. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Colonel Ould Lek-Hal : le moral des troupes et la combine des Bouna Mokhtar ont motivé le coup d'état en 1978 contre Ould Daddah

Mardi 13 Juin 2017 - 20:06

Dans le 6éme épisode de son entretien pour le site « Taqadoumy », le colonnel Mohamed Ould Lek-hal évoque les raisons du coup d’etat du 10 juillet 1978 contre Moktar Ould Daddah.


L’armée est entrée dans une guerre du désert avec un effectif ne dépassent pas trois mille militaires, qui  a , par la suite évolué jusqu’à   atteindre cinq mille hommes.

L’armement était simple. Nous ne disposions que des armes collectives classiques et d’ autres armes legeres  type de MAS-36 et  MAS 49/56 de fabrication Française.

La détérioration du moral des troupes  est la  raisons du coup d’Etat contre le président Mokhtar Ould Daddah, en plus des motifs politiques, dont je parlerai plus tard.
 

En fait, la Mauritanie n’a pas eu la chance d’obtenir des aides et soutiens   militaires en dehors de celui gracieux octroyé par l’Arabie Saoudite, qui a accordé un chèque en blanc dans le but d’acquérir des armes et des engins autant que nécessaires.

Mais une « discorde » entre  l’état-major général et l’ambassadeur mauritanien en Espagne, le colonel Ould Bouna Mokhtar et son frère qui dirige actuellement  une banque privée, a conduit à l’achat en  ‘Espagne d’ armes de mauvaises qualité et des véhicules usagés.

Et le problème c’est que la trahison a été déclenchée  par l’état-major général, dirigé à l’époque  par Mbarek Ould  Bouna Mokhtar  ..
 

Les termes de l’accord et ses applications ont été entourés de confusion , chaos, corruption et bien d’autres choses pas très bien claires.

Cette affaire d’achat d’armes en Espagne avec des fonds Saoudiens  est  l’une des raisons qui ont conduit au coup d’état contre  Moktar Ould Daddah.

Entre autres raisons aussi,  le carburant était en possession de la société SNIM qui le fournissait  aux  unités de l’armée, puis tout à coup ,son directeur Ismail Ould Omar refusa, sans avertissement préalable, de continuer à le livrer  à l’armée

Il revenait à l’État de le faire revenir sur sa décision  car on ne peut pas imaginer  une armée en guerre sans carburant disponible. Mais l’Etat  ne l’a pas fait ,ce qui a provoqué un effondrement majeur du moral des troupes au sein de l’armée mauritanienne.
 

A cela , s’ajoute  la bataille difficile  qui a eu lieu  à Awsard, qui a duré neuf jours,et dans laquelle  les minutions de l’armée s’étaient  épuisées.

Nous avons demandé à l’aviation militaire de nous ravitailler , mais elle a fait  valoir que leurs avions couraient des risques en raison des violences de la bataille d’Awsred.

il ne nous restait plus qu’à nous adresser aux civils. C’est ainsi que des munitions et ravitaillements nous ont été acheminés par des avions civiles pilotés par des civils, l’un par un certain Vilaly et l’autre par un certain El Haj.

L’état  était  si faible qu’il ne pouvait sanctionner les pilotes militaires.
 

Cette  guerre a été aussi appelée la guerre des pauvres.  Seuls les officiers pauvres étaient sur le front des combats…Les officiers mieux lotis  ont tous apporté des  chapelets  des certificats médicaux, indiquant qu’ils ne peuvent participer aux contraintes de la guerre.

Bref, de ces haut gradés qui ont  combattu pendant la guerre du désert  seuls peuvent être  cités :   Haidalla , Ould Taya, , Soueydat qui fut martyrisé à Ain Ben tili , Ould Bouceif, et  quelque peu d’autres.

Propos recueillis par Mohamed Ould Ahmed El Aghel

Source : http://taqadoumy.co/ولد-لكحل-معنويات-الجيش-و-صفقة-أولاد-بون

Traduit par Adrar.Info

chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 5 Août 2017 - 23:23 Le peuple n’est pas dupe

chroniques VLN | énergie/mines | politique | économie | religion | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG/associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats/Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une


Pendant ce temps...

Recherche