. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Sidi M.T. Amar à Alakhbar : « Celui qui critique notre soutien continu au régime doit aussi critiquer cette opposition figée sans programme concret.»

Mardi 5 Mai 2020 - 08:53

« Rien n’est plus fatal qu’une position politique figée », selon Sidi Mohamed Taleb Amar. Le Chef du parti Union Pour la République (UPR) au pouvoir en Mauritanie estime, dans cette interview à Alakhbar, que « c’est une erreur de soutenir ou de s’opposer éternellement au régime ».


Il estime, dans le même contexte, que le soutient de l’UPR au président Ghazouani « est un choix dicté par les instances du parti en fonction du moment et de l'intérêt national » et rappelle que « l’Union Pour la République s’inspire du programme, vision et directives de Son Excellence le Président Mohamed Cheikh Al-Ghazouani et de son gouvernement ».

 

Cependant, Sidi Mohamed Taleb Amar nie l’existence de la crise au sein de son parti et exalte le rôle de l’UPR dans la mise en place d’un cadre de lutte contre le nouveau coronavirus qui réunit les partis présents au Parlement y compris ceux de l’opposition.

 

ALAKHBAR_ Quel a été votre apport à l’UPR - le plus grand parti du pays - que vous dirigez depuis quelques mois ?

 

Sidi Mohamed Taleb Amar : Je vais d’abord vous féliciter ainsi que vos lecteurs, et, à travers vous, le peuple mauritanien, en ce moment béni du Ramadan. Qu’Allah exauce nos prières. 

 

Je me réjouis également de la guérison des patients du Covid-19 en Mauritanie par la grâce d'Allah, l'efficacité des pouvoirs publics et par la persévérance des forces politiques et sociales nationales.

 

Revenant à votre question, la moitié de la période que  vous évoquez s'est déroulée dans un contexte mondial exceptionnel, dominé par le Covid-19. La pandémie a profondément impacté nos agendas et activités de manière générale. Mais nous avons profité du moment pour réfléchir sur une meilleure planification de nos activités futures. Déjà, nous avions engagé la réorganisation des instances dirigeantes du parti. Nous avions aussimis en place les secrétariats nationaux suivant des critères de compétence et dans l’esprit de concertation et la dynamique de concrétisation du programme politique de Son Excellence le Président de la République, Mohamed Cheikh Al-Ghazouani. C’est un programme sérieux et bien détaillé. 

 

En effet, l’Union Pour la République est engagée dans une action inclusive. La Direction du parti s'implique carrément dans le travail de terrain. Nous évitonsde nous enfermer dans des tours d'immeuble et de rester loin des militants. Je remercie la Direction du parti et l'ensemble des militants de l’engagement formidable et permanant pour le succès de notre projet collectif, à savoir Union Pour la République.

 

En outre, l’évaluation de cette expérience, a permis de déceler les points forts à renforcer et les erreurs à corriger.

 

ALAKHBAR_ A votre arrivée, l’UPR connaissait une crise de leadership. Il y avait aussi des divergences sur la référence du parti. Avez-vous surmonté l’obstacle ?

 

Sidi Mohamed Taleb Amar :Même si c’est votre analyse, je me permets de vous corriger. C’est une erreur de parler de « crise ». L'Union Pour la République, est le parti le plus largement implanté et le plus diversifié dans ce pays. C'est donc normal qu'il y ait débat et divergences de points de vue au sommet comme à la base du parti. Cela va toujours exister tant que les intentions sont bonnes et que le débat s’inscrira dans l'intérêt national.

 

L'UPR est un parti au pouvoir sous un régime présidentiel. Il s’inspire du programme, vision et directives de Son Excellence le Président Mohamed Cheikh Al-Ghazouani et de son gouvernement. C’est un régime avec un projet de société cohérent et clair dans son application au quotidien. Naturellement, un projet de ce genre suscite des divergences de points de vue. Mais, je suis désolé, le terme « crise » relève plutôt de l'exagération.

 

ALAKHBAR_ Que répondez-vous à ce ceux qui taxent l’UPR de marionnette de chefs de l’Etat ?

 

Sidi Mohamed Taleb Amar : L’Union Pour la République est un carrefour national où tout le monde converge. Le parti regroupe la majorité des députés, des maires et des élites politiques du pays. Quant à notre notre position vis-à-vis du Chef suprême du pays c'est un choix dicté par nos instances en fonction du moment et de l'intérêt national.

 

De toute façon, il y a dans l'UPR des personnes venues d'autres horizons y compris de l'opposition qui n'ont jamais soutenu le pouvoir auparavant.

 

La politique est faite pour servir l’Etat et la nation. Rien n’est plus fatal qu’une position politique figée. Si certains voient d'un mauvais œil le fait de soutenir le régime, ils adorent voir l'opposition figée (Rires). En politique, c’est une erreur de soutenir ou de s’opposer éternellement au régime. L'ex président sénégalais, Abdoulaye Wade, s'est opposé à plusieurs régimes. Cela ne l’a pas empêché d’adhérer dans plusieurs gouvernements avant d’exercer lui-même le pouvoir. Celui qui critique notre soutien continu au régime doit aussi critiquer cette opposition figée sans programme concret. Je l'ai déjà dit, l'essentiel, pour nous, est de servir le pays et le citoyen.

 

ALAKHBAR_ Vous venez de renter au pays. Qu’est ce qui vous a fasciné ou surpris sur la scène politique ? 

 

Sidi Mohamed Taleb Amar : Oui, j'ai été à l'étranger, mais sans me couper de la politique intérieure. J’observais les moindres détails qui se passaient sur la scène politique, sans faire de la politique ni militer dans un parti. Cela m’a beaucoup aidé à savoir prendre du recul et prêter attention aux différentes opinions.  

Je suis fasciné par l'ouverture, le consensus et l'apaisement qui marquent la scène politique. 

 

Si j’ai été surpris - dans le bon sens -de l’esprit d'écoute de Son Excellence le Président de la République qui tend l'oreille à tout le monde. J'ai été d’autant plus surpris de la conscience de la classe politique, de son patriotisme et de sa volonté de servir le pays. Malheureusement, de loin les médias nous cachent cette réalité.

 

ALAKHBAR_Vous avez initié un cadre réunissant les partis présents au Parlement pour contrer le Covid-19. Comptez-vous en faire après le point de départ pour un nouveau climat politique, comme le souhaite le Président Ghazouani ?

 

 

Sidi Mohamed Taleb Amar : Dans son programme électoral, Son Excellence le Président de la République a fait de « L’apaisement politique » une priorité. Dès son arrivée au pouvoir, il a établi le contact direct avec les chefs de l'opposition et avec l’ensemble de la classe politique. A l'UPR, nous devons, avant quiconque, travailler pour la concrétisation des promesses du Chef de l’Etat. Cela nécessite des concertations avec tout le monde y compris l'opposition. Nous l’avions déjà programmé avant le Covid-19. Le virus est venu accélérer sa mise en application.  Nous savons que seule une bonne coordination pourrait nous permettre de combattre la propagation du nouveau coronavirus. D’ailleurs, les premiers résultats sont visibles : le Gouvernement a impliqué les partis présents au Parlement dans la supervision du Fonds de solidarité nationale pour lutter contre le nouveau Coronavirus, annoncé par Son Excellence dans son discours du 25 Mars. 

 

Nous souhaitons la continuité de cette coordination et voulons même l’élargir à toutes les formations politiques et sur l’ensemble des questions d'intérêt national. Cela pourrait même constituer le point de départ de concertations politiques inclusives.

 


 

ALAKHBAR_ L’UPR dispose du plus grand nombre de parlementaires, de présidents de conseils régionaux et de maires de commune. Est-ce que votre rôle correspond à votre poids représentatif ?

 

Sidi Mohamed Taleb Amar : Le fait que notre Union pour la République soit un parti inclusif nous réjouit. Le parti regroupe toutes les sensibilités du pays. Et nous sommes conscients de la lourde responsabilité que l'électeur mauritanien nous a confiée. Nous espérons être à la hauteur des attentes. Mais, je peux vous assurer que les élus du parti remplissent bien leur mission et le Gouvernement que nous soutenons répond, jour et nuit, aux attentes du citoyen. 

 

Au niveau politique, le parti joue pleinement son rôle. La preuve : les concertations organisées par l'UPR entre les partis représentés au Parlement. 

 

 ALAKHBAR_ Les électeurs mauritaniens sont environ 1,5 million. Votre parti dit avoir mené une campagne qui l’a doté d’un million d’adhésions. Le chiffre de l’UPR est-il exact ? 

 

Sidi Mohamed Taleb Amar : Je ne vais pas m’attarder sur la campagne d'adhésion. Tout le monde sait que le parti a accueilli d’autres formations politiques et d'importantes personnalités, venues se fondre dans l'UPR, après cette campagne d'adhésion.  Le congrès, qui m'a honoré en me confiant la Direction du parti, a été aussi une belle occasion de réunir de grandes forces politiques autour du Président de la République. Je veux simplement dire que notre parti s’élargie. Nous sommes la destination privilégiée de nombreuse formations et personnalités politiques. L’UPR est le seul parti qui n'a pas été victime de départs significatifs. Une semaine ne passe sans que nous accueillions de nouveaux adhérents.

 

ALAKHBAR_ Quels sont les projets futurs de l’UPR en dehors des élections parlementaire et présidentielle

 

Sidi Mohamed Taleb Amar : Notre projet national s'inspire du programme « Mes engagements », du Chef de l’Etat, lequel a obtenu la confiance de la majorité des Mauritaniens lors du dernier scrutin présidentiel, le 22 juin 2019. Ce programme constitue le pilier de notre action politique.  Nos secrétariats veillent à sa mise en œuvre en détails.

 

ALAKHBAR_ Que pensez-vous de la convocation de l'ex président Aziz et d'autres personnalités politiques devant la Commission d'enquête parlementaire ? 

 

Sidi Mohamed Taleb Amar :  L'enquête parlementaire est un travail technique. Après sa mise en place, la commission reste technique. On ne doit plus la décrire de politique. Mais comme vous le savez, tout travail technique devient la cible des politiques et des médias. Mais nous nous intéresserons à l'indépendance de la commission et au travail accompli dans le professionnalisme. Tout le monde en témoigne.

 

Nous souhaitons que les résultats obtenus soient profitables à tous. Quant à la position du parti, nous allons nous intéresser plutôt au rapport de la commission et non à des détails techniques. 

 

J’invite les médias et nos présidents de partis politiques à ne pas s'impliquer dans les dossiers soumis à l’enquête. Cela ne va servir ni l'enquête ni l'éclosion de la vérité.

 

ALAKHBAR : Pourquoi les membres de votre groupe parlementaire restent divisés sur le rôle de la Commission d'enquête parlementaire ?

 

Sidi Mohamed Taleb Amar :Je ne suis pas au courant d'un si grand différend au sein de notre groupe parlementaire qui, je rappelle, représente les deux tiers de l'Assemblée nationale. À deux reprises, nous votons, presque à l’unanimité, en faveur du programme annuel du Gouvernement dont nous avons, ensemble, bien apprécié le rapport d'activités. Voilà les principales questions qui nous intéressent comme parti au pouvoir. Quant au travail quotidien du parlementaire, c’est plutôt une question propre au Parlement. En tout cas, les députés du parti et du groupe parlementaire ont la compétence requise pour faire leur travail.

 

ALAKHBAR_ Vous dirigez le plus grand parti en Mauritanie. Qu’avez-vous tiré de cette expérience ?

 

Sidi Mohamed Taleb Amar :  J'ai appris beaucoup de choses qui me sont utiles au quotidien. Je découvre de nouvelles facettes de notre riche scène politique. Pour moi, le premier avantage ce sont les concertations fructueuses avec les camarades du Bureau Exécutif et les membres des autres instances du parti. 

chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g




Rubriques à la une

Recherche