. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Le pétrole se replie, sans grande actualité

Mardi 18 Avril 2017 - 00:42

 Les cours du pétrole ont baissé lundi, les investisseurs prenant leurs précautions en l'absence d'actualité déterminante sur les perspectives de réduction de l'offre à travers le monde.


Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI), référence américaine du brut, a cédé 53 cents à 52,65 dollars sur le contrat pour livraison en mai au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a perdu 53 cents à 55,36 dollars sur le contrat pour livraison en juin à l'Intercontinental Exchange (ICE), les échanges étant considérablement réduits par le lundi de Pâques.

"Il n'y a rien eu de vraiment particulier", a résumé Kyle Cooper, de IAF Advisors. "C'est juste un repli après une belle avancée."

Après un trou d'air en mars, sur fond de doutes sur les chances d'une résorption de l'offre, les cours du pétrole ont enregistré un excellent début avril, mais il marquent le pas depuis quelques séances.

"Une telle correction est normale après une bonne performance", a insisté M. Cooper.

Les cours ont même tenté une incursion dans le vert peu après l'ouverture à New York, mais elle n'a pas duré et la prudence a finalement prévalu.

Parmi les moteurs possibles lundi, les cours du pétrole ont bénéficié "de chiffres meilleurs que prévu sur la croissance chinoise au premier trimestre", a remarqué dans une note Tim Evans de Citi.

La Chine, premier importateur mondial de pétrole, a enregistré une accélération de sa croissance trimestrielle, portée par un essor des investissements, et la production industrielle a notamment bondi.

- Production américaine -

Autre facteur favorable sur le marché, "une confiance de plus en plus générale quant au fait que les baisses de production par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) seront suffisantes" pour rééquilibrer le marché, a noté M. Evans.

Le cartel et ses partenaires, comme la Russie, s'imposent depuis janvier des plafonds de production, dont l'application est au moins prévu jusqu'à la mi-2017.

Certes, "le marché fait face aux incertitudes sur une prolongation des quotas de l'Opep", mais "le ministre iranien du Pétrole s'est prononcé ce week-end pour une prolongation et a rapporté qu'il en allait de même pour la majorité des membres", a rapporté James Williams, de WTRG Economics. "Donc c'est encourageant."

Les observateurs évoquaient aussi les déclarations optimistes d'Aramco, le géant pétrolier saoudien, sur le rééquilibrage du marché, Ryad étant l'acteur principal de l'Opep et le fer de lance des accords de limitation de la production.

"Mais chaque semaine, on prend aussi connaissance d'une nouvelle hausse de la production américaine", a nuancé M. Williams, y voyant un élément peu encourageant pour l'Opep et ses partenaires.

Jeudi encore, le groupe Baker Hughes a fait état d'une hausse hebdomadaire du nombre de puits en activité aux Etats-Unis, un indicateur avancé de la production.

"La tendance à la hausse des forages américains, comme de la production, continue à ralentir le rythme du rééquilibrage du marché mondial", a prévenu M. Evans. 

BAKER HUGHES

INTERCONTINENTALEXCHANGE GROUP


source (©AFP / 17 avril 2017 21h16)
 
chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une


Recherche

Pendant ce temps...