. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

" Je vivais avec eux sous l’esclavage, ils m’ont battue et j’ai fait tous les travaux ménagers sans repos et sans salaire "

Vendredi 6 Décembre 2019 - 22:48

Mabrouka Mohamed a attendu quatre ans pour que le pouvoir judiciaire règne à Nema, dans l’est est de la Mauritanie. La jeune femme, âgée de 29 ans, a porté plainte contre sa famille, qui l’a réduite en esclavage en 2015 et attend depuis la fin novembre.

L’homme qui pratiquait l’esclavage été condamné à 15 ans de prison et une amende de cinq millions d’Ouguiya,

Mabrouka est maintenant satisfaite de ce verdict.

« Je faisais partie de cette famille depuis mon plus jeune âge. Je n’ai pas reconnu ma mère, qui a appris par la suite qu’un membre de la famille s’était rendu dans un lieu que je ne connaissais pas. Je vivais avec eux sous l’esclavage, ils m’ont battue et j’ai fait tous les travaux ménagers sans repos et sans salaire. Ils ont enseigné à leurs enfants et ils ne m’ont pas appris. »

 

Liberté manquante
Après des années de souffrances, Mabrouka a décidé en 2015 de s’évader et a lancé ses jambes au vent menant vers l’inconnu. Sa recherche de la liberté l’a conduite à rejoindre un représentant de l’organisation des esclaves d’assistance dans la ville de Nema, la grâce, où sa vie a été différente.

La représentante de l’organisation dans la ville a pris son dossier en compte et a été informée par le procureur général, puis par le tribunal concerné par les affaires d’esclavage, suivi par des avocats spécialisés dans la défense des esclaves.

Mabrouka faisait partie des chanceux qui ont été condamnés en leur faveur, bien que des années plus tard, et un pratiquant d’esclavage a été condamné à 10 ans de prison et à une amende de plusieurs millions d’onces.

Mais Mabrouka Mohammed vit toujours une vie plus proche de l’esclavage dans l’est de la Mauritanie sans les éléments de base de la vie et sans voir sa mère, qui n’a pas revu depuis son enfance.

« Je ne connais pas mes frères, je ne sais pas où ils se trouvent », dit-elle.

Des lois perturbées
Le militant des droits humains Ali Bekai, de l’organisation SOS-slave, l’une des organisations de défense des esclaves les plus prestigieuses de Mauritanie, a déplu au traitement de la traite par l’esclavage, l’accusant de ne pas faire preuve de sérieux dans le traitement des pratiquants de l’esclavage.

Dans une déclaration à Al Jazeera, Al-Bakai a déclaré: « Rien que dans la cité de la grâce, nous avons environ 20 dossiers d’esclavage, appartenant à plus de 60 personnes, dont certaines sont toujours avec ses maîtres, et le système judiciaire n’a pas encore statué ».

Bien que la justice soit saisie de plusieurs dossiers, les organisations de défense des droits de l’homme hésitent à fournir des statistiques sur le nombre d’esclaves en Mauritanie, alors que l’État ne reconnaît pas leur existence en tant que pratique dans le pays.

Le procureur Abou Bakr Ahmedou al-Sheikh, qui faisait partie d’un groupe d’avocats défendant Mabrouka Mohamed devant le tribunal de grâce, a indiqué que la Mauritanie, malgré sa ratification de la loi contre l’esclavage et un crime contre l’humanité, ne manquait pas du délai de prescription, elle traitait des cas d’esclavage avec suspicion et d’accusations de défenseurs des droits de l’homme dans le cadre de l’affaire Il ne reconnaît que ce qu’il appelle les vestiges de l’esclavage.

L’avocat ajoute dans une déclaration à Al Jazeera que le pouvoir exécutif reste principalement responsable de la lenteur et du manque de sérieux et de ne pas traiter les dossiers d’esclavage, par le biais de son autorité sur le ministère public, à savoir le mouvement de plaidoyer public lors de la recherche initiale et la soumission des accusés après enquête et procès.

Les espoirs pour les
victimes de l’esclavage en Mauritanie espèrent que l’État mauritanien manifestera son intérêt pour elles en œuvrant pour changer leur réalité et pour les intégrer à la société et leur donner le droit de posséder des papiers civils, des commentaires, la santé et autres.

« Nous espérons qu’il y aura quelqu’un qui se souciera de nous et nous aidera à vivre », a déclaré Mabrouka Mahmoud. « La souffrance que nous avons connue ne peut être oubliée pour la vie ».

Le gouvernement du nouveau président, Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a créé un nouvel organe appelé Autorité nationale de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion (T’azur), destiné à remplacer l’ancien organisme Solidarité, créé pour lutter contre la pauvreté et l’esclavage.

Les défenseurs des droits de l’homme aspirent à ce que ce nouvel organe aide les familles de familles marginalisées qui ont souffert de l’esclavage et de ses séquelles et qui vivent dans des conditions difficiles. 

mauritanietoday.com

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche