. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

M. Mohamed Vall Handeya, président du Manifeste pour les droits politiques, économiques et sociaux des Haratines:

Jeudi 7 Septembre 2023 - 17:06

‘’Il est presque certain que le RFD et l’UFP conjugueront désormais avec le pouvoir plutôt qu’avec l’opposition. C’est ce qu’on appelle le monde à l’envers…‘’


M. Mohamed Vall Handeya, président du Manifeste pour les droits politiques, économiques et sociaux des Haratines:

Le Calame: Vous avez assisté ce 31 aout à une conférence de presse commune des partis non reconnus les FPC et le RAG. Que signifie votre présence à cette rencontre ?
 

M. Mohamed Vall Handeya: Ma présence à cette commune conférence de presse ne signifie rien d’autre qu’un acte de solidarité avec des citoyens privés de leurs droits légitimes de libre association politique. Il y a, d’autre part, le devoir de soutien réciproque que nous dicte notre alliance politique, dans le cadre du pôle  de l’alternance, avec l’un de ces deux partis à savoir le parti RAG.

Le déni de reconnaissance des pouvoirs publics à l’endroit de ces deux formations politiques, corrobore une  attitude répréhensible de vouloir, d’une part, instrumentaliser de manière sélective l’appareil de l’Etat afin de confisquer les libertés pour certains et d’autre part, accréditer encore davantage le sentiment déjà très répandu d’un gouvernement sectaire et ségrégationniste. Comme chacun sait, les récépissés des partis politiques ont été distribués comme des petits pains à des membres d’une seule famille, à un petit groupe d’individus sans aucune assise populaire ou représentativité nationale  alors que ces deux partis qui sont porteurs de grandes causes nationales, se voient refuser cette reconnaissance qui, dans les conditions normales, ne devraient constituer pour eux qu’une simple formalité administrative. Notre gouvernement a-t-il conscience qu’en agissant de la sorte, il stimule le ressentiment de larges franges de notre peuple et ouvre la porte à toutes sortes d’interprétations, de suspicions et de sentiments négatifs dont il pouvait bien se passer? D’ailleurs pourrait-il indéfiniment user de ce stratagème pour faire obstruction à l’expression libre de ces courants politiques ? J’en doute.    

 

Il y a plus d’une décennie que ces partis courent derrière la reconnaissance par les services du ministère de l’intérieur. Que pensez-vous des arguments que ces derniers leur opposent ? 

Selon les informations que les leaders de ces partis politiques ont distillées au cours de ladite conférence de presse, il n’existe pas d’arguments valables qui leur auraient été opposés par les pouvoirs publics. Certes, ils ont mentionné que certains responsables évoquent les lenteurs bureaucratiques de l’administration, d’autres disent que la procédure suit son cours ou que la décision appartient à l’échelon supérieur…etc.    

En conclusion, les leaders de ces partis considèrent tout cela comme un tissu de mensonges, de dérobades et de faux-fuyants pour se soustraire à leur reconnaissance sous des prétextes fallacieux. 

 

On assiste depuis quelques jours à une espèce de surenchère autour d’un projet de pacte républicain concocté par le RFD, l’UFP et INSAF. Le reste de l’opposition dénonce et affirme que ce projet ne l’engage pas. Quelle analyse vous faites de cette nouvelle passe d’armes au sein de l’opposition ? Va-t-elle dire adieu à une candidature unique pour la prochaine présidentielle ? 
 

Dans notre pays, il n’a jamais été question de candidature unique au sein de l’opposition même au temps de ses beaux jours. Maintenant, plus qu’en tout autre moment de notre histoire, aucun espoir ne se profile à l’horizon de voir l’opposition s’unir derrière un candidat unique compte tenu de son émiettement et de la discorde qui règne entre ses différents leaders qui sont, le plus souvent, à couteaux tirés. Je souhaite vivement me tromper dans cette analyse et espère qu’elle puisse, au moins, s’entendre sur un modus vivendi permettant de s’unir derrière le candidat issu de l’opposition arrivé en tête au premier tour en cas de 2ème tour avec le candidat du pouvoir.

Ceci étant, je préfère ne pas me prononcer pour le moment sur un sujet qui fait polémique ; celui du pacte républicain entre le RFD, l’UFP et INSAF. Je comprends bien l’attitude hostile de certaines franges de l’opposition qui s’insurge contre ce qui s’apparente à une alliance – ou plus précisément un ralliement – des deux partis qui ont symbolisé l’opposition frontale à tous les pouvoirs qui se sont succédé depuis les trente dernières années.
 

D’autre part, connaissant bien le degré d’éveil, la conscience politique, l’épaisseur intellectuelle et la perspicacité des principaux dirigeants de ces deux partis, je ne peux m’aventurer sur une quelconque appréciation de ce deal tant que je n’aurais pas trouvé des éléments autres que ce que véhiculent la presse locale et les médias sociaux. Je trouve que cet accord constitue l’aboutissement d’une longue série de rencontres et de négociations entre ces trois partis ayant débuté bien avant les dernières élections. Leur aboutissement nous fut révélé par un point de presse du président de l’UFP sans pour autant que le document scellant cet accord fût publié. Nous n’avons su son contenu que suite à une fuite qui l’a fait atterrir aux mains de l’hebdomadaire Le Calame et du site Al Akhbar. 

Il y avait donc volonté manifeste de blackout médiatique ; et ce blackout vaut aussi pour les ententes secrètes et non formalisés dans le libellé du pacte. L’avenir nous révélera ce qu’il en est au juste… mais il est presque certain que le RFD et l’UFP conjugueront désormais avec le pouvoir plutôt qu’avec l’opposition. C’est ce qu’on appelle le monde à l’envers…      

 

Vous avez certainement lu le document qui circule à ce sujet. Est-il de nature à régler les problèmes prioritaires du pays (unité nationale, cohabitation, gouvernance vertueuse…) ?
 

Le document du pacte républicain n’est, à mon avis, rien d’autre qu’une déclaration de bonnes intentions de la part de ses signataires. Il prétend avoir pour ambition de vouloir susciter les conditions favorables pour un développement harmonieux, durable et apaisé de notre pays ; tout comme il veut prémunir et préserver la Mauritanie des menaces intérieures et extérieures auxquelles nous sommes confrontés …etc. C’est donc un vaste programme qui implique nécessairement une gouvernance commune donc un gouvernement au moins élargi à ces deux formations politiques.  C’est peut-être par là qu’il faut rechercher, entre autres, le sens de cet accord ambigu et de ses clauses secrètes.    

 

Vous étiez candidat à la circonscription de Mederdra pour les dernières législatives sur la liste de SAWAB. Quelle évaluation vous avez faites du scrutin du 13 et 29 mai dernier ? Ouvre-t-il le boulevard  à la candidature de Ghazwani pour un deuxième mandat ?
 

Ma candidature aux dernières législatives à Mederdra était surtout un pis-aller ou si vous voulez une sorte de vouloir résister, autant que faire se peut, à la poussée conservatrice qui monopolise les candidatures dans les circonscriptions de l’intérieur du pays. La candidature que j’ai préparée et à laquelle j’aspirais était celle de la présidence du conseil régional de Nouakchott. J’ai été investi à cette candidature par la coalition à laquelle j’appartiens – le pôle de l’alternance – avant que des considérations de l’ordre des équilibres régionaux et de représentativité des différentes couches sociales ne me dictent de devoir la céder. A partir de cet instant, j’ai décidé – sans qu’on me le demande et contre l’avis de tant de mes proches – de me porter candidat dans ma ville natale pour préparer le terrain à moyen et long termes et sans aucune illusion sur mes chances de succès. Ceci étant, toute la classe politique nationale s’accorde à dire que les élections du 13 et 29 Mai derniers ont été des élections truquées et manipulées de bout en bout. En plus des procédés connus depuis l’époque de Maawiya, se sont ajoutés de nouveaux procédés de perversion de la libre expression des citoyens – sous la houlette de Ould Djay, actuel ministre directeur du cabinet du président - mettant à profit les nouvelles technologies pour contraindre les fonctionnaires et tous autres traitants avec l’Etat pour inscrire et faire voter par tous les moyens disponibles, les pauvres citoyens au profit de l’INSAF. Le maître d’œuvre de cette supercherie à l’échelle nationale fut récompensé par sa nomination au poste qu’il occupe actuellement après avoir été le chef d’orchestre, durant dix ans, des nominations de complaisance qui ont ruiné et bourré l’administration fiscale et financière d’incompétents et d’arrivistes et ce sur les seuls critères du népotisme et du clientélisme. De surcroît, d’aucuns se demandent comment ce monsieur aurait-il pu échapper à l’actuel procès de la décennie pour corruption dont il était l’unique pièce maîtresse dans le domaine des finances. S’il est supposé être  instrumentalisé par l’ancien pouvoir pour thésauriser des biens publics, il est certain qu’il a été instrumentalisé par l’actuel pouvoir pour empêcher la libre expression de la volonté populaire lors des dernières élections. Un pouvoir qui compte sur de tels procédés pour se maintenir doit savoir qu’il est assis sur une bombe qui explosera dès qu’il lâche la pression ou baisse la garde. 
 

Compte tenu de tout cela, je crois donc que la candidature de M. Ghazwani aux prochaines élections présidentielles sera un échec cuisant et retentissant pour lui et pour tous ses soutiens qui, comme tout le monde sait, ne sont que des soutiens de façade.  

Je suis certain que Ghazwani sera battu à plate couture lors des prochaines élections ou que la Mauritanie sombrera dans le désordre et deviendra un Etat failli.

 

Le président Ghazwani a bouclé 4 ans à la tête du pays. Quelle appréciation vous faites de son bilan célébré avec faste par le parti INSAF, le 2 aout dernier ?

​Je me suffirai à vous dire qu’il s’agit d’un non-bilan. Jamais aucun président, dans l’histoire de notre pays, n’a eu autant de moyens que lui et jamais aucun président n’a connu autant de fiascos dans tous les domaines. Je vous renvoie à son programme électoral TA’AHOUDATY (Mes engagements) et vous verrez que presque rien n’a été fait. S’ajoute à cela la montée du tribalisme et de toutes sortes de particularismes, la dilution de l’autorité de l’Etat ainsi que la dilapidation des biens publics et l’accroissement des injustices et des inégalités.

 

Vous êtes président du Manifeste des Haratines. Qu’a-t-il apporté au combat de cette communauté ? Ses divisions en deux camps  ne l’ont-ils  pas affaibli ?
 

Le Manifeste pour les droits politiques, économiques et sociaux des Haratine au sein d’une Mauritanie unie, égalitaire et réconciliée avec elle-même, est un document fondateur d’une mouvance sociétale, ouverte à tous les mauritaniens sans considération aucune pour leur origine, leur race, leur ethnie ou leur orientation politique et/ou idéologique. C’est dans cet esprit qu’il a été conçu et qu’il a été mis en œuvre. Je pense que les causes justes comme le retard historique accusé par les Haratine par rapport aux autres composantes nationales– pour des raisons évidentes pour tout le monde -, ne doivent pas être l’apanage de certains mais plutôt une problématique nationale à laquelle chacun est appelée à contribuer à sa résolution. Partant de cette conviction, nous avons fait sortir la cause Haratine du ghetto du militantisme sectaire et fédérer autour d’elle des sommités nationales et la quasi-totalité de l’élite et du petit peuple mauritaniens. Comme vous le savez aussi, en Mauritanie la mentalité de la Gazra est trop présente à tous les échelons de la société. Toute œuvre qui semble avoir du succès attire les appétits et les convoitises d’autrui. Et quand s’y mêlent les velléités d’exploitation de certains partis politiques en plus  des manipulations des services secrets de l’Etat, bonjour les dégâts…

Je me limite à cette présentation schématiquement succincte pour vous expliquer ce qui s’est réellement passé au sein du Manifeste des Haratine.  

 

Que pensez-vous du déroulement du procès de l'ancien président Aziz et de la lutte contre la gabegie du président Ghazwani? A-t-elle contribué à réduire le pillage des ressources du pays?
 

Le déroulement du procès de l’ancien président semble s’embourber dans la confusion et les contradictions allant de la manipulation des témoins à charge comme le témoignage saugrenu de Ould Semiyou à la recherche désespérée de matière à confondre l’ancien président, surtout parmi ses anciens collaborateurs. Ce qui semble être peine perdue jusqu’à présent. Quant à l’ancien président, il n’est toujours pas encore parvenu à justifier l’origine de sa fortune, surtout aux yeux de l’opinion publique nationale.

En ce qui concerne le président Ghazwani, il semble se méfier comme de la peste de la prononciation du mot « gabegie ». C’est l’un des mots qui semblent être passés  à la trappe avec l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz. Je n’ai jamais entendu Ghazwani prononcer ce mot comme je ne l’ai jamais entendu fustiger ou stigmatiser le pillage des ressources du pays. S’il est advenu que le président ait abondé dans ce sens, je n’en suis pas au courant. Pourtant, ces termes de lutte contre la corruption, la prévarication, les détournements des biens publics étaient les leitmotivs des discours de son prédécesseur et mentor Mohamed Ould Abdel Aziz. Je pense donc très objectivement que le président n’a, jusqu’à présent, lutté que du bout des lèvres contre la gabegie ou le détournement des biens publics. 

Par contre, je l’ai entendu mettre en doute la véracité d’un rapport de la cour des comptes ou de l’inspection générale d’état, accablant pour nombre de caciques de l’actuel pouvoir et qui fut publié quelques mois après son élection. 

Je constate, à l’instar de tous les mauritaniens, que la gabegie et la prévarication se voient pousser des ailes, que les inégalités se sont approfondies et qu’il y a tant de haine et de ressentiments qui couvent sous les cendres.

     

Vous êtes un ancien commandant de l’armée. Que vous inspire cette pandémie de coups d’états militaires au Sahel et récemment  au Gabon, en Afrique centrale ?
 

Sauf à de rares exceptions près, les coups d’état militaires constituent un échec pour les Etats. En Afrique plus qu’en tout autre continent, le coup d’état militaire est un signe avant-coureur de la faillite prochaine de l’Etat où il se produit. Il est parfois aussi une réponse violente aux échecs avérés de certains pouvoirs qui obstruent les voies du changement démocratique. 

En Afrique occidentale et centrale, il y a eu sept coups d’état militaires en moins de trois ans. Cela pose la question de la viabilité de ces Etats ou de leur système d’organisation politique. Tous les indicateurs vont, hélas, dans le sens que cette tendance ira crescendo. D’autres pays dans la zone connaîtront inéluctablement des tentatives avortées ou réussies de coups d’état militaires. Que Dieu nous en prémunisse ! 

Ce moment difficile constitue en même temps une opportunité pour les peuples d’Afrique afin de revisiter leur histoire, d’en finir avec les démocraties de façade et de décider eux-mêmes quel type de gouvernance leur conviendrait sans l’ingérence ni le diktat de quiconque.  

 

Propos recueillis par Dalay Lam

lecalame

chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 22 Juillet 2024 - 11:58 L’UFP pour un dialogue inclusif et urgent

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g | TAAZOUR






Rubriques à la une

Recherche