. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Encore une erreur de communication de l’Etat face à Aziz

Jeudi 10 Juin 2021 - 10:50

Quelle idée d’offrir à Aziz un avion pour rapatrier le corps de sa défunte mère que Dieu accueille son âme en son saint paradis. On envoie un avion pour quelqu’un de vivant pour accélérer un déplacement sanitaire mais pour quelqu’un de décédé dont le corps voyagera en soute, quelle idée d’offrir un avion alors que les vols réguliers entre L’Espagne et la Mauritanie ne manquent pas.

Quand on tend la main à quelqu’un dans la situation d’Aziz avec son caractère, il faut d’abord s’assurer qu’il n’a aucun autre moyen de se passer de l’aide d’un pouvoir dont il subit la rigueur. Son refus était prévisible. L’Etat ne gagne rien avec l’initiative car le citoyen lambda s’étonne qu’on puisse envoyer un avion juste pour ramener un corps alors que les vols réguliers ne manquent pas et il dira qu'Aziz " Rajeul " en refusant tout soutien venant du régime.

Ce que la justice aurait dû faire, comme cela se fait dans un état de droit où même un prisonnier peut être autorisé à assister à un enterrement, c’est annoncer tôt un allégement des mesures pour permettre à Aziz de circuler comme bon lui semble en Mauritanie, le temps du deuil à condition de rentrer chez lui tôt tous les soirs. L’Etat a les moyens de surveiller ses déplacements et connaissant les mauritaniens, très peu accepteront sa visite.

Il a été autorisé à assister à l’enterrement mais l’information a atterri tard après le refus d’Aziz d’accepter l’avion.

A propos de communication, il est temps au moins pour le ministre de l’intérieur et même pour le chef de l’Etat de s’entourer de gens qui leur éviteront des situations où ils seront la risée des jeunes sur internet. Aujourd’hui un homme public ne doit plus sortir de chez lui quasiment en pyjama ou mal habillé en sandales avec un jogging.

Il faut faire comme le ministre de la défense qui est toujours tiré à quatre épingles de jour comme de nuit même en tenue de sport.

Vu qu’au niveau de la présidence, rien n’a été encore fait d'efficace depuis que le dernier conseiller en communication a libéré les lieux, on peut être certain que Ghazouani ne sait pas combien son image est atteinte régulièrement sur internet sinon il aurait pris les mesures qu’il faut pour protéger son image.

Nos dirigeants sont d’une génération dont l’univers psychologique s’est formé loin des techniques modernes d’information. Ils agissent encore avec les mêmes protocoles qu’à l’époque du monopole de l’information aux mains de la presse papier et de la télévision. Ils ne savent pas ce qu’il faut faire face à l’ère d’internet.

Envoyer des gens faire des contre-commentaires ne règle rien ; de même que faire taire les journalistes et les activistes résidents en Mauritanie car cela donne encore plus d’écho aux seules voix disponibles à savoir celles des blogueurs en exil.

Le chef de l’Etat ne doit pas improviser une sortie devant le moindre appareil photo sans en avoir discuté avec les communicants à son service. A chacun son métier.

VLANE A.O.S.A

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche