. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Le ministre de l'Intérieur Ould Merzoug à l'avant-garde de la lutte contre la pandémie du Covid-19

Mardi 15 Décembre 2020 - 20:44

Le ministère de l’intérieur et de la décentralisation compte imposer, selon une circulaire publiée le dimanche 13 décembre dernier, des amendes contre tout contrevenant du couvre-feu, instauré le même jour, à partir de 18h jusqu’à 6h.

 

Tout contrevenant sera verbalisé d’une amende allant de 500 à 10 000 ouguiyas, indique la circulaire précitée.

La circulaire adressée aux walis précise également que ces amendes seront infligées contre les rassemblements, quelque soient leur nature, conformément aux dispositions de l'article 09 de la loi relative au maintien de l'ordre, appelant l'État à appliquer strictement le contenu de la circulaire.

Qui est autorisé à circuler librement ?

Le ministère  a annoncé lpar es catégories exemptées du couvre-feu dont l’entrée en vigueur a commencé ce dimanche 13 décembre courant à 18h pour se poursuivre toute la nuit jusqu’à 6h, soit 12 heures sans bouger de chez soi.

 

Seul le personnel médical peut circuler librement, s’il est muni ses membres sont munis de cartes professionnelles, précise le Département.

 

 

Le ministère de l'Intérieur avait annoncé le dimanche dernier l’instauration d’un couvre-feu nocturne, s’inscrivant dans le cadre des mesures préventives prises jusqu’à présent par le gouvernement sans porter préjudice au social et à l’économique.

 

 

Mais le durcissement de ces mesures par les autorités supérieures du pays est toujours possible, puisque la Présidence de la République a indiqué dans un communiqué sur le sujet que «les actuelles mesures sont loin d’être notre arme la plus puissante face à la pandémie ».

 

Le palais présidentiel fait sans doute allusion entre autres mesures préventives à la fermeture du trafic routier entre les wilayas, le couvre-feu de 18h à 00h soit 6 heures de plus, la fermeture des marchés, de l’espace aérien et des frontières terrestres, dont la conjugaison avait  fortement porté préjudice aux activités sociales et économiques au cours de la première vague du Coronavirus.

taqadoum

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche