. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Avec la participation de notre pays, le sommet du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG) se poursuit en Algérie

Vendredi 1 Mars 2024 - 22:49

Le sommet de la septième session des chefs d’État et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG) s’est poursuivi vendredi au Centre international des conventions ‘’Abdellatif Rahal’’ à Alger.

La deuxième journée du sommet a été marquée par une réunion des ministres avec la participation de la délégation de notre pays conduite par le ministre du pétrole, des mines et de l’énergie, porte-parole du gouvernement, M. Nani Ould Chrougha.

Notre pays participe à ce sommet pour bénéficier du soutien de ses amis et frères dans ce forum international, en échangeant les expériences et en améliorant les connaissances dans le domaine de l’industrie du gaz.

La participation de la Mauritanie s’inscrit dans le cadre de l’équilibre entre le développement des stratégies de transition énergétique à l’effet d’accompagner et d’accélérer sa trajectoire de l’exploitation et la valorisation des ressources gazières, tout en mettant l’accent sur le respect de la souveraineté des Etats et de leur droit en matière de prise des décisions souveraines dans le domaine de l’énergie.

Les ministres discuteront de la version finale de la déclaration et des décisions liées au forum, ainsi que de la cérémonie de remise de la deuxième édition des prix du Forum des pays exportateurs de gaz en l’honneur de personnalités et d’entités ayant apporté une contribution exceptionnelle au secteur gazier.

La journée sera, également, marquée par la signature de protocoles d’accord avec la Commission africaine de l’énergie (AFRAC) de l’Union africaine et l’Institut de recherche économique pour les pays de l’ANASE et de l’Asie de l’Est (ERI).

Les experts et les spécialistes estiment que ce sommet peut être considéré comme le “Sommet des grands défis”, compte tenu des réalités internationales actuelles que les pays producteurs de gaz doivent prendre en considération, d’autant plus que la situation des échanges internationaux est caractérisée par de graves conflits, chaque partie cherche à défendre ses intérêts.

Cela étant, il est nécessite de rechercher d’un une formule commune entre les pays producteurs et consommateurs de gaz pour surmonter les conséquences de cette scène internationale complexe afin de préserver les richesses gazières vitales et atteindre les objectifs de développement durable.

En effet, les pays appartenant à ce club contrôlent actuellement 72 % de la production mondiale de gaz et ont besoin de davantage d’investissements pour augmenter leurs réserves de gaz à travers des partenariats avec de grandes entreprises internationales.

Le gaz présente un avantage particulier par rapport aux autres produits fossiles, étant donné qu’il est le moins polluant de l’environnement et qu’il est, également, polyvalent, c’est-à-dire qu’il peut être utilisé dans plusieurs domaines, y compris la production d’électricité et comme mélange d’énergies renouvelables utilisées dans diverses industries, en plus de son impact dans la production d’énergies renouvelables, entre autres, l’hydrogène vert, qui est fortement demandé sur les marchés mondiaux, ainsi que l’ammoniaque.

Le Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) a été créé en mai 2001 à Téhéran (Iran) et a continué à se réunir chaque année sans structure institutionnelle ni formalisation.

Le Forum est devenu, par la suite, une organisation internationale ayant ses propres organes avec un secrétariat et les statuts décidés lors de la septième réunion ministérielle à Moscou en décembre 2008, ayant Doha, la capitale du Qatar, comme siège socila.

En janvier 2010, le Russe Leonid Bukhanovsky a été désigné premier secrétaire général du Forum des pays exportateurs de gaz, avant d’être remplacé, en 2014, par l’Iranien Mohamed Houssein Adeli, pour un mandat de deux ans, reconduit dans son poste pour un deuxième mandat, conformément aux statuts du Forum.

En 2018, le poste de secrétaire général a été occupé par le Russe Yuri Syntyurin, devenant ainsi le troisième secrétaire général du GECF, avant de le céder en 2022 à l’Algérien Mohamed Hamal qui l’occupe aujourd’hui.

Le Forum comprend 19 pays, dont 12 membres à part entière et 7 ont le statut d’observateurs.

Compte rendu de notre envoyé spécial au sommet,

Mohamed Lemine Mohamed Mahmoud

AMI

chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche