. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

La ministre de l’Environnement : Nous avons besoin de construire une nouvelle trajectoire de développement tenant compte de la capacité de nos écosystèmes à satisfaire nos besoins essentiels présents et futurs Nouakchott, 05/06/2021

Samedi 5 Juin 2021 - 18:39

La Mauritanie a célébré, samedi à Nouakchott, à l’instar de la Communauté Internationale, la journée mondiale de l’environnement sous le thème : "Restauration des écosystèmes" qui peut prendre de nombreuses formes comme planter des arbres, verdir des villes, réaménager les jardins, changer les régimes alimentaires ou assainir les fleuves et les côtes.

Dans le discours qu’elle prononcé, à cette occasion, la ministre de l’Environnement et du Développement durable, Mme Mariem Bekay a déclaré que le choix du thème de cette année reflète la nécessité de renforcer les actions visant à ralentir la dégradation continue des milieux naturels qui met en péril l’équilibre des écosystèmes dont dépendent l’économie, la sécurité alimentaire, la santé et les moyens de substance des populations.

Elle a précisé que l’intégration des actions de restauration des écosystèmes et de lutte contre la pollution dans le programme prioritaire élargi du Président de la République a permis de réduire la déforestation qui représente près de 46.000 ha par an, de mettre en œuvre un programme annuel de reboisement de 3000 ha qui sera complété par des actions permettant l’accès des ménages ruraux au gaz butane.

Mme Mariem Bekay affirmé que son département travaille pour le renforcement de l’efficacité de l’Agence nationale de la grande muraille verte et la mobilisation de financements extérieurs additionnels pour accroitre les interventions de restauration des terres dégradées qui représentent plus de 80 % du territoire mauritanien.

La ministre a également indiqué qu’une étude a été lancée pour identifier un site adéquat qui pourra abriter un centre d’enfouissement des déchets solides en plus de la préparation d’une loi sur la gestion des déchets. Elle a encore noté que compte tenu des risques sur la santé humaine l’utilisation du cyanure par les orpailleurs a été interdite, soulignant que son département est en train de développer des techniques d’exploitation sans le mercure.

Mme Mariem Bekay a assuré qu’il reste beaucoup à faire pour promouvoir les pratiques agricoles et halieutiques durables, protéger le littoral et mettre un terme définitif au braconnage et à toutes les activités qui polluent, détruisent les écosystèmes et entravent le développement durable du pays.

"Nous avons besoin de construire une nouvelle trajectoire de développement qui tienne compte de la capacité de nos écosystèmes à satisfaire nos besoins essentiels présents et futurs" , a conclu la ministre.

AMI
chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche