. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Pour la transcription de nos langues nationales en caractères arabes/par Moktar Sakho

Mercredi 1 Décembre 2021 - 18:30

L’objet de mon propos était, en partant d’un constat (tous les enfants mauritaniens  commencent leur aventure scolaire par l’apprentissage du Saint Coran, donc de l’alphabet arabe !), de réfléchir sur les raisons pédagogiques de l’échec scolaire.
 Les considérations idéologiques, les combats d’arrière-garde ou d’avant-garde ne m’intéressent point. Je m’appuie sur mon expérience de praticien des langues et de leur enseignement et sur la nécessité de faire preuve de pragmatisme pour le bien commun de nos chers enfants ou petits-enfants.

 Pourquoi l’alphabet arabe ? Parce qu’il est plus familier à nos jeunes têtes que le latin. Ce n’est pas parce que (dans le cadre de l’UNESCO !) on a décidé à Bamako, en 1966, de transcrire les langues nationales en caractères latins que cela doit rester éternellement figé, tel quel. C’était une décision politique comme l’écriture d’une constitution… Ces choses changent, messieurs ! Ne nous enfermons pas dans le fétichisme et l’identitémania, à l’instar de ceux qui ont écrit le Manifeste de 86 ou les commanditaires de la tentative de coup d’Etat de 1987 et souvenons-nous de l’aphorisme célèbre de Senghor «l’émotion est nègre comme la raison est hellène ».

 

Culture arabo-islamique

 D’autre part, si les enfants beydanes étaient amenés à apprendre les autres langues nationales, ne serait-il pas plus judicieux de les leur enseigner en utilisant l’alphabet arabe ? Parce qu’à l’horizon de mon idée pointe le vœu ardent d’une réconciliation nationale sur les fondements de des deux derniers dogmes de notre devise nationale « fraternité et justice » qui sont d’ailleurs des concepts clefs de la philosophie morale et religieuse de l’Islam. Pour ceux qui s’étonnent que l’on ait convoqué le Saint Coran dans le débat (outre le fait béant que ce dernier est un livre-langue nationale pour ses lecteurs assidus en arabe ou en traduction), n’oublions pas que notre République est islamique dans son intention première et que notre culture quotidienne est largement arabo-islamique. C’est ce substrat commun qui a fait que les iraniens ont adopté le caractère arabe pour transcrire le persan, de même que les locuteurs urdu (pakistanais et consorts).

 D’ailleurs, personne ne dit que nos jeunes têtes ne retrouveraient pas le caractère latin au collège quand ils commenceront à apprendre les langues indo-européennes, selon le schéma qui me trotte dans la tête.
 Beaucoup de mal a été fait en Mauritanie au nom d’idéologies scabreuses… Il s’agit d’être dans le dépassement et non vivre dans le ressentiment, l’aigreur et la haine. L’exemple doit être Mandela et l’expérience sud-africaine, même si on est bien conscient que tout n’est pas parfait dans ce pays.

 Cette transcription latine qu’on chérit tant n’est effective nulle part, du moment que ces langues sont exclusivement orales et que leur écriture et enseignement demandent une volonté politique décisive, qui tarde à se manifester.
 Nous attendons tous un Etat-nation Peulh, Soninko, Wolof, Bambara… Ne vivons pas de chimères…
 Let’s be real (soyons réalistes) !
 
 Moktar Sakho,
 Professeur des universités américaines. AMI

chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Janvier 2022 - 11:22 Où en est-on ?

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche