. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Le Président de la République s’adresse à la Nation à l’occasion du 63ème anniversaire de l’indépendance

Lundi 27 Novembre 2023 - 22:07

Le Président de la République, Son Excellence M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a adressé lundi soir un discours à la Nation à l’occasion du 63ème anniversaire de l’indépendance nationale.

Dans ce discours, le Président de la République a déclaré que dans sa vision pour l’avenir de notre pays, il a placé l’Homme mauritanien au centre de l’action de développement et en a fait la destination première de l’investissement et l’objet de toutes les politiques publiques.

Il a ajouté que les fondements de cette vision procèdent, dans leur principe et dans leur objectif, d’une volonté de construire une patrie à laquelle ses fils sont fiers d’appartenir, qui font de sa défense un honneur et qui participent tous à la gestion de ses affaires.

Voici le texte intégral de ce discours:

“Au nom d’Allah, le Miséricordieux, le Clément, et que les prières d’Allah soient sur Son Saint Prophète.

Chers compatriotes;

J’ai l’honneur et le grand plaisir de vous adresser, où que vous soyez à l’intérieur et à l’extérieur du pays, mes plus chaleureuses félicitations à l’occasion du soixante-troisième anniversaire de la fête de la fierté, de la dignité et de la gloire, de la fête de notre mémorable Indépendance nationale.

C’est l’anniversaire de l’émergence d’un nouvel espoir de liberté, de justice, d’équité, de progrès et de prospérité. Un espoir né de l’action de résistance militaire et culturelle conjointe pour la défense de notre liberté et de la dignité de notre terre, menée par nos héroïques combattants et nos éminents érudits, toutes composantes de notre fier peuple confondues.

Leur vaillance et leur héroïsme resteront gravés dans notre mémoire collective à tout jamais, et constitueront pour nous, génération après génération, une source d’inspiration et de valeurs de gloire, de grandeur d’âme et de fierté d’appartenance à la patrie qui mérite sacrifice et loyauté.

Ces insignes valeurs inspirent pleinement nos forces armées et nos forces de sécurité, et leur insufflent l’élan de vaillance et le sens du sacrifice dans leur noble mission de défense de l’intégrité territoriale du pays, de sa souveraineté et de la sécurité de ses citoyens.

A l’ensemble de nos forces, collectivement et individuellement, officiers, sous-officiers et soldats, nous exprimons toute notre considération et toute notre gratitude.

Puissions-nous tous en ce moment avoir une pensée pour rendre hommage à tous les martyrs de la patrie tombés sur le champ d’honneur.

Citoyens, citoyennes;

L’un des facteurs les plus déterminants dans l’impulsion de la renaissance et le progrès des nations et des peuples, demeure incontestablement la volonté de l’homme et son espérance lorsqu’elles sont couplées à des moyens raisonnables de parvenir à cet objectif.

C’est ce facteur qui libère les énergies créatrices et renforce l’effort collectif, de sorte que s’associent les différentes initiatives fécondes, qu’une saine concurrence stimule l’action salutaire et que l’innovation serve l’accroissement de la production et l’accélération du développement.

C’est pourquoi, dans notre vision pour l’avenir de notre pays, nous avons placé l’Homme mauritanien au centre de l’action de développement, et en avons fait la destination première de l’investissement et l’objet de toutes les politiques publiques. Que ces politiques soient relatives à la mise en place d’un État moderne doté de solides institutions au service des citoyens, avec une priorité accordée à ceux parmi eux les plus exposés à la vulnérabilité et à la précarité, ou que ces politiques concernent la mise en place d’une économie résiliente et émergente ou la construction d’une société fière de sa diversité et réconciliée avec elle-même.

Les fondements de cette vision, dans leur principe et dans leur objectif, procèdent d’une volonté de construire une patrie à laquelle ses fils sont fiers d’appartenir, qui font de sa défense un honneur et qui participent tous à la gestion de ses affaires. Une patrie qui préserve la dignité, les libertés, l’identité religieuse et civilisationnelle de ses citoyens et leur riche patrimoine culturel diversifié dans un contexte où prévalent la justice, la sécurité et l’équité, et offre aux citoyens les possibilités du progrès et de la prospérité ainsi que les opportunités de réaliser leurs espoirs et leurs aspirations.

La première condition pour la mise en œuvre convenable de cette vision est la stabilité et la sécurité ; condition que nous avons réalisée, Allah en soit loué, en dépit de la montée de la violence et du terrorisme ainsi que de la prévalence de crises politiques et sociales dans la région et dans le Monde. Cette condition n’aurait pu être remplie sans l’aide d’Allah et la contribution de chacun d’entre vous et sans aussi la mise en œuvre efficace de notre stratégie de sécurité dans ses différentes dimensions.

Nous y sommes parvenus aussi grâce à notre diplomatie active, fondée sur les principes de bon voisinage, de respect mutuel, de coopération fructueuse et constructive et d’adhésion aux valeurs de paix, de sécurité et de fraternité entre les peuples du Monde.

A ce titre, nous avons conduit une diplomatie sans compromission ni reniement de notre soutien ferme et constant des causes justes, telles que la cause palestinienne que nous considérons celle d’un peuple opprimé, celle de la sacralité de lieux saints et de solidarité avec nos frères.

Notre souci de sécurité n’a d’égal que notre détermination à nous débarrasser une fois pour toutes des diverses formes d’injustice, de marginalisation, d’exclusion, de pauvreté et de précarité, conformément à notre principe constant de soutien à nos citoyens les plus vulnérables aux revenus les plus faibles.

Pour faire face à ces phénomènes, nous avons accéléré et intensifié l’appui de soutien à nos citoyens les plus exposés à la pauvreté, à la vulnérabilité, à la marginalisation et à l’exclusion, en mettant en place un large filet de sécurité sociale multidimensionnel à travers divers mécanismes afin d’éviter la détérioration de leurs conditions de vie et de renforcer leur résilience. Sur un deuxième plan, nous avons redoublé d’efforts pour combler les lacunes et corriger les déséquilibres économiques, sociaux et politiques, tant structurels qu’institutionnels, qui sont à l’origine de ces phénomènes inacceptables.

Malgré les graves crises qui ont traversé le Monde, secoué les économies et remis en cause les projets et les plans de développement dans tous les pays, y compris les plus développés et les plus nantis, nous avons pu obtenir, sur ces deux plans, des résultats très significatifs.

Le filet de sécurité que nous avons mis en place continue de s’étendre en termes de nombre de bénéficiaires et de diversification des formes de soutien, telles que les transferts monétaires, la subvention de produits alimentaires, l’assurance maladie et les facilités en matière de santé, notamment la prise en charge médicale des patients atteints de cancer et d’insuffisance rénale et le versement de subventions mensuelles à leur profit. Au cours des quatre dernières années, le coût des dépenses sociales s’est élevé à environ 623 milliards MRO.

En outre, nous avons consenti des efforts pour que les citoyens les plus vulnérables puissent accéder à la propriété foncière dans le cadre de nombreux programmes dont le dernier en date «Projet Nouvelle Vie» permettra dans sa première phase l’attribution de parcelles à 9118 familles dans un lotissement entièrement viabilisé, ainsi que l’accès à des logements adéquats grâce à la construction de 2300 logements dont les travaux sont soit achevés ou en voie de l’être.

Toutes ces actions sont conduites dans le but de contribuer à la réalisation de l’aspiration légitime des citoyens à une nouvelle vie digne et décente.

La mise en place d’un système de protection sociale complet et efficace, malgré les grandes réalisations accomplies, exige encore beaucoup d’efforts. Mais la vision pour sa réalisation existe, la force de détermination et de volonté est présente. Les fondations de ce chantier social sont achevées et son édifice, qui commence à prendre forme, sera parachevé avec l’aide d’Allah et grâce aux efforts de tous.

Toutefois, quel que soit le niveau du soutien social, celui-ci ne saurait constituer une solution durable au problème de la pauvreté, de la précarité, des disparités et de l’exclusion, sans qu’il ne soit accompagné par une action volontariste et efficace pour s’attaquer aux principales causes de ces phénomènes, à savoir les déséquilibres structurels de la gouvernance institutionnelle et politique, ainsi que de la gouvernance sociale et économique.

Pour remédier à ces déséquilibres, nous avons œuvré à consacrer et à consolider le principe de la séparation des pouvoirs, et nous avons mis l’accent sur la réforme du système judiciaire, car le pouvoir judiciaire est le principal pilier de tout État de droit. C’est à ce titre que nous travaillons actuellement à la mise en œuvre du document consultatif sur la réforme de la justice afin de moderniser le pouvoir judiciaire et de renforcer son indépendance.

Nous avons également fait de l’ouverture à tous, du dialogue et de la concertation un choix stratégique dans notre approche de gestion des affaires publiques, ce qui nous a permis de consacrer la primauté de l’accord sur les fondamentaux sans préjudice pour les différences qui peuvent s’exprimer dans un cadre général de responsabilité et de respect.

Cette approche a permis d’apaiser la vie politique grâce à la réactivité et à la volonté de chacun d’entre vous, en particulier des forces politiques, pour transcender les crises et les tensions qui avaient auparavant marqué la scène politique.

Cet apaisement a contribué à renforcer notre cohésion sociale et notre unité nationale, nous mettant ainsi à l’abri des crises destructrices que le Monde a récemment connues et tout au moins d’en subir le moins de dommages possibles.

Il a également permis, grâce à la concertation entre les différentes forces politiques, d’organiser des élections législatives, régionales et municipales sur une base pleinement consensuelle qui régit leurs règles et les modalités de leur déroulement.

Nous avons aussi tenu à impliquer tous les acteurs dans la gestion des affaires publiques, à consolider la décentralisation, à renforcer la proportionnalité pour élargir la base de représentation et à instituer une nouvelle liste électorale pour assurer la représentation aux sphères électives des jeunes et des personnes ayant des besoins spécifiques, dans un souci d’équité et de rejet de toute forme de marginalisation, d’injustice et d’exclusion.

De même, avons consolidé les libertés individuelles et collectives et lutté contre les stéréotypes sociaux négatifs, en insistant sur la nécessité de se départir de ces mentalités et pratiques contraires aux préceptes de la charia et aux exigences de la loi, et en porte-à-faux du concept de l’État moderne tout comme elles nuisent à la cohésion sociale et à l’unité nationale.

Nous avons également lutté contre tous les agissements contraires aux droits de l’homme, en œuvrant à la mise en œuvre du plan national de lutte contre la traite des personnes, au travers d’un arsenal juridique approprié et d’une feuille de route pour harmoniser les lois avec les traités internationaux ratifiés à cet égard, ainsi qu’au travers du renforcement des capacités des organisations de la société civile travaillant dans le domaine des droits de l’homme.

Parallèlement à toutes ces réalisations, un vaste effort de réforme au niveau de la gouvernance économique, y compris des actions de réforme du système des marchés publics, de simplification et de modernisation du système fiscal et d’adoption d’une nouvelle approche de lutte contre la corruption fondée sur l’institutionnalisation, la rigueur et la continuité. Cela a permis d’accroître le niveau de maitrise des dépenses publiques favorisant le financement de projets et de programmes sociaux tout en réduisant le recours à l’emprunt pour soutenir nos efforts de réduction du ratio de la dette rapporté au PIB, qui est passé de 70% en 2019 à 43% en 2022.

Ces judicieux choix économiques ont permis à notre économie de renouer avec la reprise et à subir le moins de dommages causés par les répercussions de la crise de la Covid-19 et de la guerre russo-ukrainienne, comme en témoigne le taux de croissance du PIB de 6,4% enregistré en 2022 et qui devrait atteindre 6,8% en 2024.

Dans le même temps, nos efforts pour maîtriser l’inflation se sont poursuivis, celle-ci devant atteindre 4,5% d’ici la fin de l’année, après avoir été d’environ 11% en 2022.

Toutes ces réformes ont permis de maintenir les équilibres économiques importants, ainsi que d’améliorer le niveau d’accès, tant sur le plan quantitatif que qualitatif, aux services de base tels que l’eau, l’électricité, l’éducation et la santé.

L’accès à l’eau potable a atteint 72,33% et les travaux ont progressé sur d’importants projets dont on peut citer sans être exhaustif:

– Le projet d’extension du réseau de distribution dans plusieurs zones des moughataas d’Arafat, de Toujounine, de Riyad et d’El Mina,

– La deuxième phase du projet d’approvisionnement en eau potable d’Aftout Charghi,

– Le projet d’approvisionnement de la ville de Oualata en eau potable à partir du Dhar,

– Le projet d’approvisionnement des villes d’Aïoun et de Djiguenni à partir du Dhar,

– Le projet d’approvisionnement en eau potable de la ville de Kiffa et de ses zones voisines, à partir de l’eau du fleuve,

– La recherche de solution définitive au problème de l’eau à Nouadhibou, à partir de Boulenoir et des usines de dessalement de l’eau de mer,

– La réalisation de l’étude d’un projet visant à fournir de l’eau à 156 villages et communautés situés entre Boghé et El Ghayra, à partir du fleuve, et dont les travaux débuteront bientôt.

De même, pour la première fois depuis l’indépendance du pays, le gouvernement s’attèle actuellement au lancement d’un projet d’assainissement de grande envergure dans la ville de Nouakchott.

Par ailleurs, le taux d’accès à l’électricité a atteint 91,8% dans les zones urbaines et 56% sur l’ensemble du territoire national au moment où plusieurs projets structurants sont mis en œuvre pour l’améliorer.

C’est ainsi que les projets suivants ont été achevés:

– Le projet d’électrification rurale dans la région orientale d’Aftout, qui couvrira le triangle Sélibaby-Monguel-M’Bout,

– Le projet de centrale éolienne de 100 MW à Boulenouar, déjà mise en exploitation.

– L’installation du deuxième circuit sur la ligne Nouakchott-Nouadhibou,

– Le projet d’électrification de 22 villages de la wilaya du Trarza,

– Le projet de la ligne 225 KV entre Nouakchott et Keur-Macène,

A noter aussi l’avancement des travaux du projet de renforcement des centrales électriques dans 50 Moughataas.

Les travaux sont en cours au niveau:

– du projet d’extension des réseaux d’une longueur de (3000) km, dans les wilayas du Trarza, du Brakna, du Gorgol et du Guidimagha .

–  du projet d’électrification des zones à capacités agricoles et pastorales dans les wilayas des deux Hodhs et de l’Assaba à travers la construction de stations hybrides et de réseaux de distribution isolés,

– du projet d’électrification de 46 villages dans les wilayas du Brakna et du Trarza.

Les travaux du projet de boucle du réseau moyenne tension sur la ligne Kaédii-Lekseiba-M’Bout-Selibaby-Bediam-Diaguili-Gouraye-Maghama-Kaédi débuteront prochainement.

Nous mobilisons également des ressources pour la construction d’une ligne à haute tension reliant Nouakchott à Nema, qui formera une nouvelle ligne d’espoir électrique. Une feuille de route pour le développement de l’hydrogène vert est également en cours d’achèvement.

Par ailleurs, l’accès au service éducatif s’est amélioré, tant sur le plan quantitatif que qualitatif, grâce à une augmentation du nombre d’enseignants de 79% par rapport à 2019, à l’extension des infrastructures scolaires à travers la construction de 3600 salles de classe, et à une augmentation du nombre de cantines scolaires de 140%, faisant passer le nombre d’écoles avec cantine de 512 écoles en 2019 à 1379 écoles en 2023.

Toutes ces améliorations ont été réalisées dans le cadre d’une réforme globale et profonde de notre système éducatif, marqué par le lancement, l’année dernière, du projet de l’école républicaine, permettant à nos enfants de bénéficier, dans des conditions égales d’un service éducatif efficace qui qualifie nos jeunes pour s’engager activement et efficacement dans la vie professionnelle.

La jeunesse est la force de l’ambition, l’espoir et l’énergie créatrice de la nation. C’est pourquoi nous n’avons ménagé aucun effort pour lui permettre de jouer son rôle d’authentique acteur du développement. C’est pourquoi nous avons et continuions à œuvrer à renforcer sa présence dans les différents cercles décisionnels.

En plus de la formation, de la qualification et de l’accès à la vie professionnelle active, nous avons soutenu la formation professionnelle et développé les centres et instituts dont nous avons accru le nombre, ainsi que les établissements professionnels supérieurs tels que l’École supérieure de commerce, l’Institut supérieur de la numérisation, l’École de formation professionnelle et technique dans les domaines de l’énergie, du pétrole et du gaz.

Un nouveau complexe universitaire d’une capacité de 11000 étudiants a été édifié et, des travaux sont en cours pour la construction à Toujounine d’une université pour les disciplines scientifiques avec le concours de l’Etat frère des Émirats arabes unis qu’il soit, ici, remercié.

Nous avons également intensifié la création d’emplois et le financement de projets générateurs de revenus. Pour la seule année en cours, nous avons pu former et qualifier 11000 jeunes issus d’une formation initiale, et assurer la formation continue pour environ 8500 jeunes.

En outre, l’infrastructure sanitaire a été développée, y compris les hôpitaux, les centres de santé et les points de santé, avec l’achèvement des travaux de construction et d’équipement de deux hôpitaux régionaux, chacun d’une capacité de cent cinquante (150) lits à Atar et Sélibaby, et l’avancement des travaux dans trois hôpitaux régionaux à Aïoun, Aleg et Tidjikja, et l’achèvement des travaux d’agrandissement et d’équipement du Centre médical des spécialités.

Par ailleurs, les efforts ont été axés sur la formation et la mise à niveau du personnel de santé et assurer la disponibilité de fournitures médicales ainsi que les médicaments. Aussi les services de la caisse sanitaire de solidarité destiné au secteur informel ont été lancés.

Étant donné que le développement de tous les services de base nécessite des infrastructures routières modernes, nous avons fourni de grands efforts dans ce domaine, qui a permis l’achèvement de plus de 700 km de routes bitumées et l’avancement de nombreux autres projets d’infrastructures.

C’est ainsi que les travaux progressent sur la route Tidjikja-Ould-Yengé, et les travaux sur les routes Attar-Chinguetti et Sawata-Monguel-Barkéol débuteront dans les semaines et les mois à venir. Un grand projet d’amélioration de la fluidité des transports urbains a également été lancé à Nouakchott. Les travaux du pont de Bamako seront achevés avant la fin de l’année, et ceux des ponts d’El Haye Essaken, Madrid et Rosso le seront avant la fin de l’année 2024.

Parallèlement à toutes ces réalisations, La conception et la mise en œuvre continue de politiques intégrées de développement de nos secteurs productifs a permis d’atteindre un taux d’autosuffisance en riz de 89%, l’augmentation de la production céréalière nationale de 42% par rapport à son niveau de 2019, l’aménagement de 8854 hectares de zones agricoles, la mise en place d’axes hydrauliques d’une longueur de 197 km, et le désenclavement et l’électrification des zones de production.

Le budget alloué à la santé animale a également été considérablement augmenté. Un grand projet ambitieux a été mis en œuvre pour soutenir le secteur de l’élevage et le Fonds pour la promotion de ce secteur a été activé au moment où une politique de renforcement de la bonne gouvernance et d’optimalisation des ressources halieutiques a été adoptée afin de préserver leur durabilité et d’assurer leur intégration dans le circuit économique national.

Le secteur minier s’est également vu accorder une importance cruciale en raison de son rôle central dans le développement économique.

Dans ce cadre, nous avons élaboré et mis en œuvre un plan de développement de la Société Nationale de l’Industrie et des Mines visant à accroitre sa production d’ici 2030. Grâce à ce plan, la production de l’entreprise devrait atteindre 14 millions de tonnes cette année pour la première fois de son histoire.

Dans le même contexte, la première pierre du projet Fdérik a été posée, ce qui permettra d’augmenter la production de l’entreprise d’au moins deux millions de tonnes. Une étude de faisabilité a également été lancée pour la mine de Tiziraghaf, qui devrait avoir une capacité de production de six millions de tonnes.

Des négociations sont actuellement en cours entre l’entreprise et certains de ses partenaires pour lancer le projet Laewej qui aura une capacité de production de 11 millions de tonnes.

Des efforts exceptionnels ont été déployés pour organiser et encadrer les activités d’orpaillage dans des conditions qui favorisent à diverses franges de la société de bénéficier de cette richesse et des milliers d’opportunités d’emploi qu’elle offre aux jeunes. Ces efforts ont également généré une augmentation significative du nombre d’unités industrielles et de la quantité de production d’or, ouvrant ainsi des perspectives prometteuses pour le secteur.

Citoyens, citoyennes;

Il ressort clairement de tout ce qui précède, et en dépit des crises destructrices qui ont secoué le monde et de la situation économique, sociale et politique dont nous avons hérité, que nous avons pu, au cours des quatre dernières années, obtenir, grâce aux efforts de chacun d’entre vous, des résultats très significatifs.

Nous jouissons de la stabilité et de la sécurité, notre situation économique est confortable, les principaux indicateurs reflètent un équilibre macroéconomique conforté par une grande confiance de nos partenaires, et toutes les perspectives présagent d’énormes opportunités de réaliser nos aspirations, notamment les opportunités que ne manqueront pas d’offrir les dizaines de grands projets en cours de construction, et l’approche de la date d’exportation de nos richesses gazières.

Néanmoins, pour aussi nombreuses et importantes qu’elles soient, ces opportunités ne pourront avoir de réel impact que dans la mesure où le citoyen est suffisamment préparé, bien formé et qualifié, et qu’il adhère aux valeurs du travail et de l’effort et aux vertus de l’abnégation et de la persévérance.

Je suis pleinement confiant que grâce à notre entraide et à la force de notre détermination, nous saurons tirer le meilleur parti des diverses opportunités offertes par notre situation actuelle et par les perspectives prometteuses qui se dessinent, pour construire ensemble la Nation à laquelle nous aspirons: Celle de la fraternité, de la solidarité, de la justice et du développement global durable.

Vive une Mauritanie libre, indépendante et prospère.

 Que la paix, la miséricorde et les bénédictions d’Allah soient sur vous».

AMI

chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche