. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Libération de l’activiste membre du TPMN

Mercredi 30 Novembre 2022 - 16:52

Arrêté ce matin du 28 novembre,  jour de l’indépendance mauritanienne,  Hachim Diacko vient d’être libéré avec ses compagnons d’infortune. Il faisait partie des manifestants venus réclamer justice pour les 28 soldats négro-mauritaniens, exécutés par pendaison, dans la nuit du 27 au 28 novembre dans la base militaire d’Inal, au nord du pays,  par leurs frères d’armes;  lesquels entendaient, par ce geste ignoble,  célébrer, la fête de l’indépendance en novembre  1990.

Comme chaque année, les veuves, les orphelins, les rescapés militaires et civils, victimes des événements de 1986 – 1990 manifestent ce 28 novembre  pour réclamer vérité, justice Ils considèrent depuis  lors,  le 28 novembre comme une journée de deuil, non de réjouissance. Pour eux, l’indépendance a été souillée par ces exécutions extrajudiciaires.  Ainsi, les manifestants venus des quartiers de la périphérie tentaient de se rassembler pour  faire un sit-in et une marche protestation, ce que les forces de l’ordre n’ont pas permis. Conduits au commissariat de Tevragh Zeina, Hachim et d’autres manifestants ont été libérés en début d’après-midi.
 

Il faut signaler qu’en 1993, le gouvernement de l’ancien président Ould Taya a fait adopter par le  Parlement mauritanien, une loi d’amnistie pour protéger les commanditaires et les auteurs des exactions commises sur les populations négro-mauritaniennes aussi bien dans les casernes que dans la vallée du fleuve Sénégal.
 

Membre très actif de TPMN, créé  en 2012 pour lutter contre le recensement biométrique lancé par le pouvoir de l’ancien président, Aziz  et que les jeunes négro-mauritaniens considéraient comme un moyen d’ « exclure les noirs » et comme un « génocide biométrique », Hachim est considéré comme un des plus  grands influenceurs;  il est très présent sur les réseaux sociaux et fustige  « les ’injustices et l’exclusion » dont les négro-africains sont l’objet de la part du système qui gouverne le pays depuis  l’indépendance.

Il faut enfin signaler que des manifestations similaires suivies d’arrestations se sont déroulées à  Bababé et à Djéol, dans le sud du pays.

lecalame

chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche