. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

28 novembre : L’ « indépendance souillée »

Samedi 30 Novembre 2019 - 20:21

C’est le thème d’une conférence/débat organisée par la CVE, à

l’occasion de la célébration du 59e anniversaire de l’indépendance du. pays.

Cette rencontre est un hommage aux 28 officiers, sous-officiers et soldats  issus de la communauté négro-africaine qui ont été pendus dans la triste garnison d’Inal, le 28 novembre 1990 par leurs frères d’armes, devenus subitement des bourreaux.

Plusieurs orateurs ont pris la parole pour exprimer leur solidarité aux veuves, orphelins et rescapés venus  assister à cet hommage aux leurs.

Après cette compassion, de recueillement  et de prières, les premiers responsables de la CVE,  Ch’Bih Cheikh  Melainine, vice-président de la CVE, Bâ Mamadou Alassane, président de son  Comité de  pilotage et Dr. Kane Hamidou Baba, président du Comité exécutif, ont dénoncé la singulière manière des auteurs de ces exécutions extrajudiciaires de célébrer le jour de l’indépendance, jour de joie de tout un peuple de

recouvrer sa liberté. Tous se sont demandés  comment la Mauritanie en est arrivée là  avant d’exiger  que la  lumière soit faite sur ce pan sombre de  l’histoire  du pays. Une exigence  des veuves, des orphelins et des rescapés réunis  dans diverses organisations de défense de leurs droits, résumés dans : devoir  de vérité, le devoir de mémoire, de justice et de réparation. Des revendications que les différents pouvoirs, depuis Ould Taya jusqu’à Ould Abdel Aziz ont refusé de satisfaire. Seul Sidi Ould Cheikh Abdallahi  s’était  engagé

à trouver une solution consensuelle  à ce qu’on appelle depuis, le dossier du passif humanitaire, vocable dans lequel on range, les exécutions  extra-judiciaires dans les casernes, dans la vallée du fleuve Sénégal  pendant les événements de 1989, 90 et 91, le dossier des expulsés au Sénégal et au Mali, des rapatriés… Une grosse épine dans le pied de l’unité nationale qu’il faut rapidement extirper. Les responsables de la CVE ont réitéré leur soutien  aux  victimes, veuves, orphelins et rescapés  et se sont engagés à accompagner leur combat pour recouvrer leurs droits afin de connaître la vérité et de pouvoir enfin faire le deuil des disparus.

D’autres intervenants ont abondé dans le même sens. Tous ont exigé des pouvoirs publics à faire la lumière sur ce qui s’est passé dans les casernes, sur les auteurs et  leurs commanditaires.  Ils ont aussi dénoncé la loi scélérate d’amnistie qui couvre les faits et exigé son abolition.

Les participants ont eu enfin à écouter les témoignages poignants de certains rescapés ayant assisté ou subi les  sévices dans les casernes.

Signalons que cette conférence-débat  s’est tenue dans la salle polyvalente de LA CASE qui a refusé du monde.

lecalame.info

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche