. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Mobilisation des femmes victimes de Cheikh Ridha

Mardi 30 Juillet 2019 - 15:43

Mobilisation des femmes victimes de Cheikh Ridha

Plusieurs centaines de femmes victimes d’un scandale immobilier sous la forme d’une arnaque appelée « Affaire Cheikh Ridha » du nom d’un érudit mauritanien, ont réaffirmé leur détermination à recouvrer «leurs droits et leurs propriétés immobilières perdues » grâce à des manifestations quotidiennes.

« Nous, femmes membres du Club des Créanciers de Cheikh Ridha, sommes devenues des sans abris et des réfugiés dans notre pays. Nous sollicitons le soutien des Etats, organisations internationales et de défense des droits humains, de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP), de l’Organisation des Nations Unies (ONU)….pour une solution juste et définitive de cette affaire », affirme Lekheir mint Daff, présidente  du collectif.

Moya mint Cheikh, membre du bureau du collectif,  annonce « qu’après des manifestations devant l’ambassade de France, le Haut Commissariat aux Réfugiés de l’ONU…. violemment réprimées par les forces de police, désormais, nous  femmes victimes  de Cheikh Ridha,  décidons de tenir un sit-in permanent devant le domicile privé de Mohamed Ould Ghazouani, le président élu, pour lui faire comprendre que son prédécesseur et ami, Mohamed ould Abdel Aziz, va lui  léguer  une bombe à travers ce scandale ».
Elu le 22 juin dernier, le  nouveau président mauritanien va prêter serment le  jeudi 02 août.

L’affaire Cheikh Ridha, un érudit aux dons mystiques, dit-on,  est une arnaque immobilière dont le montant cumulé est de 7 milliards de MRU, soit environ 200 millions de dollars us.
 

Cet homme à l’intelligence aigue, bénéficiant de complicités dont toute l’ampleur reste à déterminer par une éventuelle enquête de fond, semble avoir parfaitement maîtrisé le fameux « Schéma de Ponzi : un montage frauduleux qui consiste à rémunérer les premiers investissements et clients essentiellement par les fonds provenant des nouveaux entrants, tant que l’escroquerie n’est pas découverte.

Mais une fois le pot aux roses étalé sur la place publique, le montage s’effondre à la vitesse d’un château de cartes, quand les sommes apportés par les nouveaux entrants n’arrivent plus à couvrir  le remboursement des clients ».L’érudit  est désormais considéré par l’opinion comme le Bernard Medoff de Mauritanie.

Le début de cette affaire remonte à l’année 2012.

lecalame.info

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g




Banque Populaire de Mauritanie



Rubriques à la une

Recherche