. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Tout s'explique : Jemil Ould Mansour guerrier, fils de griotte, ex-mari d'une forgeronne...

Dimanche 5 Février 2017 - 19:47

Tout s'explique : Jemil Ould Mansour guerrier, fils de griotte, ex-mari d'une forgeronne...

Voilà pourquoi le parti islamiste Tawassoul est si proche des minorités toujours prêt à défendre l’IRA et toujours partant pour soutenir les FPC, ex-Flam. On vient de me raconter l’histoire  de la tête du parti islamiste Tawassoul. Comme bien des mauritaniens, c’est un personnage de roman quand on voit où il a grandi, sa trajectoire privée pour finir à la tête d’un parti islamiste dit modéré jusqu’à l’affaire Mkheitir où Jemil a été d'abord parmi les plus radicaux estimant à propos de la condamnation à la peine de mort que Mkheitir a eu ce qu’il mérite.

 

 

Depuis Tawassoul, surtout Jemil, est en retrait dans cette affaire. Si on a vu quelques drapeaux de Tawassoul manifester chaque vendredi avec le mouvement «  Al Nousra » qui ont réussi à faire fuir en avant la cour suprême, jamais Jemil Ould Mansour n’est venu à la tribune soutenir le mouvement…  Pourquoi alors Jemil a été aussi véhément contre mkheitir alors qu’il est modéré sur bien des sujets surtout que le dossier Mkheitir, selon certains oulémas et bien des juristes, ne méritait pas toute cette hystérie ?

 

C’est là que les liens de Jemil avec la caste des forgerons interviennent. Il se devait de bien condamner le forgeron pour ne pas qu’on l’accuse d’être modéré à cause de secondes noces.  

 

 

L’histoire est simple : Jemil est du côté paternel d’une tribu guerrière du Trarza mais pas dirigeante. Sa mère est une griotte au sens premier du terme issue de la famille des griots de l’émir du Trarza. Il a donc grandi au milieu «  des armes et de la musique ». Rien ne le prédestinait à devenir le chef d’un mouvement islamiste tel qu’on l'imagine aujourd’hui.


Avant Tawassoul, il appartenait à la branche éclairée dite de gauche des étudiants islamistes du mouvement HASM  « Haraka Al Islamiya fi Mouritania ».  Il a alors rencontré une femme islamiste comme lui, éduquée que la grille féodale étiquette forgeronne comme son père.  Il l’a épousée et devint polygame comme bien des islamistes de nos jours.

 

Mais, hasard du calendrier d’une trajectoire dans un milieu conservateur, il  a divorcé de l’épouse forgeronne avant de prendre la tête du mouvement islamiste. Certains estiment sans preuve qu’il ne pouvait pas être à la tête du mouvement islamiste en ayant une épouse que les séquelles de la culture maure féodale encore si vivaces de nos jours étiquettent comme « forgeronne » quand on sait que chez ces gens-là les forgerons sont accusés d’être d’origine juive et de porter malheur.

 

C’est d’ailleurs cette terrible littérature et ses mythes qui ont fait perdre la tête de Mkheitir et l’ont rendu complexé jusqu’au délire.

 

En ce qui nous concerne : Dieu sait que pour nous ces castes ne représentent rien sinon des séquelles archaïques d’une culture qui tourne en rond mais on ne peut pas s’intéresser à la Mauritanie d’aujourd’hui plus tribalisée que jamais, de plus en plus archaïque, communautariste sans noter les rapports des uns et des autres avec cette grille de lecture.

 

Pour ma part, savoir que le chef de Tawassoul,  Jemil Ould Mansour est fils de « griotte », et ex-mari d’une « forgeronne » bien qu’étant lui-même guerrier, cela me rend le personnage que plus sympathique et le mouvement Tawassoul plus digne d’être effectivement appelé islamiste modéré.


La sortie de Jemil dans l’affaire Mkheitir rappelle la sortie de plusieurs ténors de l’UPR contre la France et la langue française alors qu’ils portent des noms bien français. C’est un prix à payer semble-t-il pour que la communauté ne les taxe pas d’être du côté soit d’une alliance matrimoniale ou même sanguine. 

 

Ce que nous disons aujourd’hui n’est un secret  que pour le monde francisant. Le monde arabisant connaît toutes ses histoires qui prouvent encore une fois que la Mauritanie d’hier est une Mauritanie métisse où les chefs épousent des griottes et les guerriers des forgeronnes car toutes ces étiquettes d'un autre temps étaient presque enterrées jusqu’à ce que des esprits archaïques remettent le tribalisme et les castes à l’ordre du jour pour encore diviser les maures après avoir divisés les mauritaniens.

 

Nous autres journalistes nous nous devons d’éclairer les francophones  qui représentent encore avec les bilingues une certaine élite même si elle est de plus en plus éloignée du pouvoir désormais proche des archaïques qu’on appelle conservateurs au sens féodal du terme. Géographiquement la passation de pouvoir au niveau de l’élite correspond m’a-t-on expliqué à des aires géographiques  qui ne laissent pas de doute quant à l’état d’esprit des uns et des autres. Ainsi si le révisionnisme à propos de la colonisation est aujourd’hui d’actualité ce n’est pas surprenant comme ce n’est pas surprenant que les hratines soient marginalisés quand on sait leur sort dans les adwabas dans certaines régions qui ont politiquement le vent en poupe.

 

Quant aux zouayas qu’attaquent Mkheitir, un ami m’expliquait qu’ils sont en fait très rares pour ne pas dire presque inexistants dans le mouvement public contre Mkheitir qui est surtout un mouvement dirigé par les Tolba. Chez ces gens-là, les zouayas représentent l’élite aristocratique de la pensée islamique en Mauritanie quand pour eux les Tolba auraient une éducation brillante mais à laquelle il manque la cerise sur le gâteau.


Pour preuve : l’avocat de Mkheitir, Mohamed Ould Moïne est un zaoui alors que son ennemi qui l’attaque dans les médias maître Sidi Moctar Ould Sidi comme le bâtonnier de l’ordre des avocats Cheikh Ould Hindi sont des Tolbe. 

 

 

Ceux qui ne sont pas maures ne peuvent pas comprendre à quel point la société est gangrénée par ces histoires de tribus de castes où chacun se croit une lumière et son voisin un âne. Chacun est plus noble que l’autre que chacun traite d’imposteur. Encore si  tous ces gens étaient les héritiers d'un empire sur 4 continents, du levant au couchant ou dépositaires d’une culture qui intéresserait le monde entier avec une architecture époustouflante.

 

Hélas, il ne s’agit que de nobles gens coupés du monde sur une zone désertique où seuls leurs fantasmes et leurs complexes remuent l’actualité. Tout le reste, la vérité est digne de l’état de la Mauritanie tel que tout le monde le connaît.

 

Il est temps que tous les mauritaniens toutes races confondues ayant un minimum de lumière arrêtent les guerres stériles qui pourrissent la vie de tout le monde et ne font rien avancer car jamais le pouvoir n’a politiquement reculé sauf face aux islamistes radicaux. Face à tous, ceux qui sont pour une  Mauritanie plurielle, un islam éclairé ont devant eux une force archaïque en puissance qui avance sans jamais reculer.

 

Ce n’est pas la force des amis de l’islam radical, il s’agit d’une force populaire de gens à bout qu'on peut comprendre, pauvres et exploités dans leur propre pays, incapables de communiquer avec l’étranger hors monde arabe qui les méprise. Il suffit pour s’en convaincre d’écouter la guerre au cœur du mouvement El Nousra quand l’un dit à maître Sidi Moctar «  vous qui vivez sous les climatiseurs… » alors que lui-même attaque les gens de tevrah –zeina pour savoir sur quelle bombe tout le monde est assis.

 

 

Conclusion : le régime actuel a un excellent bilan dans le domaine de la sécurité mais son bilan en termes de sécurité psychologique des mauritaniens est catastrophique. Ce n’est pas seulement la faute du pouvoir car il agit en fonction des forces qui se manifestent or quand la majorité est silencieuse, voilà ce qui arrive : la fuite en avant.

 

La liberté d’expression en Mauritanie est dévoyée à cause des attaques tous azimuts que reçoit quiconque s’exprime, les esprits les plus brillants et les plus modérés préfèrent de ne pas se mêler de qui secoue la plèbe sauf que l’atmosphère obscurantiste qui en résulte, tout le monde la respire.

 

Face à la responsabilité de chacun dans un processus démocratique même bancal, toute démission est coupable…

 

« La seule chose qui permet au mal de triompher est l'inaction des hommes de bien. » E.B

Vlane A.O.S.A

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une


Recherche

Pendant ce temps...