. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

L’enfer administratif en Mauritanie : qui a imposé l’inqualifiable directrice générale des impôts ?

Vendredi 23 Avril 2021 - 13:35

Ahmed Ould Soueid Ahmed
Ahmed Ould Soueid Ahmed
En 15 ans de journalisme engagé, je n’ai jamais écrit le moindre article critiquant les activités professionnelles d’une femme surtout mauritanienne mais vu les répercussions de ses négligences assumées et ses absences abusives sur les activités professionnelles des étrangers et des nationaux à ce niveau de responsabilités, il m’est impossible de taire mon expérience et celles de ceux j’ai vu se plaindre chez sa brave secrétaire.

La sécurité et les impôts sont les piliers fondamentaux d’un Etat qu’il soit démocratique ou tyrannique. La moindre faiblesse de l’un des deux affecte sérieusement l’Etat tout entier, que dire d’une incompétence majeure. De là qu’on ne peut mettre à leur tête que des personnalités compétentes et respectables ayant conscience de leurs responsabilités dont la moindre consiste à ne pas handicaper les services de l’Etat et éviter d’engendrer des tensions surtout gratuites avec le citoyen ou les étrangers.

J’avais déjà entendu des investisseurs étrangers se plaindre d’avoir poireauté 3 heures devant le bureau de la DG alors qu’ils avaient rendez-vous. J’avais mis ça sur le compte des séquelles de la xénophobie cultivée par Aziz pendant 10 ans. Faire patienter des étrangers même des investisseurs serait une sorte de vengeance sur l’histoire coloniale telle qu’elle est fantasmée dans l’esprit des guerriers après la paix comme certains sont médecins après la mort. J’avais alors écrit deux lignes sur Facebook pour signaler cet incident dont l’unique vocation est d’humilier les investisseurs.

L’autre jour, j’ai vu les documents d’une dame dont les boutiques ont été cadenassées par les services des impôts par pur abus de pouvoir. J’ai pu consulter les documents et voir comment agissaient certains escrocs abusant de leurs fonctions, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’ex DG Ould Djay, devenu le politicien que l’on sait, a informatisé les services de sorte que les agents ne peuvent plus rien remplir à la main : fini les quittances manuscrites. Certains faisaient payer à la dame ses impôts puis lui remettaient une quittance après avoir changé juste un chiffre de son NIF. Bilan le paiement n’était jamais encaissé par l’Etat. Ensuite quand arrivait une nouvelle équipe, elle accusait tel et tel de n’avoir pas payé leurs impôts. 

De même, je connais quelqu’un qui a découvert que quelqu’un d’autre avait le même NIF que lui et il a dû faire une enquête pour retrouver le monsieur et lui dire que son paiement a été fait sur son NIF. Aucun service des impôts ne s’est inquiété de cette affaire.

En ce qui me concerne, j’ai créé une agence de communication. Le comptable de la société qui devait me régler ma facture, m’a réclamé une attestation de non assujettissement à la TVA.

Pour celles et ceux qui l’ignorent, il s’agit d’un simple document que l’administration vous délivre si vos gains annuels sont inférieurs à 30 millions MRO. Pour avoir droit à ce document, les agents m’ont demandé d’être en règle avec les impôts même si je débute mon activité et que je n’ai pas encore encaissé un sou. Je croyais qu’on était exonéré d’impôts la première année d’activité ; on m’a expliqué qu’on n’a rien à payer tant qu’on ne demande aucune attestation. Très bien. J’ai payé ce qu’il y avait à payer même sans avoir encaissé un sou et nous avons fait la demande aux services compétents.

Six jours dans le circuit entre l’agence de proximité, la direction générale des impôts jusqu’à la direction régionale des impôts pour une simple attestation de non assujettissement à la TVA. Combien de personnes gagnent plus de 30 millions par an pour qu’il faille attendre 6 jours pour un document pareil ? Au bout de 6 jours, l’attestation a été faite et elle est allée atterrir sur le bureau de la directrice générale des impôts.

Le 7ème jour n’ayant aucune nouvelle, je suis allé à la DGI. J’ai appris à la charmante secrétaire, très polie, très patiente, très accessible que mon attestation est chez eux depuis hier. Elle a vérifié et m’a dit que le parapheur est sur le bureau de la DG et que je n’ai qu’à revenir demain. Il était 13H30. Renseignements pris en écoutant certains qui patientaient, la DG n’avait pas encore mis ses pieds au bureau.

Je suis reparti et ce matin, j’y suis retourné à 9h30 et j’ai patienté jusqu’à midi, toujours aucune trace de la DG qui n’a pas mis un pied au bureau. Pendant ce temps j’ai eu tout loisir d’écouter les gens et voir ce qui se passe à cet étage.

Tout le monde se plaint : un monsieur a fait une crise de nerfs et a même dit des gros mots à la secrétaire qui encaisse tout avec calme. Il attendait une signature sur son document, chose qui selon lui et la secrétaire se fait en 24H et il tourne dans les bureaux depuis une semaine. Il a fini par partir en insultant la secrétaire et la DG assurant qu’il ne voulait plus de ce document.

Trois hommes devant moi se plaignaient entre eux à voix basse et j’ai entendu que la DG est connue pour ne venir qu’en fin d’heure et s’enferme dans son bureau.

Finalement la secrétaire a demandé aux gardes d’appliquer les instructions et ils ont demandé à tous ceux qui n’avaient pas de rendez-vous avec la DG de repartir ; impossible de patienter dans la salle d'attente même pour ceux qui attendent une simple signature sur un document qui attend que la DG veuille bien mettre ses pieds au bureau. On nous invite à revenir toujours demain.

Un monsieur est resté assurant qu’il avait rendez-vous mais que son nom n’était pas sur la liste. Il a été renvoyé aussi car assurément il ne sait pas que madame ne vient qu’en fin d’heure et s’il avait ce RV hypothétique il pourrait l’appeler.

Je suis allé dire au revoir à la secrétaire qui savait que je suis journaliste car la veille j’ai laissé ma carte. Je lui ai dit que je suis au regret de devoir écrire un article pour dire ce qui se passe ici. Je ne cherche aucun RV avec la DG, ni faveur, je n’ai aucun problème à régler, je veux juste un document que n’importe quel contribuable a le droit d’obtenir sans la moindre «  intervention ». 

Je pourrais, comme c'est recommandé, appeler plusieurs personnes à un niveau supérieur au sien pour l’inviter à faire son travail mais je ne le ferai jamais pour ne pas lui donner le plaisir de les entendre demander un service surtout pour une broutille pareille à savoir bien vouloir signer les documents qui végètent sur son bureau.

Cette incompétence est un danger pour l’Etat. Ce comportement ternit la rigueur de l’administration à ce niveau de responsabilités alors que le personnel qui dépend d’elle travaille correctement. C’est scandaleux. Cette dame est payée avec nos impôts, on paye nos impôts et on doit poireauter 10 voire 15 jours ou plus pour recevoir un banal document afin d’être nous-mêmes payés. 

Il est temps de mettre de l’ordre dans ces services surtout pour les petits documents en fin de circuit qui ne nécessitent qu’une signature. Impossible aussi de prendre un RV avec la DG quel que soit votre problème qui que vous soyez ! Il faut la connaître ou connaître quelqu’un qui la connaît sinon on vous invite à venir le mercredi, jour des audiences chez la reine si vous arrivez à vous faufiler jusqu’à elle grâce à tout votre carnet d’adresses.

C’est regrettable car cela freine l’activité économique et rien que cela c’est une faute professionnelle majeure. On peut être protégé à un haut niveau, avoir de hautes responsabilités et ne pas le montrer, rester humble et travailler correctement. Ce n’est pas le cas, c’est tout l’inverse…

lire la suite cliquez ici

A.O.S.A
chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche