. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

La Mauritanie bénéficie de 130 millions de dollars US du FMI pour faire face au COVID-19

Vendredi 24 Avril 2020 - 14:25

Notre pays bénéficie d’un décaissement approuvé par le Fonds monétaire international (FMI) pour un montant de 95,680 millions de DTS (environ 130 millions de dollars US) à prélever sur la Facilité de crédit rapide (FCR), a annoncé le Fonds dans un communiqué.

Ce décaissement permettra d’aider à répondre aux besoins urgents de la balance des paiements de la Mauritanie résultant de la crise du COVID-19, estimée à près de 370 millions de dollars, offrant ainsi un espace pour augmenter les dépenses en services de santé et programmes de protection sociale, a expliqué le FMI. Il devrait également aider à catalyser un soutien supplémentaire des donateurs, a-t-il ajouté.
Le FMI a estimé que l’économie nationale devrait se contracter de 2% cette année et que le déficit budgétaire global pourrait atteindre 3,4% du PIB.

À l'issue des débats du Conseil d'administration, M. Mitsuhiro Furusawa, Directeur général adjoint et Président par intérim, a fait une déclaration dans laquelle il a expliqué que la pandémie de COVID-19 a un impact humain, économique et social dramatique sur notre pays. Il a ajouté que les perspectives économiques à court terme se sont détériorées rapidement et que la croissance devrait devenir négative cette année, avec de graves difficultés pour la population, alors que les perspectives sont soumises à une incertitude considérable. Ces développements ont engendré des besoins urgents de balance des paiements et de financement budgétaire, a considéré M. Furusawa.
Le responsable de l’institution financière internationale a relevé que les autorités nationales ont réagi rapidement en prenant des mesures pour contenir la pandémie et atténuer ses retombées.

À l'avenir, a-t-il dit, la priorisation des dépenses de santé et un soutien ciblé aux ménages et secteurs les plus vulnérables de l'économie restent essentiels. « Les autorités se sont engagées à assurer une transparence totale et à rendre compte des ressources déployées pour l'intervention d'urgence, à auditer les dépenses d'atténuation de la crise une fois la crise terminée et à publier les résultats. Dans le même temps, elles restent attachés au programme de réforme économique soutenu par l'accord FEC en cours avec le FMI ».

M. Furusawa a indiqué que ce programme vise à utiliser l'espace budgétaire pour augmenter les dépenses prioritaires consacrées à l'éducation, à la santé et à la protection sociale et aux infrastructures, tout en mobilisant les recettes intérieures et en maintenant des politiques d'emprunt prudentes pour préserver la viabilité de la dette.
Selon lui, «l’aide financière du FMI au titre du RCF fournira une part importante du financement nécessaire à la mise en œuvre des mesures anti-crise ».

Il a toutefois estimé qu’un financement « concessionnel et sous forme de dons supplémentaires de la communauté internationale sera essentiel pour combler le déficit de financement restant et aider la Mauritanie à répondre efficacement à la crise du COVID-19. »

AMI
chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche