. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

KANE Hamidou Baba (KHB) pouvait être sauvé !

Lundi 3 Janvier 2022 - 14:37

Cela fait une semaine que KANE HAMIDOU BABA (KHB) n’est plus de ce monde et je m’exprime maintenant par respect à sa mémoire et au deuil que la majorité de mes compatriotes sont en train d’observer. Je sais aussi que certains n’ont pas encore fini de sécher leurs larmes mais il est de mon devoir de relater ici les derniers instants que j’ai vécu avec KHB à l’hôpital « VETHIAS SANTA CATALINA » de LAS PALMAS. Je sais que le titre surprendra plus d’un car on me dira que c’est en déphasage avec la religion qui prône l’acceptation du sort qui nous est réservé par la volonté divine et avec notre culture du « KERSSA », du « RESPECT » qui nous empêche de heurter la conscience collective.

Toujours dire les choses avec diplomatie en ménageant les aînés. Je dirai que c’est quelque part une culture d’hypocrisie car on dit toujours tout bas ce qu’on a honte de dire tout haut. Certains diront que c’est prématuré de situer des responsabilités sur la disparition de KANE HAMIDOU BABA.
 
Je m’exprime parce que je le lui dois pour 4 raisons : je suis l’un des derniers à l’avoir vu vivant, l’un des derniers à avoir discuté avec lui sur les circonstances de son accident et de son évacuation tardive, le dernier à l’avoir dit au revoir dans la chambre mortuaire où il attendait qu’on lui fasse la toilette funéraire et pour préciser surtout : qu’il est mort d’un arrêt cardiaque et non d’une hémorragie interne comme certains le prétendent. Le rapport du médecin légiste l’a confirmé le lendemain de son décès. J’étais à LAS PALMAS avec lui pour le soutenir. On est arrivé le même jour. C’était un devoir pour moi de le faire :

d’abord c’est mon oncle maternel (un père pour moi) et c’était une reconnaissance à son égard vu tous les sacrifices qu’il a fait pour nous depuis notre tendre enfance jusqu’à l’âge adulte. C’est lui qui m’a trouvé une inscription et une bourse au Maroc en 1988 et c’est lui qui a été mon premier employeur avec son entreprise de pêche artisanale « Les Etablissements OCEAN » qu’il avait créée en 1992.
 
Le décès de KHB devait susciter des questions essentielles pour pouvoir faire de deuil. A ce jour, ni la classe politique, ni sa famille proche ne s’interrogent sur sa disparition subite. Je crois qu’avant de lui rendre hommage ou faire des oraisons funèbres, il fallait d’abord chercher à savoir les circonstances du décès. Il nya pas lieu de se précipiter pour faire des hommages et revenir après faire des blagues en disant que c’est sa forme de thérapie. Pour moi, ce n’est même pas respecter la mémoire du défunt. C’est la raison pour laquelle je suis rare dans les réseaux sociaux. Certains n’écrivent que pour faire du BUZZ ou pour exister car ils n’ont rien d’autre à faire que ça. Mais, il faut écrire utile. Il faut des écrits avec une valeur ajoutée pour la société. Je rends ici un hommage au Professeur SOW Samba qui a eu la présence d’esprit de garder ses écrits jusqu’à un moment opportun. Chaque mauritanien, de quelque bord qu’il soit, a eu directement ou indirectement une trajectoire avec KHB dans la confrontation des idées. Même ceux du pouvoir dans le cadre des journées de dialogue politique ou national ou des journées de concertation.
 
Voilà les questions que j’ai posées à KHB quand je l’ai vu. Il avait 6 fractures à la jambe gauche, une à la jambe droite et 5 côtes fracturées. L’opération a duré 8heures dont 2 heures d’observation. Qu’en est-il de ses premiers soins reçus à l’Hôpital militaire ? Comment les professionnels de santé de l’Hôpital ont pu bander le pied qu’il soupçonne d’être fracturé avec du sable dedans ? Même un profane désinfecte d’abord une blessure avant de mettre un bandage non ? Comment se fait-il que les chirurgiens espagnols aient détecté 6 fractures sur la jambe gauche or que, à NOUAKCHOTT, on parlait d’une seule fracture ? Pourquoi KHB se plaignait de douleurs au niveau de l’autre jambe et les médecins mauritaniens lui disent qu’il n ya pas de fracture sur celle-là et que c’est dû à son immobilisation prolongée ?

Comment se fait-il que KHB dise qu’il a mal aux côtes et les médecins mauritaniens en concluent que c’est à cause de sa ceinture de sécurité. La réponse que KHB m’a donné est que ce n’est parce que les médecins sont incompétents. Ils connaissent bien leur métier mais c’est de la négligence. Il me dit qu’on en reparlera quand il sortira de l’hôpital. Pour le moment, il me demande qu’on remercie DIEU. KHB a révélé aussi qu’il y’avait un infirmier à NOUAKCHOTT qui venait nuitamment lui administrer des doses de piqures et il ne savait pas si cela faisait partie du protocole. Il a fallu qu’il demande à la Direction de l’hôpital qu’il ne veut plus que ce dernier lui administre ce produit. Je me demande aussi pourquoi depuis lors, on ne l’a pas sorti de là. Ma surprise vient aussi de l’entourage politique et familial qui, à aucun moment, n’a alerté et pris une décision capitale de le sortir de là. Il a fallu que ce soit lui, en tant que patient souffrant qui décide de la révocation de cet infirmier.
 
Autre question : pourquoi tous ces reports de son évacuation ? KHB est accidenté la nuit du Samedi 11 Décembre et n’a été évacué que le 22 DECEMBRE ; soit 11JOURS après. Le premier prétexte de l’échec de l’évacuation du Mercredi15 était que l’avion était trop petit et ne peut pas transporter une civière. Donc, on ne savait pas depuis le début qu’il ne pouvait pas voyager assis ? Suite à cela, Mamadou TALL, le chargé de la communication de la CVE contacte une compagnie espagnole avec un avion médicalisé. Cette compagnie dit attendre seulement le signal des autorités pour venir chercher KHB. Il en parle à KHB et l’entourage immédiat mais, aucune réaction, aucune décision. On préfère attendre un avion affrété par l’Etat. Mais pour quelle raison ?

Pourquoi ne pas l’amener à DAKAR pour les premiers soins ? KHB est diabétique et il nya pas de diabétologue qui est venu le voir. Il a fallu que ce soit lui qui rappelle aux médecins : « Mais je suis diabétique, il me faut un diabétologue ? » a til dit. Ils ont ramené un diabétologue la veille de son départ à LAS PALMAS. Ce dernier était dans tous ses états et il disait pourquoi on ne lui a pas prévenu à temps ? Après MERCREDI 15/12, deuxième report au DIMANCHE 19/12 avec un avion de grande ligne plus grand que le Chef de l’Etat avait amené en TURQUIE. On était confiant qu’il partirait DIMANCHE car le PRESIDENT de la République est rentré le Samedi. Mais OUPS ! Rebelotte, l’avion a un problème technique et on ne sait pas lequel. Il faut attendre Lundi 13. Encore un échec.

Mardi, depuis son lit d’hôpital, il prend les choses en main et appelle la Présidence et finalement, un avion médicalisé est affrété pour MERCREDI 22/12 à 14H. Finalement, il ne viendra pas à 14H car la Mauritanie n’a pas donné l’autorisation de survol de son territoire. Nya t’il pas une entreprise de sabotage derrière ? En tout cas le doute est permis.
 
Après toutes interrogations, nous, en tant que famille devons faire notre mea culpa. Pourquoi un des frères de KHB n’est pas parti à son chevet pour coordonner avec PEYA les opérations d’évacuation ? Pourquoi nos médecins n’ont pas demandé le protocole médical ? Pourquoi l’opposition ne s’est pas interrogé et exigé qu’on le sorte de cet engrenage ? C’est juste des questions que je me pose sans porter un droit accusateur sur personne. Je crois que les Politiciens proches de KHB ont tellement voulu gérer ce dossier à leur niveau et ils ont tué toute initiative individuelle qui ne serait pas l’évacuation de KHB par l’Etat. Certains politiciens d’ailleurs en ont profité pour faire de la récupération en inondant les réseaux sociaux de photos de KHB dans une ambulance même, en diffusant des audios pour dire qu’il est entre de bonnes mains et qu’il remercie le Président d’avoir pris en charge les frais. C’est pourquoi je comprends quelque part la distance que certains ténors de la Politique ont adopté. Ils ne veulent pas se mêler.
 
Si KHB nous a quitté, c’est parce que tout ce qui devait être fait n’a pas été fait. KHB ne demande pas des hommages car, en chacun de nous, il ya du KHB. Réclamons d’abord la vérité et toute la vérité et ne soyons pas naïfs. C’est dans les mêmes conditions que nous avons perdu Feu Saidou KANE/Moustapha Boly. 15ans après on nous refait le même coup et on nous demande de croire en DIEU et passer l’éponge.
 
Aujourd’hui, la Direction de la CVE et la famille veulent se presser de faire un communiqué pour remercier l’Etat et passer sous silence toutes ces failles et ces incompréhensions. A travers nos hommages, l’Etat veut nous faire oublier KHB et refermer vite cette parenthèse.
 
Je comprends qu’au début qu’on soit tous emportés par la tristesse, l’émotion, mais n’occultons l’essentiel qui est de demander la vérité d’abord.
J’adresse mes condoléances à tout le peuple mauritanien et que KHB repose en paix. Amine.
Habiboullah KANE

source Kaw Touré FB
chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 26 Janvier 2023 - 13:38 Entre Nous /Sneiba El Kory

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche