. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Mon intuition avait raison par maître Mohamed Mahmoud Ould Ematt

Lundi 2 Août 2021 - 00:48

L'histoire commença lorsque la politique tenta de me séduire alors que je commençais tout juste à exercer la profession d’avocat, immédiatement après ma libération de la misère des études et de la souffrance de l'étudiant à l'université.
 

L'arène nationale avait contracté une indicible folie de la politique et de ses signes précurseurs... Des partis naissent, des projets politiques se forment, une majorité domine, et une opposition se tient en embuscade... Le choix était pour moi difficile, entre la profession et les tentations de l'argent et du profit sous la protection de la majorité regardant de sa tour d'ivoire d'une part, et ce que dicte l’âme d’un jeune homme enthousiaste pour une patrie assaillie par des groupes de riches, d’influents et de leurs partisans qui la considèrent comme un gâteau alléchant qu’ils se partagent, d’autre part... Dès lors, je devais privilégier le parti de la réforme et me tenir aux côtés de ceux qui œuvrent à bâtir une patrie où il n'y a d'injustice envers personne, une nation dont les richesses profitent sur un pied d’égalité au faible et au fort, au noir et au blanc...

 

Digne fils de ce pays 
 

 L'opposition positive fut mon point d’atterrissage pendant près de trois décennies, au cours desquelles j'ai escaladé les écueils difficiles de l'opposition, tantôt en combattant parmi mes pairs et parfois en leader dirigeant les élites. J'ai subi toutes les contraintes de la politique et de la lutte, jeté en prison, passé à tabac et soumis aux humiliations et aux privations... Par ailleurs, je n'étais pas à l'abri des subornations par les régimes successifs et des promesses séduisantes des politiques et malgré mon refus de leurs offres et ma détermination à m’en tenir fermement aux principes et à défendre les intérêts du pays et du peuple, je cherchais parallèlement quelqu'un pour conduire le navire de la patrie à bon port...

Alors, j'ai trouvé ce que je cherchais chez un digne fils de ce pays... J'ai parlé avec lui avant de le connaître et j'ai appris de cette rencontre que je suis devant une personne d'une trempe particulière, une personne qui porte les préoccupations de la patrie et du citoyen à travers son projet prometteur, son intelligence lumineuse et sa personnalité équilibrée. J'ai donc décidé de rejoindre son heureux cortège, pour réaliser un objectif que l’impuissance et la chute devant les obstacles ont failli conduire aux ruines de l'échec. J’ai nommé Mohamed Ould Cheikh El Ghazwani, qui lors de sa première apparition devant les masses, pour annoncer sa candidature à la magistrature suprême du pays, fit vibrer les fibres sensibles des âmes, captant les attentions, attirant les yeux et polarisant les oreilles par ses mots dont chaque lettre atteste sa véracité et sa sincérité dans ce qu'il dit...

Des promesses dont les traits ont commencé à se concrétiser blancs comme neige quand elles ont atteint les étapes de la mise en œuvre. La campagne de propagande pendant la candidature et les engagements qu'elle porte ne sont pas dissociés de l'action directe après son accession au pouvoir. Lors de la première rencontre directe avec son peuple après l'investiture, un tableau national apparut qui attira l'attention dans la ville d'Akjoujt dans la communion des cœurs et des esprits sur la tribune de l'anniversaire de l'indépendance et d’où furent lancées devant toutes les couleurs de l'échiquier politique mauritanien des décisions qui ont touché les esprits meurtris et réconforté les âmes anxieuses, au premier rang desquelles la décision de soutenir les faibles et les nécessiteux, puis les promesses sincères se réalisent sans discontinuer et constituent une icône imprégnant les grandes réalisations...

 

Vaste projet 
 

Depuis le début de son ère heureuse, les dépenses publiques ont été soumises à une politique de soutien à ceux qui méritent d'être soutenus, et cette politique fut la première pierre angulaire de l'édifice de la construction de l’homme longtemps resté loin de son humanité... Ici, tous les secteurs de l'Etat se sont trouvés dans un vaste projet mis en place pour servir les groupes vulnérables de la société dans les villes, les villages reculés et les campagnes, et Taazour était un nom qui porte les préoccupations et les aspirations du peuple.
 

Ni le lourd héritage que l'homme a trouvé devant lui, ni la pandémie du Corona qui a découragé les grands pays et détruit leurs économies, et dont les contraintes étaient une pierre d'achoppement devant toute construction, n'ont découragé l'homme ni son ambition prometteuse. Au contraire, ses engagements ont continué à triompher de ces difficultés, réalisant les espoirs et corroborant les paroles… En témoignent pour lui des projets qui ont touché l'élevage dans les deux Hodhs et ses parcours de transhumance dans tous les pâturages du vaste pays... La terre dans le bassin du Fleuve a vu exploser l'eau et les fermes, et les poissons en ont gazouillé dans les profondeurs de la mer, les trésors de la terre lui ont brillé dans les entrailles de l'océan, dans les collines de l’Inchiri, de Tasiast, dans les profondeurs du désert et dans les vastes étendues du Tiris. Ajoutons à cela les routes que l'homme a construites pour dompter les distances à l'intérieur des grandes et des petites villes et entre les villages et les campagnes, l'électricité qui a dissipé les épaisses ténèbres et la limpide eau potable agréable au goût que les bouches assoiffées des buveurs aspiraient...

Dans le domaine de ses réalisations diplomatiques, on normalisa les relations avec les pays amis et frères et le pays retrouva sa place naturelle dans son environnement international, gagnant ainsi la confiance des partenaires et permettant au citoyen mauritanien hors de son pays d’avoir son Gouvernement à ses côtés, où qu'il se trouve et là où il aille et nous ne sommes pas loin des sentiments sincères envers ce citoyen, à travers la libération des deux citoyens mauritaniens qui ont été récemment enlevés par des terroristes au Mali... Cela s'est fait dans le silence, le calme et la politique qui reflète le passé d'un homme aguerri qui sait comment on doit s’y prendre et ce geste n'est que l'un de ses gestes réussis et de ses réalisations diplomatiques majeures, le tout étant accompli et bien d'autres acquis en seulement deux années exceptionnelles...
 

Deux ans représentent moins de la moitié du premier mandat... Ici, j'ai poussé un soupir de soulagement et je suis resté un moment devant mon esprit à l’interroger!! Mon intuition et ma prédiction se sont-elles réalisées ce jour-là où j'ai imaginé que les espoirs avec le président Mohamed Ould Cheikh El-Ghazwani ne sont pas et ne seront jamais déçus ?

lecalame.info

chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche