. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Guérisseurs traditionnels, Tradithérapeutes ou tradipraticiens (1) : Une pratique ancestrale qui a de beaux jours devant elle

Jeudi 16 Avril 2020 - 11:25

Guérisseurs traditionnels, Tradithérapeutes ou tradipraticiens (1) : Une pratique ancestrale qui a de beaux jours devant elle

La médecine traditionnelle reste très présente en Mauritanie. Ses praticiens ont pignon sur rue. On les voit partout : boutiques, petites tables en bord de rue, marchands ambulants, cabinets privés... Ils prétendent tout soigner avec des produits locaux mais aussi d’importation : hémorroïdes, dysfonctionnement érectile, stérilité, asthme, tension, diabète, cancer, épilepsie… Nombreux en banlieue de Nouakchott, certains proviennent de pays ouest-africains. Pour attirer les clients, d’aucuns n’hésitent pas à placarder les portes de leur cabinet de dessins et photos illustrant les pathologies qu’ils peuvent guérir, jusqu’au lapidaire : « Je soigne toutes sortes de maladie ». Et la clientèle suit, comme en témoignent les rangs devant certains cabinets, salles d’attente ou maisons mêmes.
 

Et pour cause, c’est déçus ou découragés par des rendez-vous multiples, coûts élevés d’examens médicaux et traitements sans effet de la médecine dite moderne, que les gens se tournent vers les tradi-thérapeutes, le bouche-à-oreille aidant. Guéri, voire simplement soulagé, le patient oriente ses proches et voisins. Il s’y ajoute que certains d’entre ces médecins traditionnels recourent aux médias pour se faire connaître. Ils passent souvent en direct sur telle ou telle radio, vantant leurs pouvoirs, répondant  aux questions des auditeurs  et laissant même leurs contacts pour d’éventuels clients.
 

Leur secret ou pouvoir ? Les vertus des plantes. Tous disent les maîtriser  et en usent pour soigner leurs patients. Dans leurs cabinets, ils exposent les écorces, feuilles, racines, poudres… Leurs étagères et armoires sont garnies d’élixirs variés. À la question  de savoir comment ils ont acquis leur savoir, certains vous affirment avoir fait des études dans des écoles spécialisées, d’autres indiquent avoir été initiés par des proches avant de se perfectionner auprès d’autres guérisseurs réputés. D’autres enfin déclarent avoir hérité leur science par transmission familiale, au-delà, parfois de leurs arrière-grands-parents.
 

En dépit de l’importance que les citoyens accordent à ces guérisseurs, le secteur reste mal organisé. Comme partout dans le secteur informel, les éventuelles ententes suivent les contingences sociales, tribales, ethniques, raciales même. Du côté des Maures, quelques grandes familles réputées dominent le domaine : Adje, Awva, Bédrédine, Makhary, notamment ; qui ont fondé ensemble, en 2004, une association dont on parlera plus loin. Intéressons-nous pour l’instant au côté négro-africain où l’on semble plus encore travailler chacun dans son petit coin. Petit tour sommaire de quelques-uns de ses cabinets à Nouakchott.

 

Docteure Aja Okiki : « Je suis diplômée d’un institut de formation en médecine traditionnelle ».
 

« J’ai fait des études de cinq ans dans une faculté de médecine traditionnelle au Nigéria, je n’ai pas donc hérité, comme certains le disent, la pratique de mes parents, même si ma famille est connue pour cette pratique séculaire. Au Nigeria, il faut étudier et acquérir un diplôme reconnu au pays pour pratiquer la médecine traditionnelle », déclare la docteure. Haja Okiki qui ajoute : « on nous rappelle chaque fois au pays pour nous recycler à chaque découverte d’une nouvelle plante ».

Installée en Mauritanie depuis plus de quinze ans, cette nigériane musulmane soigne ses patients dans son cabinet situé non loin de la mosquée Qatar du quartier El Mina. Elle indique que la majorité des plantes qu’elle utilise provient de son pays natal. « Je les prépare ici à la maison. Quand mon stock se réduit, je pars au pays les collecter moi-même, il arrive aussi qu’on me les envoie ou que je me ravitaille auprès de certains commerçants haoussas du Niger. Des feuilles, écorces ou bouts de branche pour préparer des poudres et des décoctions ». Évoquant les risques de surdosage, elle précise : « on ne peut  pas donner n’importe quoi aux patients, pour simplement leur prendre de l’argent, nous avons appris comment préparer nos traitements, en fonction des pathologies, nous ne prenons aucun risque, nous savons graduer les doses ». Et d’ajouter, quant à la conservation des produits en bouteilles : « j’évite de conserver longtemps les produits pour éviter altération ou avaries qui pourraient occasionner des maux de gorge  ou autres irritations ».

Quels types de maladies soigne Haja Okiki ? « Je ne prétends pas comme certains soigner toutes sortes de maladies, en dépit de ce qui est indiqué sur l’enseigne de mon logement. Le calligraphe qui l’a réalisée ne comprenait pas bien français… Ceci dit, les clients qui viennent ici souffrent d’hémorroïdes, dysfonctionnement érectile, diabète, tension, stérilité, sinusite, douleurs abdominales, maux de tête chroniques ou de dos, plus occasionnels ». Pour le diabète que certains de ses homologues prétendent  guérir, la tradithérapeute se montre très prudente. « Si le taux de sucre du patient ne dépasse pas un gramme, on peut lui prodiguer un traitement, combiné avec un régime alimentaire  et du sport… ».
 

Entretient-elle des rapports avec la médecine moderne ? Avec ses collègues ou concurrents du marché ? « Il arrive que je demande à certains patients de se rendre dans des structures de santé moderne mais j’échange très peu avec les autres tradipraticiens, nous sommes dans un marché, la concurrence est réelle… Mais je ne me plains pas, je connais mon métier et nombre de mes patients soignés font de la communication pour moi ». Ses prix ? À l’instar de ses concurrents, Haja Okiki négocie et tarifie souvent à la tête du client. « On peut payer le traitement par tranches et selon sa durée », dit-elle, « nous accordons  beaucoup de facilités aux patients »…

 

Docteur Modou Ly : « Le métier souffre d’un manque d’organisation, nous le déplorons »
 

Autre cabinet, autre approche. Le docteur Modou Ly tient un petit cabinet, toujours à Sebkha, non loin du carrefour bien connu de Yéro Sarr. La boutique s’ouvre sur un axe très passant et se remarque par une plaque sur laquelle on peut lire « Clinique Thierno Modou Ly, Médecine traditionnelle ». L’enseigne à la porte indique qu’il « soigne toutes sortes de maladies ». Interpelé sur cette capacité à tout soigner, « toutes sortes ne signifie pas tout », précise-t-il, non, je ne peux pas soigner toutes les maladies, seul Allah dispose de ce pouvoir ». Et d’indiquer, au passage, que « tout celui qui pousse sa porte aura un traitement à un moindre coût ». Formé au Ghana en « science des plantes » et arguant de douze années d’expérience en matière de médecine traditionnelle, le docteur Ly renseigne que la plupart de ses produits arrivent de son pays natal. « Je les prépare moi-même ici et les mets en emballage ». Les étagères de sa boutique sont en effet garnies de bouteilles emballées dans du papier blanc sur lequel on peut lire les vertus du produit. Les patients viennent expliquer de quoi ils souffrent et le médecin leur vend une ou deux bouteilles contenant « au moins quatre plantes » adaptées à la pathologie diagnostiquée. Le docteur Ly affirme que ses produits peuvent être « conservés sept ans dans les bouteilles sans altération », avant de se vanter : « aucun laboratoire moderne ne peut déceler le moindre manquement à nos produits, étudiés, expérimentés et bien traités ». Et d’écarter tout risque de surdosage : « Les consignes d’utilisation sont précises et bien expliquées ».

À la question de savoir s’il existe, en Mauritanie, des relations entre la médecine moderne et la médecine traditionnelle, comme en certains de nos pays voisins, « il n’y en a pas chez nous », regrette-t-il, « les tradithérapeutes ne sont pas organisés, chacun opère dans son petit coin ». Il signale avoir fait l’objet d’une arnaque de certains esprits malsains venus lui soutirer de l’argent, pour un soit disant syndicat dont le but était, disaient ceux-ci, de « défendre les intérêts des praticiens. Je ne les ai plus jamais revus… Nous n’entretenons guère plus de rapports avec la médecine moderne, même s’il nous arrive d’orienter certains patients vers des établissements publics, quand la pathologie n’est pas de nos compétences ». Quant à ses tarifs, le docteur Ly indique que le plus élevé ne dépasse pas dix mille ouguiyas (MRO).
 

« L’organisation de la médecine traditionnelle aurait pu permettre de capitaliser et de mutualiser les expériences des uns et des autres, au profit des patients », conclut-il. « Trop de gens se revendiquent de la fonction de tradithérapeute mais n’y ont malheureusement rien à voir : ce sont le plus souvent des charlatans et cela porte préjudice aux vrais professionnels qui devraient en vivre. Certains même n’hésitent pas à s’attacher les services de radios pour arnaquer les patients ». De fait, beaucoup se sont autopromus tradithérapeutes, parce que c’est un métier « facile », a priori guère fatiguant, quand il est pris « à la légère », et souvent lucratif. il suffit de louer  une chambre ou une maison, s’y installer, se doter, sur le marché, de diverses plantes ordinairement de qualité « très variable » – un euphémisme voilant un ordinaire généralement fort piètre – et se mettre à « pratiquer », c’est-à-dire en cette occurrence, arnaquer les pauvres patients. La naïveté des citoyens y aide beaucoup. (À suivre).

Athié Alassane

lecalame.info

chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche