. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Faits divers

Jeudi 16 Mai 2024 - 13:03

Un agent Bankily agressé et déplumé
 

Le quartier El Hay Sakin de Dar Naïm n'a jamais été de tout repos. La criminalité et la délinquance y prolifèrent ; des bandes de malfaiteurs et repris de justice y sévissent jour et nuit. De tristement célèbres individus y séjournent, comme les frères « Foyda » ou El Eïdhadh. Les commissariats de police de cette zone n’ont donc jamais manqué de boulot. La moitié des meurtres enregistrés l'an dernier à Nouakchott ont été perpétrés dans ce quartier.
 

Le mercredi 8 Mai vers 21 h, le gérant d'une agence Bankily sise au carrefour Aziz sortit de son établissement pour en refermer les portes, sans remarquer le gaillard qui faisait les cents pas derrière lui. Voilà que celui-ci se précipite pour lui asséner plusieurs coups de poignard au bras avant de lui arracher son sac à main qui contenait une importante somme d'argent et disparaître ! Une scène-éclair heureusement remarquée par des passants qui ont immédiatement alerté la police. Le blessé qui saignait beaucoup a pu être ainsi rapidement évacué aux urgences. Un constat a été dressé et une enquête ouverte. À ce jour, le criminel qui avait été aperçu par plusieurs personnes alors qu'il était aux aguets devant l'agence court toujours.

 

Une bande de récidivistes épinglée
 

Suite à la recrudescence des braquages, vols et agressions dans les secteurs 16, 18 et Lemgheïty de Dar Naïm, la Direction régionale de la police à Nouakchott-Nord a lancé la traque de récidivistes fraîchement sortis de prison et suspectés d’être en relation avec ces méfaits. Quelques jours plus tard, cinq d’entre eux se sont retrouvés en cellule au commissariat 3 de Dar Naïm. Après confrontation avec plusieurs de leurs victimes qui avaient porté plainte, ces bandits ont reconnu tous les délits dont ils étaient accusés. Deux jours plus tard, ils ont été déférés au Parquet et écroués dans la foulée. Depuis, un climat relatif de calme et de paix paraît rétabli en ces quartiers.

 

La solution de l'huile bouillante
 

Au quartier Tarhil il y a quelques jours, une mère de famille est réveillée dans la nuit par un vacarme terrible à sa porte qu'on est en train de forcer. « Qui est là? », interroge-t-elle. « Quelqu’un qui sait ton mari absent et veut le remplacer !», ricane une sinistre voix. Affolée, la femme a cependant l’idée d’aller à la cuisine et d’y remplir une petite marmite d'huile avant de la mettre sur le feu. La voici bouillante au moment où la porte d’entrée cède et que le bandit montre sa face ! La brave femme lui envoie alors le contenu de la marmite au visage. Il rebrousse chemin en hurlant, avant d’enfouir sa tête dans le sable pour la refroidir. Des badauds se rassemblent, la police vient arrêter et conduire à l’hôpital le malfaiteur brulé au visage. Sa mère et ses sœurs se rendent plus tard au domicile de la dame avec l’intention de l'agresser. Les voisins et parents de celle-ci les en ont heureusement empêchés. Son système de défense n’avait rien d’inédit : selon une source de la police, deux autres femmes l’ont déjà utilisé à Nouakchott pour échapper à des criminels.

Mosy

lecalame.info

chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g | TAAZOUR





Rubriques à la une


Recherche