. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Sans Ghazouani, ce pays est fini : Aziz avoue être un populiste sans aucun courage politique…

Dimanche 25 Février 2018 - 14:42

En lisant l’interview d’Aziz sur Jeune Afrique, toute la politique intérieure d’Aziz est étalée. Il explique à propos de Mkheitir que le pouvoir a dû reculer à cause de la volonté du peuple souverain suivant une formule d'écolier « le peuple a voulu qu’il en soit ainsi et les lois sont l’émanation du peuple ». C’est pire que la justice de la rue sachant que cette justice allait en l’occurrence contre les lois de la république islamique de Mauritanie à telle enseigne que l’ex-ministre de la justice a annoncé vouloir changer la loi pour en finir avec la prise en compte du repentir dans ce genre d’affaire.
 
 

En plus Aziz a menti en disant que 90% de la population de Nouakchott est sortie car il ne s’agissait que de quelques milliers de personnes selon les images disponibles moins de 10.000 malgré des années d’embrigadement sachant que la population de Nouakchott se situe autour du million. En plus quasiment tous les ténors de cette mouvance prônant la justice de la rue ont eu des démêlés avec la justice comme le fanatique maître Sidi Moctar qui a fini,  sur des questions financières,  par s’en prendre à ses partenaires du mouvement El Nosra qui réclame la mort de Mkheitir ; l’ordre national des avocats a fini par le suspendre 2 ans sachant que le bâtonnier appartient à  la mouvance El Nosra.

Sans oublier que le célèbre Cheikh de cette mouvance vient de se repentir pour avoir fait des montages financiers estimés à plusieurs milliards qui risquent de ruiner bien des mauritaniens assoiffés de profit sans parler des marchés de l’immobilier, du bétail qui ont vacillé à cause de ses pratiques présentées comme islamiques.
 
Peu importe. L’essentiel c’est qu’Aziz a avoué publiquement que c’est la justice de la rue qui décide de la justice de notre république islamique. Qui pouvait imaginer que l’homme fort de l’armée qui se dit prêt à combattre les djihadistes puisse tenir de pareils propos ?

Personnellement cela ne m’étonne pas. Aziz ne prend au sérieux que les gens décidés prêts à tout qui n’ont plus peur du pouvoir or dans cette affaire c’est l’arroseur qui risquait d’être arrosé. Si Aziz a reculé, c’est qu’il a eu peur c’est tout.  Il y a de quoi vu les audios qui ont motivé l’extradition de Abdallahi Ould Bouna pour ne citer que lui...
 
Aziz est un homme de paix qui fuit le danger et essaie toujours d’arrondir les angles. Il eût fait un excellent diplomate. Il ne veut pas d’ennemis mortels. Ce n’est pas le général Al Sissi ou d’autres qui prennent leurs responsabilités risquant leur propre vie. Il a fait deux mandats en ménageant tout le monde, en étant l’homme de tous sauf que cela a des limites vu qu’à la fin toutes les forces sont renforcées même les plus nocives...
 
Cette philosophie lui a permis d’encaisser une liberté d’expression en Mauritanie sans enfermer les auteurs ni les torturer ni les faire disparaître comme cela arrive sous d’autres régimes de cette nature. Le problème c’est qu’en Mauritanie nous n’avons pas besoin de quelqu’un qui a peur de prendre ses responsabilités et gouverne pour protéger son pouvoir personnel car il n’a nulle part où aller avec tant d’ennemis puissants qui l’attendent.
 
Il doit rester au pouvoir c’est une condamnation à vie mais il va le faire le plus démocratiquement possible en respectant la constitution pour ce qu’elle vaut.

 

Pour ma part, j’ai longtemps cru que Ghazouani serait le suivant. Apparemment ce ne sera pas le cas. Ghazouani n’est pas intéressé soit pour de sages raisons personnelles soit parce qu’il craint lui-même des dossiers compromettants. Ce qui est sûr c’est que si Aziz a pu voyager comme il veut toute l’année c’est qu’il sait que l’armée est entre de bonnes mains soient fidèles soient neutralisées par une architecture particulière qui ne tient que par la convergence des forces vers lui.
 
Si Ghazaouni n’a jamais été mêlé officiellement à aucune affaire de celles qui ont défrayé la chronique azizienne pendant 2 mandats, ce qui est aussi valable pour bien des généraux, c’est qu’il doit avoir bien des qualités humaines et une finesse  d'esprit. S’il a parlé devant la TVM en français à l’ambassadeur de France à la réception des dons militaires c’est qu’il n’a pas l’esprit d’un ex-colonel Ould Baya qui au nom de l’histoire révisée s’en est pris aux Cheikh Sidiya et au trarza  avant de s’excuser.
 
Aziz a dit aussi qu’il n’y a aucun prisonnier politique en Mauritanie : Ghadda c’est quoi ? Peu importe, on n’est plus à compter les petits mensonges mais on aurait préféré en entendre de plus élaborés. Pour le reste quand Aziz dit qu’il va soutenir un candidat cela signifie de tout l’appareil d’état va soutenir ce candidat et quiconque ne le fera pas risque d’en subir les conséquences. Les fonctionnaires peuvent donc trembler sans parler des hommes d’affaires, le fisc veille…
 
Quant à moi, voilà ma position pour 2019 : si ce n’est pas Ghazouani, je ne ferai campagne pour personne et si c’est Ould Baya, je ne ferai pas campagne contre lui sans le soutenir non plus. Je m’abstiendrais. La Mauritanie avec le prochain candidat choisi par Aziz sera la suite des deux mandats que nous avons connus : les mauritaniens toujours de plus en plus divisés.

Une pensée à Ould Yali porté disparu...


C’est le destin de ce peuple d’éternels cobayes qui sont bien partis pour vivre en talibanie…

VLANE


Dans la même rubrique :
< >

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche