. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

« Mes excuses » au dircab de Ghazouani : je me suis certainement trompé de personnage

Dimanche 30 Mai 2021 - 23:47

Inutile de s’étaler sur le sujet car j’y reviendrai tranquillement à tête reposée. Je présente " mes excuses " au dircab pour l’avoir présenté pour ce qu’il n’est pas vraiment.

 

J’ai cru qu’il était le principal acteur de cette ubuesque aventure qui est la mienne avec  les plus hauts responsables civils de l’entourage immédiat du chef de l’Etat. C’est impossible qu’un chef d’Etat laisse moisir une histoire pareille pendant 10 mois à propos d’un journaliste de ses partisans impliquant une brochette respectable de ministres et pas des moindres sans parler de tous ceux qui de l’ombre suivent cette affaire sans s’en mêler.

 

Le dircab ne parle pas français, ce n’est pas un ami de la pacification, c’est un conservateur avec un esprit un peu féodal à l’image de 90% de la société maure et négro-mauritanienne mais il n’est pas ce personnage haineux contre moi tel que je l’ai décrit ; du moins avant que je ne fasse campagne en croyant me défendre contre le principal artisan de ma situation.

 

Si vous regardez tous les responsables civils autour de Ghazouani à un très haut niveau, vous remarquerez qu’ils sont tous de bons vivants même du côté militaire où on en trouve aussi avec cet esprit. C’est impossible qu’il ait pris pour directeur de cabinet quelqu’un qui serait haineux et méchant à ce point pour prendre sur ses seules épaules de créer de toutes pièces l’aventure qui fut la mienne pendant 10 mois.

 

Il n’est pas le responsable de la fuite de ces grands ministres qui m’ont promené pendant 10 mois et qui à la fin ont tous fui en se murant dans un silence incorrect qui ne peut se justifier que par leur incapacité à me dire les choses comme elles sont. Comme quoi ils n'ont jamais compris à qui ils ont affaire et ils ont agi avec une sorte de peur du communicant que le pouvoir ne tient avec rien du tout sinon le sens des responsabilités dont j’ai toujours fait preuve en 15 ans de journalisme engagé.

 

Une vérité demeure : ce qu’ils m’ont fait subir relève de la méchanceté gratuite fondée sur une violence psychologique dont je ne sais quelles sont les motivations ni les commanditaires car c’est un fait : comment qualifier autrement le fait d’aller chercher un journaliste indépendant qui pendant 15 ans a vécu sans mettre le pied chez un militaire, un homme d’affaire ou un politique mauritanien et qui a résisté à l’appel de plusieurs régimes qui voulaient faire de lui une sorte de mercenaire et ensuite profiter de son orientation politique au profit du chef de l’Etat de longue date, sans jamais avoir tendu la main pour un retour d'ascenseur, pour le faire courir pendant 10 mois à base de mille messages sur WhatsApp au nom du président sans parler des rendez-vous dans les ministères aux yeux de tous sans se soucier des conséquences familiales de tels procédés irresponsables ?

 

C’est insensé sauf à vouloir humilier un journaliste francophone indépendant qui en effet n’a jamais fait mystère de son combat pour la Mauritanie plurielle et une vision de la pacification décomplexée. On peut donc comprendre que mon sort soit politiquement à mettre au bénéfice du soutien des puissants réseaux conservateurs qu'on appelle gentiment les forces du refus. 

 
 

 


Aujourd’hui, étant seul avec deux autres hauts personnages proches de Ghazouani à avoir une vision globale de cette aventure dont les ministres et même le dircab n’ont que quelques bouts correspondants à leur implication, je dois tout simplement tirer les leçons de cette aventure très enrichissante au contact de hauts personnages et pas des moindres pour savoir finalement qui est ce président que j’ai soutenu. C’est important pour mieux le soutenir de poser un profil plus près de la réalité que ce que j’ai pu imaginer en étant loin de l’entourage.

 

Je vais réfléchir à tout ça et repartir inch’allah fort d’une vision claire de l’univers politique qui est le nôtre. En attendant, je dis tout de suite que ceux qui pensent que Ghazouani est un personnage faible qui ne gouverne pas se trompent, du moins je l’espère. Je crois au contraire qu’il s’agit d’un redoutable esprit d’une complexité insondable qui gouverne avec la réalité des forces en présence et même un peu au-delà…

 

Il semble juste gouverner comme s’il était encore chef d’Etat-major général des armées dans un pays comme le nôtre : c’est-à-dire qu’il suffit de mettre les bons hommes là où il faut et les laisser commander les troupes sous leurs responsabilités. Hélas, les civils ne sont pas des militaires et vouloir copier-coller cette philosophie de commandement aboutit à ce que nous voyons c’est-à-dire le sentiment d’avoir un président qui aime la tranquillité en déléguant les soucis du pouvoir aux hommes intouchables qui sont choisis pour les assumer avec tous les privilèges qui vont avec jusqu'à parfois un soupçon d'impunité...

 

Il ne gouverne pas seul comme Aziz mais en équipe. De là qu'il est apprécié par l’armée et les civils à un haut niveau aux affaires. Comment les choses vont évoluer ? L’avenir le dira mais il suffit de voir comment il a réduit Aziz à l'humiliation et bientôt  au délire sans le jeter en prison pour comprendre qu’il n’est pas un esprit faible mais nous n’avons peut-être jamais connu depuis 1978 et même 1960, cette façon de gouverner où civils et militaires s’entendent sans que ceux qui dirigent ne soient toujours ceux qui sont sous les projecteurs...

 

La Mauritanie est en train de vivre l’enracinement d’un complexe mode de gouvernance qui prend sa revanche sur l’héritage colonial qu'est l’Etat républicain au sens occidental du terme. La culture politique des temps premiers reprend ses droits. Une mutation intéressante pour des chercheurs en science politique et en anthropologie.

 

Nous en reparlerons inch’allah

Ahmed Ould Soueid Ahmed

 

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche