. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Mauritanie: L'affaire du blogueur M'Kheitir divise l’opposition

Jeudi 16 Novembre 2017 - 16:23

 
Le verdict de la cour d'appel de Nouadhibou annulant la peine de mort à l'encontre du blogueur Mohamed Cheikh Ould M'Kheitir, rendu le 9 novembre dernier, divise l'opposition mauritanienne, notamment le Forum national pour la démocratie et l'unité (FNDU).
 
L’affaire Mohamed Ould M’Kheitir, un blogueur condamné à mort pour «apostasie» en janvier 2014, et dont la peine a été ramenée à deux ans de prison ferme par une décision de la cour d’appel de Nouadhibou le 9 novembre dernier, divise le Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU). Une déclaration de ce collectif a dénoncé «une décision politique de la part d’un régime qui a cédé face au chantage de l’Occident». Une attitude jugée récurrente de la part d’un pouvoir «habitué à manipuler des dossiers sensibles qui menacent la stabilité et la sécurité du pays».
 
Mais dans les rangs du FNDU, d'autres voix se sont élevées pour critiquer la teneur de cette déclaration. Maître Lô Gourmo, avocat et cadre du forum, a déclaré que «le communiqué ne reflète nullement le consensus qui a eu lieu entre les membres du FNDU. Il est évident que le FNDU devra tirer au clair ce dysfonctionnement».
 
«Quelle justice faut-il pour M’Kheitir ?», interroge l'avocat, avant d’ajouter: «Il n’y a pas de contradictions de type religieux au sein de notre peuple. Pas même de confréries. Il y a des tentatives d’exploitation politicienne de sentiments religieux de citoyens blessés par des propos inacceptables contre l’un des fondements de la foi commune: l’intégrité absolue du Prophète Mohamed. Ces sentiments se sont traduits par des mouvements de protestation de masse tout à fait légitimes. Dans tout le pays, des individus s'y sont infiltrés pour tenter de substituer la justice de la rue à la seule qui soit légitime en la circonstance, celle de la charia interprétée et transcrite par le Code pénal et prononcée par les juges». Les juges de la cour d’appel de Nouadhibou ont ordonné l’application de l’article 306 du Code pénal.
 
Ce professeur de droit rappelle les principes fondamentaux qui doivent guider l’action des forces politiques dans le contexte national: «Veiller sur les biens et les personnes en cultivant la tolérance et le respect des décisions de justice tout en œuvrant pour une décrispation générale et le respect de l’Etat de droit».
 
D'un autre côté, l’actuel chargé de communication de la coalition, Salah Ould Hanana, par ailleurs leader du parti HATEM, est fortement engagé dans le mouvement de protestation contre la libération du jeune blogueur. Il aurait même été brutalisé et brièvement interpellé à l’occasion d’une manifestation non autorisée vendredi dernier, selon des informations rapportées par la presse locale. Aurait-il également pris l’initiative de la déclaration du FNDU sans l’approbation d’une frange du collectif? Mystère.

Cheikh Sidya

source afrique.le360.ma
chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 11 Décembre 2017 - 00:11 L’Opposition marche le 16 Décembre

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche

Pendant ce temps...