des pressions des pouvoirs et des opportunistes-, la société civile, les indépendants- s’il y en a d’ailleurs-, les féodaux, les tribalistes, les régionalistes et les racistes, et d’autre part  les éternels opprimés, les  marginalisés, les pauvres, les affamés, bien plus nombreux que les premiers, gagneront. C’est le vrai et réel combat que connaît aujourd’hui la MAURITANIE. Notre curiosité sera assouvie sans doute, et les perdants connaîtraient le même sort que leurs semblables d’ailleurs.

À l’analyse, c’est pour dire que la responsabilité incombe non seulement au pouvoir, constitutionnellement garant en premier chef de la paix sociale mais elle incombe aussi et davantage à cette imbrication socialo-politique et financière de sources antagonistes d’essence qui agissent sur le pouvoir par un mécanisme d’influence systémique, et ce dépit de la volonté et du courage du pouvoir central. Dans ce contexte, j’oserai dire, qu’étant donné que le peuple Mauritanien qui se connaît dans sa majorité écrasante à la perfection est aussi responsable de son sort que l’est Notre Président vis-vis de lui. Mais, celui-ci, notre Président qui  est aujourd’hui encerclé, embobiné,  presque par les mêmes individus chevronnés de la petite "science politique"locale  du mercantilisme abject, par la même Mafia político- financière, les mêmes ténors et persévérants représentants du tout mécanisme tribalo-régional, ne réussira seul sans le détermination de ceux qui l’ont  pourtant bien élu.

Néanmoins nous ne  cesserons de lui rappeler à chaque fois que de besoin qu’il a, encore, la chance de marquer l’histoire de ce petit pays, riche pourtant de son sous-sol, de sa renommée historique et de sa culture, de Femmes et Hommes francs, compétents, intègres et dignes. En un mot, capables de briser ensemble avec lui et son armée nationale ces chaînes de fer monstrueuses qui se sont constituées en obstacles à l’Etat de Droit. Avancez votre Excellence M. le Président et rapidement ! Ne vous arrêtez pas au premier pas et méfiez-vous de l’histoire, du présent et de l’avenir: tout un volcan éteint dont le réveil se fait déjà sentir… 

lecalame.info

chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche