. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

La semaine…

Jeudi 8 Juillet 2021 - 00:24

La semaine…

La  SOMELEC scindée en deux sociétés : une pour la production et l’autre pour la distribution
 

La détérioration de la situation de la SOciété Mauritanienne d’ELECtricité (SOMELEC), du fait d’une gestion calamiteuse au cours de la dernière décennie, a été au centre de la dernière session du conseil des ministres. Lors de la traditionnelle conférence de presse d’après celui-ci, le ministre de l’Énergie, du pétrole et des mines, Abdessalam ould Mohamed Saleh, a annoncé la scission de ladite société en deux entités : l’une consacrée à la production et l’autre à la distribution. Le ministre a dressé un diagnostic sans complaisance de la situation. « Un milliard d’ouguiyas a été injecté sur la production et la distribution de l’électricité aux citoyens mais essentiellement à Nouakchott et à Nouadhibou », a-t-il notamment indiqué.
 

Et de pointer du doigt « l’absence de vision » qui a eu un « impact majeur » sur l’état actuel de cette société publique, en rappelant que « la stratégie orientant les actions du secteur est restée la même ces vingt dernières années. […] Elle fut élaborée en 1998, tandis que le code de l’électricité lui, fut approuvé en 2001. […] Ni l’une ni l’autre ne sont plus adaptés aux réalités actuelles ». Puis il évoque le déséquilibre constaté dans la mise en œuvre du programme d’investissements, avant d’attirer l’attention sur le fait que les sociétés d’électricité sont évaluées, partout dans le Monde, à partir de l’indicateur technique et financier. En Mauritanie, il est tombé de 77% en 2012 à 62% en 2019.
 

Pour ce qui est du taux de recouvrement, il est passé de 90 % à 64 % sur la même période. « Ceci signifie », poursuit le ministre, « que 50 % de la production de l’entreprise a été perdue, gaspillée. Naturellement, cette baisse influe sur les performances financières de la société et a obligé l’État à augmenter son capital à hauteur de 100 milliards d’ouguiyas ». Le ministre a souligné un autre point important : le système informatique de l’entreprise qui date du siècle dernier. À cela s’ajoute un déséquilibre dans les ressources humaines. Sur les 2400 employés de la SOMELEC, 1606 sont des travailleurs non permanents. « Un plan d’action ambitieux pour résoudre cet écart et régulariser les ayants droit est en cours de mise en œuvre », précise-t-il.
 

Le programme d’assainissement et de transformation du secteur ambitionne de fournir, d’ici à 2030,  un accès à l’électricité à tous les citoyens. Ould Mohamed Saleh a décliné la feuille de route que son département entend mettre en œuvre pour améliorer la gestion et le rendement. Des réformes importantes doivent être menées. Parmi elles, la révision du statut des travailleurs non permanents et la réduction de la tarification, ainsi que le toilettage des finances. « Tout ceci conduit inéluctablement au démembrement de la SOMELEC pour fonder, en lieu et place, les deux nouvelles sociétés » susdites.
 

-------------------------------------------------------

GTCF: Tabara Gaye réélue à l'unanimité
 

 C’est à l'unanimité des suffrages exprimés que notre compatriote madame Tabara Gaye a été réélue, le 1er Juillet à  Yamoussoukro (Côte d'Ivoire), au poste de coordinatrice régionale Sport de la Zone B de l'Afrique de l'Ouest de la Conférence des ministres de la jeunesse et des sports des pays francophones (CONFEJES).
 

Ainsi honorée par ses pairs qui lui ont rendu un vibrant hommage, madame Gaye faisait état d’un heureux bilan. Les activités CONFEJES en Côte d’Ivoire  ont été marquées par  la session annuelle de la Commission Consultative Permanente sur la Formation des Cadres (CCPFC), le séminaire de renforcement de capacités en éducation à la paix et à la citoyenneté, en partenariat avec l'ISESCO et l’Assemblée générale du GTCF, la mission de suivi du Programme de Promotion de l'Entrepreneuriat des Jeunes (PPEJ).

Lors du séminaire de renforcement de capacités en éducation à la paix et en autonomisation socio-économique des femmes, les femmes-leaders de quatorze pays francophones se sont regroupées à Yamoussoukro pour des échanges constructifs. Le séminaire s'est déroulé en présentiel et en virtuel. Il a permis de renforcer les capacités des femmes-leaders en tant qu'agentes de la paix, leur permettant d'être des ambassadrices de celle-ci dans leur communauté respective, contribuer au vivre-ensemble, à l’autonomisation socio-économique et à l’égalité entre genres.
 

On notera enfin que madame Gaye fut portée à la tête du GTCF le 9 Novembre 2017. Cette structure est un groupe consultatif de réflexion et d'action, constituant des antennes de la CONFEJES dans les ministères (sport, jeunesse, promotion féminine…) et sur le terrain, qui aident à développer des actions fédératrices en matière d'égalité femmes/hommes.

lecalame.info

chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche