. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Le dialogue national et l’État de droit, les réflexions légitimes / Par le Magistrat Sidi Mohamed Ould Cheina

Mardi 12 Octobre 2021 - 13:15

Ce rendez-vous national offre l'opportunité de confirmer la consolidation de l’État de droit et le renforcement des prérogatives du système judiciaire et en particulier «l'indépendance du pouvoir judiciaire et le renforcement de ses mécanismes ». Ce qui suscite, à notre avis, quelques réflexions.

Premièrement, en plus de la franche reconnaissance de la faiblesse du pouvoir judiciaire, par rapport aux autres pouvoirs constitutionnelles, préalable indispensable, la solution réside dans la nécessité du tamisage et de la réforme du secteur, à travers l'action professionnelle forte pour que cette autorité constitutionnelle bénéficie, selon les formes requises, de toutes ses compétences, notamment celles qui ont été pendant longtemps mises à l'écart et sans justification convaincante. De façon à relever les différents défis qui se dressent devant la construction effectif de l’État de droit et d'institutions fortes, qui constituent le socle de la démocratie et la base de l'attrait des investissements étrangers.

La possibilité de construire un État moderne est à notre portée aujourd'hui plus que jamais auparavant.
Deuxièmement, la justice mauritanienne a obtenu des résultats significatifs tangibles et franchi d'importantes étapes à travers les garanties juridiques des mécanismes judiciaires compétents pour le renforcement et le respect des droits de l'homme, en particulier la lutte contre les différents aspects de l'esclavage et de ses séquelles, criminalisés en vertu de l'arcanal juridique national  et international.
Troisièmement, les différents acteurs et les parties au dialogue prévu, y compris le gouvernement, les politiciens et les organes de la société civile, n'ignorent pas la nature et le statut du pouvoir judiciaire au sein des systèmes démocratiques issus des différentes  constitutions. Ainsi, tous comptes faits, ils reconnaissent le statut du pouvoir judiciaire, le respect de son indépendance et la consolidation de son autorité.

 Par conséquent, le pouvoir judiciaire ne doit pas être à la merci de toute partie, quelle que soit sa nature, qui pourrait le circonscrire ou limiter ses pouvoirs constitutionnels consacrés par la constitution.

lecalame
chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche