. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Hodh El Gharbi :VSF et ODZASAM au chevet des plus vulnérables

Dimanche 18 Septembre 2022 - 12:01

Les Ongs VSF et ODZASAM, chargées de la mise en œuvre du Projet d’Assistance d’Urgence pour la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle à court terme, financé par la DG Echo de l’UE, sont de nouveau au chevet des ménages les plus vulnérablesau Hodh El Gharbi.
 

Il s’agit, concrètement, de la continuité des interventions périodiques qui rentrent dans  le cadre de l’accompagnement du  Programme National de Réponse (PNR) mis en place par les  pouvoirs publics, avec l’appui de  leurs partenaires techniques et financiers  pour atténuer, voire juguler, l’impact des conséquences de la période de soudure sur les populations les plus vulnérables en milieu rural.

Déclenchée en mai 2022, pour couvrir toute la période de soudure, cette assistance d’urgence qui consiste à des distributions mensuelles du cash inconditionnel couplées avec la viande, la farine enrichie et le déstockage profite à 1060 ménages.
 

Elle se poursuit dansla zone d’intervention du Projet c’est-à-dire au niveau des communes rurales  d’Agharghare et Laweynatt qui relèvent du département de Tintane et celles de Tinhimadet Egjert dans le département d’Aioun

Depuis le début du mois de septembre 22, des équipes conjointes de VSF et ODZASAM accompagnées des inspecteurs d’élevage et d’auxiliaires vétérinaires sillonnent le terrain pour une nouvelle distribution, la deuxième, du cash, de la viande et de la farine enrichie couplée au déstockage à raison de 5 à 9 kilos par ménage.

Cette seconde opération, qui s’est déroulée conformément au plan d’action, a permis la distribution de 1 539 450 MRU au profit  600 bénéficiaires à raison de la taille de chaque ménage.
 

M’barka, la cinquantaine dépassée, cheffe de ménage à Berelle, un village de la commune d’Egjert est l’une des bénéficiaires du cash et de la viande. Elle  n’a pas caché sa satisfaction au moment où elle perçoit l’aide, pour la deuxième fois. Cet argent, a-t-elle dit, m’a permis d’honorer mes engagements en s’acquittant, dans les délais, d’un crédit que j’ai contracté auprès du commerçant de la place. Et d’ajouter : « Mieux, cette distribution du cash et de la viande couvre environ 40% des besoins essentiels de la famille en nourriture, en cette période où les recettes tirées des revenus de l’agriculture et de l’élevage sont quasiment nulles».  Nous ne pouvons alors que remercier notre pays et saluer la générosité de ceux qui sont avec nous aujourd’hui, pour nous soulager en nous aidant à dépasser  cette situation conjoncturelle, selon ses propres expressions.
 

A propos de la composante déstockage, 12 centres d’abattage et de distributions de viande  ont été ouverts au niveau des communes d’intervention :Agharghar (3), Tinhimad (2), Laweynatt(4) et Egjert(3).

Ce volet déstockage a commencé par  l’achat de 500 têtes de petits ruminants, pas assez gras, chez des Eleveurs Très Pauvres (ETP) avec un coût global  de 1 500 000 MRU. Les animaux sont ensuite abattus dans de bonnes conditions hygiéniques et sanitaires et leurs viandes distribuées au profit de 500 ménages vulnérables repartis entre les communes d’intervention du projet.
 

Mohamed ElMoktar est un bénéficiaire du déstockage à Egjert. Il raconte sa petite histoire : La dernière fois, j’ai emmené ce moutonque vous voyez au marché hebdomadaire d’Egjert, les courtiers ne m’ont pas donné le prix auquel je m’attendais. Pour ne pas revenir bredouille à la famille, j’ai payé sur crédit, des denrées alimentaires chez un commerçant.Heureusement, mon retour, j’ai trouvé l’équipe du projet qui a acheté l’animal à un prix raisonnable : 3 000 MRU. Soulagé, il a précisé qu’avec ce montant, il peut payer le commerçant et faire de petites économies.
 

Il est peut être important de rappeler qu’une troisième distribution du cash, de la viande, de la farine enrichie couplée au déstockage est inscrite au programme des activités du projet.
 

Par ailleurs, ces équipes conjointes de VSF et ODZASAM accompagnées des inspecteurs d’élevage et d’auxiliaires vétérinaires ont saisi l’opportunité du déplacement pour la sensibilisation sur  la fièvre de la Vallée du Rift dont certains foyers sont apparus au Hodh El Gharbi, dans les communes de Hassi Abdellah et N’savenni. Mieux, le représentant de VSF en Mauritanie est à pied d’œuvre pour la mobilisation des pouvoirs publics  et des partenaires en vue d’apporter, sans tarder, une réponse pour contenir la propagation de la maladie.

             Moustapha                                                        Cp Hodhs

lecalame

chezvlane

Dans la même rubrique :
< >

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g





Rubriques à la une

Recherche