. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Le Chef de l’Etat à Aioun : les tentatives visant à affaiblir nos volontés de poursuivre le processus lancé en 2009 sont vaines

Jeudi 27 Juillet 2017 - 00:25

 Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a présidé, mercredi après-midi à Aioun, capitale de la wilaya du Hodh El Gharbi, un important meeting populaire auquel ont participé les différentes moughataas de la wilayas et leurs sensibilités politiques, sociales et professionnelles.

Dans un important discours qu'il a prononcé à cette occasion, le Président de la République a tout d'abord remercié les populations du Hodh El Gharbi pour leur présence massive en dépit de la chaleur suffocante en cette période de l’année et malgré leurs multiples occupations, ce qui dénote de leur prise de conscience en cette période décisive de l’histoire du pays de la nécessité de préserver les réalisations et renforcer les acquis des dernières années à travers le vote massif par « Oui » aux amendements constitutionnels proposés le 5 août prochain.

Les huit dernières années, dit-il, ont connu des réalisations importantes couvrant tous les aspects de la vie politique, économique, sociale, sécuritaire, culturelle et autre. C’est ainsi que le pays est devenu un grand chantier dans tous les domaines.

L’Etat a planché, depuis 2009 sur la protection du tissu social, le renforcement de l’unité nationale, qui est source de la force du peuple mauritanien et fait face, avec fermeté, à tout ce qui est censé lui porter atteinte.

Le Chef de l’Etat a passé ensuite en revue ce qui a été réalisé dans ce cadre comme la restructuration des forces armées et de sécurité, l'action consistant à faire en sorte qu’elles soient prêtes, la relève de leur esprit patriotique et leur présence dans tous les points du territoire.

Il a abordé les réalisations accomplies au plan des infrastructures de base, routes, écoles hôpitaux etc. mais aussi les investissements consentis dans les ressources humaines en plus de la réforme agraire et urbanistique.

Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz a dit aux populations du Hodh El Gharbi ce qu’il a dit à celles de l’Assaba qu’"elles ont voté pour son élection à la présidence de la République alors même qu'elles ne le connaissaient pas, le chargeant ainsi de la mission d'assurer la sécurité et la stabilité du pays ainsi que de la responsabilité d'œuvrer pour le développement économique de la Mauritanie et pour rendre disponibles tous les services dans tous les domaines.

Il les a rassurées sur le fait que la marche du pays vers le développement et la prospérité se poursuivra, c’est notre volonté Incha Allah".

Le Président de la République a demandé de traduire leur mobilisation à ce meeting et leur présence massive au niveau des urnes et voter les amendements constitutionnels qui comportent 57 points, fruit du dialogue inclusif visant à moderniser et développer notre système législatif pour qu’il réponde aux exigences de l’époque.

Il a ajouté que ces amendements comportent deux parties, l'une portant sur la modification de l’article 8 sur le drapeau national, qui est le symbole de la souveraineté nationale et soulignant qu'il a été proposé, dans ce sens, d'ajouter deux bandeaux de couleur rouge au drapeau pour renforcer la signification des couleurs du drapeau national en reconnaissance des sacrifices de nos glorieux martyrs, tombés sur le champ d'honneur de la résistance anti-coloniale et après l’indépendance pour la défense de notre intégrité territoriale, de nos symboles sacrés et de notre sainte religion, l’Islam.

"Ceux qui sont contre la modification du drapeau, affirme -t- il, ne portent pas en eux les aspirations du peuple mauritanien, ne lui veulent pas du bien et mettent en doute toute chose y compris les villes modernes que nous avons créées pour servir le citoyen, le sécuriser et lui rapprocher les services de l’Etat, cités qu'ils ont qualifiées de villes fantômes dans le cadre de leur agenda mettant en cause tout ce qui se réalise.

Le peuple mauritanien est conscient et sait la source de sa force qui réside dans son unité et il s’est levé comme un seul homme contre cette propagande fantaisiste et a fait échouer toutes les tentatives visant à minimiser ses acquis et le voilà qui réunit aujourd’hui toutes ses forces pour faire réussir les réformes proposées.

Il a ajouté que la suppression du Sénat implique de mettre fin aux lourdeurs et lenteurs dans la procédure de vote des lois qui entravent l’action du gouvernement et permet de rendre disponibles des fonds substantiels qui étaient destinés à cette chambre pour les réorienter vers des projets plus utiles pour le citoyen.

Le Sénat a coûté à l’Etat, fait-il remarquer, depuis sa création 16 milliards d’ouguiya sans compter les coûts des traitements au plan sanitaire ni les missions à l’extérieur. Tout cela le peuple n’en a tiré que le retard des projets de lois et la complexité des procédures liées à la mise en œuvre des projets de développement qui servent le citoyen.

Le Président de la République a évoqué en outre, les inconvénients du scrutin indirect dont l’achat des consciences relevant que la création de conseils régionaux élus qui servent le citoyen, qui répondent aux spécificités de chaque wilaya, présentent des solutions aux problèmes posés et planchent sur la gestion et la planification locales afin d’améliorer le rendement, offrir les services appropriés, améliorer la façade de nos villes de l’intérieur et échanger directement avec les populations dont ils expriment les préoccupations, les aspirations et les espoirs.

Depuis l’indépendance, poursuit-il, tout a été centralisé au niveau de la capitale, Nouakchott, ce qui a conduit à des déséquilibres structurels dans cette ville et une pression sans précédent sur les installations et services, vidant les villes de l’intérieur de leur population et faisant que Nouakchott est devenue une destination privilégiée.

Les conseils régionaux sont ainsi conçus pour rectifier ce déséquilibre, renforcer la décentralisation et offrir la sécurité dans chaque wilaya et faire profiter tout le monde des prestations et ce sur la base des besoins spécifiques de chacun.

Le Chef de l’Etat a abordé l’importance que revêt de prendre en compte les spécificités économiques des wilaya qu’il s’agisse de celles qui ont une vocation agricole ou de celles qui sont minières ou côtières et de planifier le développement sur la base de ces considérations-là, ce que les conseils régionaux sont censés devoir faire.

Il a ajouté que le 2ème amendement comporte la fusion des institutions du Haut conseil Islamique et du Médiateur de la République au sein du Conseil de la Fatwa et des recours gracieux en plus de l’ajout de la dimension environnementale aux prérogatives du Conseil économique et social ainsi que l’élargissement des membres du Conseil constitutionnel à l’opposition qui pourra en désigner le tiers des 9 membres de ce Conseil.

Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz a demandé aux citoyens du Hodh El Gharbi de voter en faveur des réformes constitutionnelles pour renforcer l’unité nationale, ancrer la démocratie, offrir les services de base, construire l’Homme, pour l’indépendance de l’Etat, rendre ses forces armées et de sécurité plus aptes et prêtes à intervenir, améliorer leur réputation à l’étranger, notant que voter « Non » implique absence de vision, hésitation, faire la propagande pour le mensonge et s’opposer et boycotter tout.

Le Président de la République a nié les propos circulant au sujet de la Haute Cour de Justice précisant que ce qui est proposé consiste à conférer ses compétences à la Cour suprême pour préserver la séparation des pouvoirs.

Il a démenti ce que propage l’opposition au sujet de la propagation de la gabegie et de la corruption estimant que tout cela s’inscrit dans le cadre de ses mensonges que plus personne ne croit.

Nous allons vous informer davantage les prochains jours sur les réalités pour vous permettre de voir les choses de façon plus claire.

Il a précisé que ces opposants, après avoir posé le problème du départ « dégage » sont montés sur la vague des révolutions qui ont secoué certains pays mais le destin de ces révolutions a fini par mettre en cause leurs orientations.

Le Chef de l’Etat a appelé, avec les masses populaires qui scandaient la même chose, à voter "oui" au référendum du 5 août prochain.

Le maire de la ville d’Aioun, M. Amar Ould Mohamed Sidi avait, au nom des habitants du Hodh El Gharbi, prononcé un mot de bienvenue à l’adresse du Président de la République notant que ces populations massées place de l’indépendance sont venues dire leur enthousiasme débordant à l’occasion de son arrivée et l’expression de leur fidélité à ses réalisations gigantesques qui ont touché tous les aspects de la vie dans la wilaya et d’une manière plus générale dans toute la Mauritanie.

Ces populations, poursuit-il, qui vous disent bienvenue, serons au rendez-vous le 5 août pour faire réussir les réformes constitutionnelles.

Le maire a ensuite passé en revue les réalisations accomplies ces dernières années relevant qu’il s’agit d’un stimulant pour poursuivre le processus engagé et se lever comme un seul homme contre tout celui qui veut l’entraver.

source AMI
chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une


Recherche

Pendant ce temps...