. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Parti au pouvoir et les élites prédatrices

Lundi 11 Mai 2020 - 19:50

Pourquoi le « parti au pouvoir » s’est-il transformé en un slogan creux qui couvre à peine sa réalité, en tant que machine à corruption?

La réponse nécessite des articles complets pour l’analyse. Voici une brève tentative dans laquelle nous réduisons l’espace et le temps car les bons mots sont les plus courts et les plus instructifs.

Premièrement, le «parti au pouvoir» est un bloc gélatineux qui représente, en grande partie la structure sociale traditionnelle avec sa hiérarchie, sans rapport avec l’idée d’État et de citoyenneté.

Il est fondé sur la tribu, la région et la race. En d’autres termes, le parti-État  est encadré,  par une robe moderniste de la structure traditionnelle,  avec ses relations sociales pendant  la période pré-étatique, y compris l’idée du vassal et du maître. Chose  particulièrement courante dans les wilayas de l’intérieur, où le premier critère de préséance est la descendance et la fidélité à l’État puis à l’élite.

On y a récemment ajouté (les deux dernières décennies) le capital financier  qui a dépassé le facteur tribal et s’est transformée en une autre dimension indépendante dans la hiérarchie des classes, et même on peut dire qu’il  est sorti de cette hiérarchie pour devenir la cinquième dimension avec la classe sociale, le clan, la tribu  et la race.

L’élite qui s’accumule dans ce rassemblement a érodé ses valeurs morales et s’est ensuite transformée en cancer dévorant les secteurs public et privé.Le résultat est qu’au fil des années, en vertu de la coutume et de la tradition, cette minorité de personnes nommées  hauts fonctionnaires et  cadres des administrations publiques sont devenues une organisation criminelle dédiée à une entente non écrite entre elles  et le souverain: positions contre butin ou butin dans le cas d’Ould Abdel Aziz.

Ainsi, son travail principal est de soutenir le dirigeant non seulement en justifiant son comportement et en le théorisant, mais en l’aidant à saisir l’argent public et l’enrichissement illicite en vertu du contrôle et de l’expansion de cette élite dans toutes les installations et les articulations de l’État.

Deuxièmement, le « parti au pouvoir » n’a pas de rhétorique idéologique, mais plutôt une boîte de slogans lancés par des cadres d’élite, qui sont essentiellement utilisés pour glorifier l’individu assis sur le fauteuil présidentiel, indépendamment de son identité et de la manière dont il est arrivé au pouvoir. Et le plus important: quel que soit son pouvoir.

Ce «discours» porté par l ‘«État partie» à ses stades de développement sous régime militaire n’a pas changé son essence et n’a jamais été destiné à réglementer sérieusement la relation entre la pyramide du pouvoir et le gouverné , sur la base d’un contrat social établi avec des droits et des devoirs qui établissent la relation et la consolident en se fondant sur la loi. Et d’un système éthique basé sur l’identité civilisée du pays, dont l’islam est son précieux moteur.

Le parti au pouvoir et la pyramide du pouvoir sont en fait un creuset dans lequel tous ces facteurs et dimensions ont fondu, de sorte que son discours a été basé sur un record de «réalisations» telles que la longueur des routes pavées, le nombre d’établissements ou à d’autres moments les conférences internationales organisées dans le pays et présentées au citoyen comme un insigne dusouverain envers les gouvernés et que cela ne serait jamais arrivé sans son « Excellence « , qu’il ait été construit avec des fonds publics ou non.

C’est ce que les élites prédatrices ont produit au lieu du discours du parti axé sur la construction de l’individu-citoyen et de son bien-être: Proposition d’ une vision d’un projet d’État moderne qui accompagne l’esprit de l’époque et élève la société et établit un contrat social qui s’attaque aux injustices historiques auxquelles ses groupes ont été exposés, qu’ils soient de classe, ethniques ou économiques.

Au lieu que le parti au pouvoir soit une locomotive progressiste pour faire exploser les énergies créatives dans le pays afin de le faire sortir de la pauvreté, du retard et de la tyrannie, le parti au pouvoir est devenu un manège pour tous les aspirants et pour l’argent dans lequel il est le plus en mesure d’adhérer et d’hypocrisie indépendamment de l’intégrité et de la compétence.

Cependant, il est injuste de prétendre que le «parti au pouvoir» manque de compétences , alors qu’il en a un niveau élevé.  Mais en raison de l’absence d’une boussole éthique, il innove en volant des deniers publics et en soutenant les voleurs au sommet de la pyramide, comme cela s’est produit dans la décennie d’Ould Abdel Aziz.En plus de sonactivité  organique,  en tant que réacteur de complot et compétition pour des postes et des privilèges.

En d’autres termes, il est impossible pour le parti au pouvoir, en raison de sa structure et de son système de valeurs actuels, d’être porteur des aspirations et des espoirs des classes défavorisées, mais seulement d’une machine pour les exploiter et les appauvrir, puis les domestiquer dans l’intérêt de l’élite.

Par conséquent, il est nécessaire de se débarrasser de l’illusion que ce rassemblement criminel peut être réformé en changeant simplement un individu ici et là tant que sa rhétorique n’a pas changé, et surtout, tant que les pôles de corruption en lui et ses symboles ne sont pas neutralisés.

Troisièmement, le « parti au pouvoir » n’a pas les éléments les plus élémentaires de transparence et de démocratie, car il s’agit d’un cadre autoritaire dirigé de manière superficielle, car tous ses ordres émanent du palais présidentiel qui détermine qui est autorisé à se présenter, et cela se fait sur la base de comptes tribaux, régionaux et ethniques qui n’ont rien à voir avec la démocratie ou les options des affiliés au parti dont certains croient plutot à un système des cheikhs et des monarchies qu’une  république.  C’est-à-dire que le souverain doit être suivi, quelle qu’il  soit et quelle que soit la nature de son règne.

Il sa’git evidemment d’une contradiction logique:  Comment parler de démocratie après avoir vu  que le «parti au pouvoir» est un gang criminel dont le seul moteur est le complot et le vol? l’énigme Perse!!!

Il ne peut y avoir de vie démocratique, dans aucun pays, si ses dirigeants s’appuient politiquement sur des gangs criminels, dirigés par la mentalité de bandits et de voleurs et avec la logique du profit.

On ne peut donner que ce que l’on a. Donc,  nous devons reconnaître ces faits, surtout après l’épreuve d’Ould Abdel Aziz. Une entité ne peut pas être décrite comme un parti politique si elle n’a pas une idéologie et une dimension idéologique et morale, et lorsqu’il existe une telle entité motivée par la corruption, il n’est pas correct de la décrire autre qu’ une union de voleurs.

Il est inévitable d’admettre que le parti au pouvoir est plus que jamais en faillite morale et politique, un fardeau qui jette une ombre lourde sur la crédibilité du système étatique et qui alourdit la charge  du nouveau président.Lequel  ne pourra pas gouverner le pays ni réaliser aucune de ses ambitions, tant qu’il ne se débarrassera pas de ce parti . Il est temps d’enterrer l’Union pour la République, dans l’interet du pays. Et  l’honneur du défunt est de l’enterrer . Mais ici, il n’est pas permis d’avoir pitié de cette personne décédée.

* Nasser Widadadi / Spécialisé en «Violence religieuse»


adrar-info

chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 8 Février 2023 - 12:53 Au travail, messieurs les juges !

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche