. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Élections parlementaires : scénarios possibles..

Samedi 24 Juillet 2021 - 16:04

En octobre 2023, les prochaines élections législatives devraient être organisées, un timing qui n'est pas nécessairement dans l'intérêt politique du président de la République, pour au moins deux raisons :
Premièrement, car la campagne législative sera inévitablement jetée sur les présidentielles de 2024, car les six mois qui séparent les deux campagnes ne suffisent pas pour que les blessures soient guéries et que les équipes retournent à la majorité.
Deuxièmement, il est connu que la majorité des députés de la majorité ne doivent pas la loyauté au Président de la République, mais seulement pour leurs intérêts étroits. La preuve en est que la majorité d'entre eux ont signé la pétition pour réclamer un troisième mandat de l'ancien président, le même président qui a voté pour son poursuite judiciaire une fois qu'il a quitté le jugement. Par conséquent, il est possible de dire qu'un député, s'il a un siège de cinq ans à partir de la fin de 2023, ne se fatiguera certainement pas dans une campagne qui commencera trois mois après cela.
Sur la base de ce qui précède, le Président de la République doit changer l'histoire des élections parlementaires, en retard ou en retard, ce qui nous met devant trois choix stratégique sans quatrième :
Démission du Président de la République
Ils sont programmés deux ou trois mois avant les élections parlementaires, où le président du Parlement actuel assume temporairement la présidence de la République, autorisé à organiser des élections présidentielles prématurées, ce qui est presque impossible, parce qu'il comporte un risque non garanti, et cela signifie un sacrifice Le président actuel a une année entière de sa mission, soit 20 % de son programme électoral.
Report des élections parlementaires
Cela nécessite un vote unanime des députés actuels, ce qui est relativement difficile. Si nous supposons que tous les députés de la majorité voteront oui, rien n'est garanti par les députés de l'opposition. En outre, même si un dialogue national était organisé et que la majorité pouvait convaincre l'opposition de voter oui dans les sorties du dialogue, ce vote sera devant l'opinion publique comme si c'était un pot de vin pour les députés : ′′ Votez oui et vous obtiendrez une année supplémentaire ′′ ?
Je peux dire que les députés comme le fils de Sayed Mouloud, l'Aïd, Anissa, Saadani, le fils de Mouloud et le fils de Cheikh Muhammad Fadel et d'autres.. n'accepteront pas cette corruption masquée.
La troisième et dernière possibilité reste :
3-dissoudre le parlement
C ' est l'un des pouvoirs que la Constitution confère au président de la République, ce qui signifie organiser des élections législatives prématurées, à un moment précis par le président, et la plupart du doute qu'elles seront au milieu de la commande, c'est-à-dire avant la fin de l'année en cours ou début 2022 Au-delà des appréciations.
Il y a quelques jours, le parti au pouvoir a informé ses cadres d'une réunion qui sera organisée le 29 juillet, ceux qui connaissent les cachets des choses disent que ce sera une réunion préparatoire pour le dialogue national qui sera organisé immédiatement après les vacances du gouvernement.
La dissolution du parlement sera-t-elle parmi les résultats de ce dialogue ?

Hacen Lebatt FB
chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche