. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Polisario: Le déclin d'une organisation figée dans le temps

Lundi 16 Janvier 2023 - 13:41

À la mi-janvier prochaine, le Polisario célébrera son seizième congrès, pas moins de cinquante ans après sa création dans les années 1970. On peut d’ores et déjà imaginer le résultat, dans la mesure où le même scénario se répète tous les trois ou quatre ans.
Un congrès composé de délégués, pour la plupart des militaires et des femmes, préalablement sélectionnés à travers des documents et des résolutions préfabriqués des mois auparavant par le Comité préparatoire, composé de hauts fonctionnaires et de membres de la direction politique. La réélection de ce dernier au Congrès ne réservera pas non plus de grandes surprises, compte tenu de l'imposition dérivée des quotas tribaux qui est généralement projetée lors du vote final. Bref, tout est calculé dans le style nord-coréen.

 

Un scénario prévu

La présence et l'intervention dans l'acte inaugural d'invités étrangers, issus pour la plupart de groupes de solidarité proches de l'extrême gauche espagnole, ainsi que de nationalismes périphériques ou de mouvements indépendantistes ibères, font partie du scénario prévu. Ils sont de moins en moins nombreux et représentatifs, mais très ostentatoires. Tout le monde défilera dans la tribune des orateurs pour donner à l'événement une prétendue dimension internationale et montrer que le "processus de libération", pourtant au point mort, accumule un soutien universel croissant.
Malgré l'importance et la gravité des événements de ces deux dernières années, le débat et les discours porteront, comme toujours, sur les « acquis de la révolution », mettant en lumière les déplacements présidentiels dans certaines capitales africaines, ne serait-ce que pour inspecter une terre donnée ou pour un simple acte de présence en tant que "stone guest" à une certaine conférence qui n’aura aucun effet positif sur l’avancement de la cause, en dehors de quelques "selfies" souvenirs.
Nul ne mettra en cause la direction politique sortante et entrante, qui est généralement la même, pour la décision maladroite concernant la rupture du cessez-le-feu et ses conséquences désastreuses sur le terrain. On oubliera que le soi-disant "territoire libéré" a cessé d'exister et que des dizaines de jeunes poussés au suicide perdent la vie quotidiennement, victimes des drones marocains. Ils ne parleront pas non plus de l'insécurité et de la dégradation des conditions de vie à l'intérieur des camps ou de la frustration des jeunes qui y habitent, et encore moins des déboires diplomatiques ou de l'échec du énième envoyé spécial de l'ONU. Le scénario mis en place ne l'envisage pas.

 

Un processus qui a mal tourné

Le Polisario, fondé par un groupe de jeunes immatures nés et élevés dans la ville marocaine pauvre et isolée de Tantan, a été figé dans le temps. Les protagonistes, fils d'anciens membres de l'armée de libération créée par le Maroc pour chasser le colonialisme espagnol et français de la région, ont fait leurs premiers pas en voulant poursuivre l'exploit de leurs parents. Cependant, le processus a mal tourné lorsque le hasard a conduit le chef du groupe, El Uali, à tomber sur les espions et les messagers du chef de la révolution libyenne, le colonel Kadhafi. Le moment ne pouvait pas être plus propice. La guerre froide et les luttes anticoloniales en Afrique s'intensifiaient, et en Espagne, le régime franquiste était en plein déclin.

Dès les premiers contacts à Nouakchott et Tripoli, récemment relatés par l'ancien espion libyen Al Gachat, le groupe Tantan a été séduit par les idées révolutionnaires et les « dollars » du colonel, embrassant sans hésitation son projet anti-impérialiste et progressiste pour la région. Dix jours après sa constitution, contraint au biceps dans les dépendances sécuritaires libyennes selon la version d'Al Gachat, le Polisario, sans consulter ni tenir compte de l'avis des Sahraouis natifs du territoire, a décidé d'entrer en guerre avec les Espagnols en mettant ainsi fin au processus de décolonisation timidement ouvert par Madrid au Sahara occidental.

Comme preuve de fidélité au projet panarabe de Kadhafi et à sa « troisième théorie universelle », les dirigeants du Polisario n'ont pas hésité à utiliser l'image, le drapeau et la méthode des feddayin palestiniens. Ils ont également mis en place dans les camps de réfugiés, improvisés dans les environs de Tindouf, le système des comités et congrès de base et généraux inspirés du modèle libyen. La revendication était de fonder une deuxième "Jamahiriya" au Sahara, dans le cadre d'un plan global visant à renverser les régimes de la région jugés capitalistes et réactionnaires. Le secrétaire général du Polisario de l'époque l'a déclaré publiquement dans l'un de ses discours en déclarant que le territoire de Saguia El Hamra et Río de Oro, c'est-à-dire la colonie espagnole, "ne sera pas libre tant que les régimes réactionnaires du Maroc, de la Tunisie et de la Mauritanie resteront en place ".

Depuis lors, le Polisario, en tant qu'organisation politique, est resté piégé dans le tunnel du temps. Après avoir été abandonné par son principal parrain, et dépendant exclusivement de l'Algérie du FLN, le mouvement ne put avancer dans son processus de libération, se limitant à gérer les camps de réfugiés de Tindouf, dans le désert inhospitalier et isolé du sud algérien. Là, il est resté dans les limbes, à l'abri des tempêtes et des vents du changement qui soufflaient des quatre points cardinaux. Il n'a même pas remarqué les transformations exemplaires du pays hôte, où le FLN a cessé d'être un parti unique. Au fil des années, la direction de l'ancien mouvement résiste grâce au modèle politique hérité de Kadhafi, un système totalitaire imposé et gouverné par des schémas d'endoctrinement et de contrôle policier typiques d'une fiction "orwellienne".

Au Polisario, la dissidence politique est interdite ; Il n'est toléré en aucun cas de remettre en cause la ligne politique, la pensée et la vérité absolue qui émanent des dirigeants. Les hauts dirigeants sont infaillibles, et leurs actes et même méfaits sont également irréprochables, même s'ils ont commis des erreurs politiques stratégiques, des cas aberrants de corruption morale ou des crimes odieux. Le comportement et la conduite de leurs dirigeants, aussi pervers ou ignobles qu'ils puissent paraître, trouveront toujours un public disponible qui les banalise et les attribue à des inventions et des machinations de propagande «ennemie ». Tout cela basé sur une fausse histoire installée par le Polisario lui-même depuis des décennies au profit de son image, et dans laquelle les destinataires de ladite histoire vivent trompés et inconscients de la réalité. Ainsi un demi-siècle s'est écoulé.

 

‘’Légende noire’’

Récemment, la direction politique du Polisario a reconnu pour la première fois sa "légende noire" en admettant avoir commis des violations des droits de l'homme et des exactions contre des citoyens dans les années 1970 et 1980. Un plan, d'une gravité discutable, a été annoncé pour "réparer matériellement" les victimes de sa répression. Ce sont des centaines de personnes qui sont restées pendant plus d'une décennie dans la sombre prison de "Rashid", sans procès préalable, exposées à toutes sortes de tortures, d'humiliations et d'exécutions extrajudiciaires. La plupart étaient des Sahraouis qui ont quitté leur emploi en Europe ou des volontaires mauritaniens qui ont décidé de rejoindre le combat. Pas moins d'une cinquantaine ont péri sous le joug de conditions carcérales “moyenâgeuses”. Beaucoup d'autres sont repartis avec des stigmates physiques et psychologiques indélébiles. Les victimes qui ont survécu et leurs familles exigent une réparation morale, ainsi que l'épuration des responsabilités politiques, plutôt qu'une compensation matérielle.
Dans sa longue histoire, le Polisario a implanté parmi la population sahraouie sous son contrôle un concept de nationalisme radical qui confine au fascisme. C'est une idéologie sectaire, avec une forte composante d'intolérance et de mépris pour toute idée ou approche qui ne cadre pas avec ses postulats et le discours de ses dirigeants politiques.

Dans sa philosophie, l'adversaire politique n'existe pas. Dans sa république "démocratique", il n'y a pas de place pour les courants critiques ou pour les opposants politiques. Elle divise les gens, même membres d'une même famille, en "bons" et "mauvais", "patriotes" ou "traîtres", selon leur affinité par rapport à la ligne officielle et le degré de dévouement et de loyauté envers les vrais dirigeants, ceux connus sous le nom de gang Tantan ou ce qu'il en reste.
Même les hauts dirigeants, objet de purges au sommet, n'ont pas été épargnés par les mesures punitives et correctives. C'est le cas d'Omar Hadrami et d'Ayoub Lehbeib, tous deux membres du Comité exécutif et fondateurs du mouvement, qui ont été contraints de partir et de rentrer au Maroc. Ils s'en sont aussi pris aux dirigeants de second ordre qui ont osé élever la voix de la protestation en 1988. La plupart des membres du bureau politique du Polisario d'alors ont été brutalement réprimés, certains ont été emprisonnés, dont les représentants actuels en Algérie et en France. Beaucoup d'autres ont été humiliés en public, dans des sortes d'"autodafés’’ devant des tribunaux inquisiteurs créés pour l'occasion.

Dans le système du Polisario, la suspicion peut peser sur n'importe qui. Boukhari Ahmed, considéré comme l'âme de la diplomatie sahraouie et son représentant à l'ONU jusqu'à sa mort en avril 2018, a été un jour sommé d'ouvrir sa mallette personnelle lors d'une réunion officielle de la plus haute instance politique et en présence de l'ensemble des dirigeants, au cas où il cacherait un micro ou autre système d'enregistrement pour le compte d'un service d'espionnage étranger. La scène semble tout droit sortie du film "Les Incorruptibles", sur la vie et les méthodes du légendaire mafieux américain Al Capone. Plus tard, après la mort de Boukhari, ses collègues ont eu plus qu'assez d'indécence et d'immoralité pour utiliser son image et sa réputation en associant son nom au dernier conclave de l'organisation, le Congrès VX.

Le système est toujours en vigueur aujourd'hui. Si quelqu'un décide, pour quelque raison que ce soit, de se rebeller ou de déranger la direction du Polisario, de se retirer ou simplement de remettre en cause la droiture, la diligence et la gestion présumées des dirigeants, il commet une hérésie politique pire que celle menée par Salman Rushdie. Avant d’être la cible d’une campagne de diffamation brutale, dans laquelle des plumes anonymes sur les réseaux sociaux sont combinées à un nombre infini de portails créés à cet effet, dont "Sawt Alwatan" et sa version espagnole "ECS (El Confidencial Saharaui)" sont les plus actifs. Une partie de l'action diffamatoire est menée par les soi-disant "shuara", des sortes de bardes ou de bouffons, dont la fonction est de créer et de diffuser des compositions poétiques burlesques pour vilipender et ridiculiser devant le peuple les "traîtres à la cause". Les amis et collègues qui occupent des postes, aussi insignifiants soient-ils, comprennent le message et commencent à prendre leurs distances, ce qui entraîne l'un des pires correctifs : la condamnation sociale. Même les parents proches sont pointés du doigt, et les mariages finissent par ressentir du ressentiment et parfois même se rompre.

Bref, nous sommes face à une idéologie sectaire et destructrice, qui mêle fanatisme tribal et religieux, ainsi qu'intolérance et irrationalité politique typiques d'un nationalisme radical toxique. Le Polisario a brisé la vie, les efforts et les sacrifices du peuple sahraoui, l'embarquant dans un voyage vers nulle part à la poursuite de mirages. Jusqu'à présent, son projet raté n'a fait que semer la division et la discorde au sein de la société, laissant en héritage une longue traînée de morts, d'orphelins, de veuves et de douleur. Incapable de s'adapter aux temps nouveaux, l'ancien mouvement auquel de nombreux sahraouis se sont donnés corps et âme est resté momifié dans le passé, réduit à ce qu'il est malheureusement aujourd'hui, une organisation "bâtarde" en déclin.

 

Hadj Ahmed Baricalla
Premier Secrétaire du MSP

chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 8 Février 2023 - 12:53 Au travail, messieurs les juges !

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche