. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

L’ALESCO salue le choix du feu Dr Mohamed Mokhtar Ould Bah, symbole de la culture arabe pour cette année 2024

Dimanche 12 Mai 2024 - 22:08

L’Organisation arabe pour l’éducation, la culture et les sciences (ALECSO) a rendu hommage vendredi à feu Dr Mohamed Ould Bh, choisi comme symbole de la culture arabe en 2024.

L’ALECSO a organisé une cérémonie à Tunis en présence de l’ambassadeur de Mauritanie et de plusieurs ambassadeurs et personnalités culturelles, en marge de laquelle le directeur général de l’ALECSO, Mohamed Ould Amar, a remis cette distinction au président de l’université moderne des Chinguetti et représentant de la famille, Ahmed Said Ould Bah.

 

En recevant cette distinction, Ahmed Said Ould Bah a déclaré que le choix de feu Dr Mohamed Mokhtar Ould Bah découle d’une conviction sincère et d’un large mérite, eu égard aux innombrables services que feu Dr Mohamed Mokhtar Ould Bah avait rendus à la culture arabe dans ses différentes dimensions et analyses.

Ses œuvres se sont élargies à plusieurs domaines dont les sciences arabes, la critique la poésie arabes, et a accordé une attention particulière aux sciences de la charia et s’est intéressé à la traduction littéraire.

Ahmed Saïd a précisé que le défunt a toujours considéré que la plus importante réalisation scientifique de sa vie a été la traduction des significations du Saint Coran en français.

« La production scientifique de l’honoré était marquée par un caractère encyclopédique, car ses écrits couvraient les questions scientifiques et culturelles les plus importantes, que ce soit dans le domaine culturel chinguitien, arabe ou islamique.

« Une nation qui n’honore pas ses symboles ne se respecte pas, n’évoque pas sa mémoire et ne valorise pas sa culture, la célébration des symboles culturels est un titre de fierté de l’identité culturelle » a dit ould Bah avant d’ajouter que le défunt, décédé le 22 janvier 2023, était célèbre pour avoir traduit les sens du Saint Coran en français, classé parmi les meilleures traductions.

Il a également laissé derrière lui près de 50 publications dans les sciences du Coran, du hadith, de la biographie, des fondements de la religion, de la jurisprudence, de la langue et de la poésie, qui ont enrichi la bibliothèque mauritanienne.

Le défunt a été membre du premier gouvernement mauritanien formé par feu Mokhtar Ould Daddah en 1957, a occupé de nombreuses fonctions nationales et internationales de premier plan, puisqu’il a été ministre de la santé et de la population, puis vice-président de l’Assemblée nationale et président de la commission des relations extérieures.

Il a été un fervent défenseur de la nécessité de « réhabiliter » la langue arabe, de restaurer son statut tout comme celui de la culture islamique, pour avoir fait des propositions qui ont été au cœur de la réforme du système éducatif mauritanien.

Feu Mohamed El Moctar O. Bah a occupé plusieurs postes  au sein du ministère de l’éducation nationale dont celui  d’inspecteur général de l’éducation, directeur de l’école normale en 1967, directeur de l’école normale supérieure entre 1970 et 1978, et a appartenu à la commission chargée de la réforme de l’éducation en Mauritanie de 1967.

Le défunt a présidé le conseil d’administration du Prix Chinguitt lors de sa création en 2000, un prix destiné à encourager les chercheurs dans les domaines scientifique les études islamiques, et littéraires.

Sur le plan extérieur, il a été conseiller culturel auprès de l’UNESCO, représentant régional de l’UNESCO au Maghreb et sous-secrétaire général de l’Organisation de la conférence islamique (OCI).

Son statut et sa réputation d’érudit lui a valu d’être nommé président de l’Université islamique du Niger, professeur à la Dar al-Hadith al-Husseiniya à Rabat, au Maroc, et professeur à l’Institut Mohammed VI pour les études coraniques à Rabat.

Il a été membre de l’Académie de la langue arabe du Caire, de l’Académie de la langue arabe du Soudan, de la Fondation Al Al-Bayt en Jordanie, et enfin membre du Conseil suprême de la Fondation Mohammed VI pour les savants africains au Royaume du Maroc.

Outre sa traduction des sens du Coran en français, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur les sciences coraniques, notamment « Histoire des lectures en Orient et au Maghreb »,  « Caractéristiques de la lecture des Médinois » et « Episodes du Coran de l’imam Nafi’ah ».

Il a également écrit une dizaine d’ouvrages sur les sciences du Hadith et la biographie du Prophète (PSL), notamment « L’histoire des sciences du Hadith en Orient et au Maghreb », « Les langues des messagers » et « Sur le chemin de l’Islam », un diwan poétique en français à la gloire du Prophète, qu’Allah le bénisse et lui accorde la paix.

Il est également l’auteur de nombreux ouvrages sur les fondements de la religion, la jurisprudence et la théologie, dont son livre « Histoire des fondements de la religion », son célèbre livre « Les origines de la législation et le développement de l’école malékite en Mauritanie », ainsi que son livre « Un aperçu des origines d’Al-Shawkani ».

Il s’est aussi intéressé à la langue et à la poésie, laissant plusieurs ouvrages dont les plus importants sont « Poésie et poètes en Mauritanie », « Histoire de la grammaire arabe en Orient et en Occident », « Voyage avec la poésie arabe » et « Modèles des buts de la poésie chinguitienne ancienne ».

Il a également traduit en arabe des extraits de poèmes français et les a rassemblés dans un livre intitulé « Traduction de poèmes et de poètes de France » et a écrit un livre en français intitulé « Introduction à l’histoire de la littérature mauritanienne.»

En mars 2022, le président mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a décoré le Dr Mohamed Mokhtar Ould Bah « en reconnaissance de ses efforts au service de l’état mauritanien et de son patrimoine culturel et scientifique », selon le ministre des Affaires islamiques et de l’Enseignement originel, Dah Ould Amer Taleb.

Le ministre a déclaré que Mohamed El Moctar O. Bah, qui « alliait originalité et contemporanéité, restera une source d’inspiration pour la bibliothèque chinguitienne », ajoutant qu’il avait enrichi les bibliothèques islamiques de d’œuvres références et a laissé des empreintes indélébiles dans ce domaine ».

Au début du troisième millénaire, il s’est consacré au travail académique en fondant en 2006 l’Université moderne de Chinguetti, la première université spécialisée en sciences islamiques et sociales en Mauritanie, une université privée à caractère islamique qui cherche à former un homme juste et droit par son intégrité et son comportement, et un chercheur sérieux et distingué par ses connaissances et sa méthodologie.

L’Université moderne de Chinguetti cherche à dispenser une formation théorique et appliquée approfondie, caractérisée par l’originalité du contenu et l’innovation dans la construction des programmes dans les méthodes et moyens de formation et de recherche.

L’Université déclare également que l’un de ses objectifs est de créer une génération d’intellectuels spécialisés qui, en plus d’une solide formation en sciences islamiques et en langue arabe, possèdent la capacité de communiquer en langues étrangères et une expertise dans la pratique et l’avancement de la recherche scientifique, afin de servir la culture arabe et islamique en Mauritanie et d’assurer son rayonnement dans l’environnement régional et international avec ses valeurs authentiques et ses nobles principes.

saharamedia

chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g | TAAZOUR





Rubriques à la une


Recherche