. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Hommage à un grand homme et à un juriste exceptionnel Le Professeur Ahmed Salem Bouboutt

Jeudi 9 Août 2018 - 15:37

Hommage à un grand homme et à un juriste exceptionnel Le Professeur Ahmed Salem Bouboutt

Né à Atar le 26 octobre 1956, d’une illustre famille guerrière héritière de la tradition chevaleresque arabe mais néanmoins connue pour son érudition de la chariaa, Ahmed Salem OuldBouboutt est décédé le 10 juillet 2018 à Nouakchott à l’âge de 62 ans chez lui, au milieu des siens, sa femme, ses enfants, entouré d’affection, en pleine possession de ses moyens intellectuels.
C’est donc cette symbiose de ce que la société maure a de mieux qui a produit le Professeur Bouboutt.
 

Des hommages se sont succédés pour témoigner du caractère exceptionnel de l’homme et du juriste .Mais, la Faculté des sciences juridiques et économiques de l’Université de Nouakchott Al Aasriya tenait à rendre publiquement hommage à sa mémoire tant il a accompagné sa naissance et son développement.

C’est très tôt, au nadir de son apprentissage du droit que le talent de Bouboutt a été découvert et attesté par messieurs Bernard Durand agrégé de droit et spécialiste de l’histoire du droit et des institutions professeur et Doyen honoraire  de la Faculté de droit de Montpellier et Alain Bockel professeur de droit public à l’Université d’Orléans, tous deux à l’époque détachés à l’Université de Dakar respectivement comme professeur et Doyen. 

Une licence en droit brillamment obtenue, il suivit le professeur Bockel à Poitiers où il obtint 1981 une maitrise en droit public et un diplôme d’études approfondies avec la mention « Bien ».Son mémoire de DEA a porté sur le thème « La clause exorbitante du droit commun et son rôle dans le droit des contrats de l'Administration ».Ce premier travail de recherche confirma son aura et sa notoriété. Il est alors, remarqué et coopté dans un cercle restreint par le Doyen Vedel qui accepte de l’encadrer pour une thèse de Doctorat d’Etat en droit public intitulée « Recherches sur l'apport du Conseil Constitutionnel au droit administratif qu’il soutient en 1984. Cette thèse eu égard à sa qualité et à son apport doctrinal est publié en 1987 par les éditions Economica et les Presses universitaires d'Aix-Marseille. Elle demeure en effet un monument de la littérature juridique. 

Admis en 1988 à son premier concours d'agrégation de droit, il choisit en dépit des opportunités de travail offertes par les universités françaises son pays, pour y professer le droit. Il consacra à la Faculté des sciences juridiques et économiques de Nouakchott toute son énergie et son talent en se consacrant à l’enseignement et à la recherche.

Si l’enseignant a marqué ses étudiants ici et ailleurs, c’est probablement le chercheur, plus que l’enseignant, qui a marqué et marquera durablement sa discipline. Le Professeur Ahmed Salem OuldBouboutt était en effet, l’inverse d’un intellectuel médiatique. D’une grande discrétion, il a évité avec soin les feux de l'actualité pour se consacrer, à l’ombre des textes et des publications juridiques, à l’étude solitaire et austère du droit public et à la rédaction d’une œuvre majeure dans laquelle puisent des générations d’étudiants, de chercheurs et de praticiens.

Son curriculum vitae, au chapitre de la recherche et du rayonnement, ne manque pas d’impressionner. On notera particulièrement son éclectisme, rare dans le milieu universitaire, puisqu’il a œuvré tant en droit administratif, en droit constitutionnel, qu’en droit international public et en droit des pêches maritimes. Sa notoriété et son autorité dépassaient les frontières de la Mauritanie Elles étaient en effet, largement reconnues à l’extérieur de la Faculté de Droit de Nouakchott, notamment au Maroc, au Sénégal, en Tunisie en France et dans tout l’espace francophone. En son pays nul n’est prophète, dit le vieux proverbe.       

Nommé au Conseil constitutionnel, il a illuminé de son génie les premières décisions de cette auguste institution. Ce même talent a été mis au service des départements de la justice, des pêches maritimes et de la primature où il exerça la fonction de conseiller juridique.
C’est cet esprit brillant et généreux qui s’est éteint. La Faculté des sciences juridiques et économiques entend lui rendre hommage par les actions suivantes :

-La traduction de son dernier article publié dans la revue française de droit constitutionnel (2018/1N°113 pages (75-92))intitulé « la constitution mauritanienne toujours recommencée ! Réflexion sur la révision constitutionnelle du 15 aout 2017 ».Ce titre sonne pour l’amoureux de la poésie française qu’il était comme un dernier clin d’œil à Paul Valéry et à son poème le cimetière marin dans lequel il écrit « la mer la mer toujours recommencée. » La revue mauritanienne de droit et d’économie sera honorée par sa publication prochaine. 

-Un colloque international sur les Constitutions sera organisé en Novembre à la mémoire du brillant constitutionnaliste qu’il était.
-Des mélanges à sa mémoire seront publiés sous la direction des professeurs Aly Fall et un de ses collègues français.
Je présente aux pouvoirs publics une suppliquetendante à baptiser du nom du Professeur Ahmed Salem OuldBouboutt le plus grand des nouveaux amphithéâtres de la Faculté des sciences juridiques et économiques de Nouakchott.

C’est là, l’hommage que sa modestie n’aurait jamais envisagé. Mais la Faculté ne pouvait le laisser partir sans lui donner un témoignage de l’affection que lui portent tous ses collègues et de la haute estime dans laquelle ils tiennent sa personne et ses travaux.
Que sa mémoire soit honorée à travers ces quelques mots que nous lui témoignons tous. La disparition d’une personnalité aussi considérable que celle du Professeur Bouboutt crée un vide immense que toute la famille de la Faculté des sciences juridiques et économiques et l’Université de Nouakchott Al Aasriya   ressent avec vive émotion. A sa femme, à ses enfants, à toute sa famille et à ses proches, ses collègues, ses étudiants, la Faculté des sciences juridiques et économiques tient à exprimer son sentiment de profonde affliction et la part qu’elle prend à leur deuil. Que nos prières et nos pensées l’accompagnent.

 

par le Professeur Moctar fallOuldMohamedou

Doyen de la Faculté des sciences juridiques et économiques

source essahraa.net

chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 8 Décembre 2018 - 18:22 Ahmed Ould Sidi Baba à propos de Hassen II

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche