. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Enregistrements audio appartenant au Gouverneur de la BCM appelant à faire pression sur les propriétaires de NBM pour qu'ils vendent la banque

Dimanche 9 Mai 2021 - 22:24

Des enregistrements audios appartenant au Gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM), Cheikh El Kebir Moulaye Taher jettent plus la lumière sur les coulisses de la crise qui secoue la Nouvelle Banque de Mauritanie (NBM), tant pour les aspects liés à la vente que pour les montants financiers qui s’y rapportent ou encore revendiqués par la banque.

Dans l’un des audio, le Gouverneur fait pression sur les anciens actionnaires de la NBM pour conclure l’accord, tandis qu'il fait l’éloge dans un autre de la société canadienne à laquelle la banque a été vendue, estimant que l’opération de cession est l’unique option disponible.
 

Le refus de Abdel Baghi Ould Ahmed Bouha de signer le registre annulera l’accord, dit le Gouvernement dans l’une des séquences, « d'autant plus que les sommes issues des sociétés fictives étaient de 16 milliards, et ont été réduites jusqu'à 10, ce qui est une Mourabaha », ajoute-t-il, indiquant que « l'autre partie est prête à aider Ould Ahmed Bouha et au cas où il persistera dans son refus, il ira en prison ce soir ».
 

Il était intriguant que le Gouverneur parle dans l’un des clips audios d’une vente de la banque contre 30 millions de dollars, alors que le montant annoncé dans l’accord était de 29,5 millions de dollars.

Le Gouverneur de la BCM a pris la défense, dans les enregistrements qui remonteraient à une conversation téléphonique dont la seconde partie n’a pas été identifiée, du directeur du contrôle bancaire nommé pour administrer la NBM, niant assumer toute responsabilité dans la crise.

Il est probable que les enregistrements remontent à la période de la vente de la NBM à la société canadienne Westbridge Mortgage REIT, à la mi-2020.
 

La défense des anciens actionnaires de la NBM avait accusé sans les nommer, au cours d'une conférence de presse organisée mardi dernier, certains employés de la BCM, de complaisance avec la société étrangère «Westbridge», acquéreuse de la banque, affirmant détenir des preuves irréfutables qui attestant l’ampleur de la connivence  d’extrême gravité, selon ses dires, rappelle-t-on.

Le collectif de défense a qualifié les charges portées contre leurs clients de « fausses accusations », ajoutant qu'ils sont toujours en prison malgré les mesures juridiques prises et le travail de sensibilisation visant à clarifier les non-dits, plus graves que l'accusation portée contre leurs clients, souligne-t-il.
 

 La BCM avait déposé le 14 juin 2019 une plainte contre les actionnaires de la NBM, sur la base d'un contrôle effectué par ses services habilités, avant que les deux parties ne signent un mémorandum d’entente le 20 juillet 2019, devant un notaire des contrats, en vertu duquel, la BVM administre la NBM et lui confère le pouvoir de la vendre à tout investisseur, aux conditions qu’elle juge.
 

Le fait que la NBM n’a pas été vendue comme précédemment promis par les anciens actionnaires à la société arabe "El Abdelli", écartée par la BCM qui a opté pour la société canadienne, avait suscité bien d’interrogations et de surprises, avaient révélé des sources liées au dossier, indique-t-on.

audio cliquez ici

taqadoum.mr

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche