. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Qu’en est-il de l’émigration négro-mauritanienne face à la banalisation des adultères intrafamiliaux ?

Jeudi 29 Juin 2017 - 12:03

Peut-être nos amis soninkés et peuls pourront-ils nous éclairer pour savoir si le phénomène est toujours généralisé dans les villages à forte émigration. J'ai vu un documentaire il y a quelques années que je n'arrive pas à retrouver où on apprenait que lorsque l'émigré part trop longtemps, des années, en laissant sa famille au village, son frère se chargeait du devoir conjugal, puis l’autre frère en rentrant devra reconnaître les enfants. Ils appellent cela les " enfants du voyage". 
 
Un ami soninké a bondi en estimant que ce que je rapportais était insultant, méprisant au passage ma source. Je me suis excusé en estimant que j'aurais dû prendre des pincettes et dire " dans certains villages reculés, il arrive que…" Je n'ai pas pu mettre la main sur le documentaire n'ayant ni son titre ni celui de l'auteur. J'ai cherché sur internet et je tombe sur une publication d'un anthropologue Jacques Barou " La famille à distance. Nouvelles stratégies familiales chez les immigrés d'Afrique sahélienne ". 
 
Avant qu'on le taxe d'anthropologue de pacotille comme chaque fois qu'un chercheur lève le voile sur certaines pratiques notamment en matière d'esclavage, il est bon de préciser qu'un extrait de son article a été publié sur le site soninkara.org, sans indiquer la source, avec pour titre cette fois " les soninké et la famille à distance ". Bien entendu l'extrait que je vais citer n'y figure pas sachant que l’extrait publié sur le site s’arrête juste avant le passage en question... Pas plus que le nom de l’anthropologue. De là à penser que c’est pour éviter justement de retrouver tout l’article, il n’y a qu’un clic que le site ne propose pas…
 
 
 

image_9.png image.png  (5.65 Ko)


Jacque Barou a écrit un article sur les immigrés d'Afrique sahélienne sans entrer dans les détails même à propos des ethnies en question même s’il écrit « Il convient d’abord de rappeler brièvement qu’à l’origine de la migration des principaux groupes d’Africains du Sahel vers la France – Soninké et Peuls principalement –, il existait une stratégie très homogène qui a fait l’objet de nombreuses analyses de la part des chercheurs qui se sont intéressés à ces populations à l’époque. » Libre donc à soninkora.org de préciser le titre. Il ne dit pas non plus que c'est le frère qui se charge du devoir, il parle de " proche parent" en précisant que « Certains n'hésitent pas à accuser de pratiques incestueuses les ethnies qui cautionnent ces adultères intrafamiliaux ». Le scientifique ajoute que les pratiques tendent à se banaliser et que la pression sociale oblige beaucoup d’émigrés à reconnaître comme leurs, le fruit de ces adultères intrafamiliaux.
 
 

image_9.png image.png  (5.65 Ko)


Extrait  " L'éloignement du père a toutefois des effets plus problématiques. Les femmes doivent rester quelquefois seules pendant plusieurs années. Il arrive qu'elles se consolent de l'absence du mari avec un autre membre de leur entourage masculin. Beaucoup d'émigrés ont des enfants adultérins qu'ils se voient souvent obligés de reconnaître en raison de la pression sociale qu'ils subissent pour éviter la dramatisation de l'incident. Comme le géniteur de l'enfant adultérin est souvent un proche parent du mari, la dimension scandaleuse de la chose est vite étouffée, la chose restant dans la famille. Ces pratiques qui tendent à se banaliser dans les zones de forte émigration font cependant quelques vagues à l'extérieur. Certains n'hésitent pas à accuser de pratiques incestueuses les ethnies qui cautionnent ces adultères intrafamiliaux. Tous les hommes n'acceptent pas forcément de fermer les yeux et certains demandent le divorce. »
 
 
A propos de l’esclavage en milieu négro-mauritanien à lire :
 
 

image_8.png image.png  (5.65 Ko)


Chez les soninkés citant les travaux de l’anthropologue Yahya Sy (L'esclavage chez les Soninkés : du village à Paris
In: Journal des africanistes. 2000, tome 70 fascicule 1-2. pp. 43-69. )
 
Plus que les maures, voici les différentes catégories d’esclaves chez les soninkés...
 
 
 
On nous avait caché ça : en Mauritanie, révolte des esclaves en milieu Soninké…
 
 
 
A-t-on déjà vu un descendant d’esclave soninké ministre ou maire ?
 
 
 
 
 

image_7.png image.png  (5.65 Ko)


Chez les peuls, citant les travaux de l’historien Abderrahmane N’Gaïdé
 
Kaédi : capitale de l'esclavage domestique haalpular en Mauritanie...
 
 

image_6.png image.png  (5.65 Ko)

chezvlane

chroniques VLN | énergie/mines | politique | économie | religion | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG/associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats/Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une


Pendant ce temps...

Recherche