. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Découverte à Nouakchott des tombes des victimes " du coup de Néma " en 1962

Lundi 11 Décembre 2017 - 20:51

Le lundi 11 décembre 2017, a  été annoncé, après des décennies d’attente,  le lieu d’inhumation des corps des victimes  « du coup de Néma de 1962″ : Maaly Ould LehbibEl Ghowzth Ould Sidi et Cheikh Ould El Vadel , .

Les autorités officielles ont toujours refusé de révéler l’endroit où les victimes ont été enterrées après leur exécution par le régime du président Mokhtar Ould Daddah, que Dieu ait pitié de lui.

Les familles ont été informées que le cimetière où sont enterrés leurs proches , est situé dans la zone   « Ribat El Bahr »,  située entre Nouakchott et l’aéroport d’Oum Tounsy, après que ce périmètre ait été transformé en zone touristique qui sera pleinement exploitée.

Maaly et ses camarades ont été fusillés par un peloton d’execution dans la capitale Nouakchott,sous pretexte qu’ils sont  les auteurs de la fameuse opération de Néma, au cours de laquelle  trois officiers françaisont été tués , dans la nuit du 29 mars 1962.

Maaly Ould Lehbib   et son compagnon El Ghaowth Ould Sidi  pratiquaient le commerce à Néma, ils ont été  accusés d’être derrière l’opération, en raison de leur appartenance à l‘aile civile opposée à la présence des Français en Mauritanie.

Le régime de Mokhtar Ould Daddah allait exécuter plus de 10 résidents  de Oualata sur propostion du  tribunal militaire français qui gerait le dossier , ce qui a été contesté par le ministre Bouyagui Ould Abidine,  qui a exigé que le dossier soit traité par un tribunal Mauritanien.

Le régime a accepté la demande, en raison de  la colère grandissante des populations , de la severité du  verdict du tribunal militaire français mais surtout   l’insistance et fermeté  du leader du mouvement (d’opposition) Nahda, le ministre Bouyagui Ould Abidine.

Ahmed Ould Bah a assumé le poste de procureur de la république dans la nouvelle cour, poste par  lequel il a exigé l’exécution du Cherif de Oualata , pretextant  qu’il était le père spirituel du mouvement de protestation montante.

Le tribunal a approuvé la peine de mort decidée par le tribunal militaire français de Maaly , El Ghowth et Cheikh et condamné le jeune frere de Maaly,  Leanaya Ould Lehbib à vingt ans de  travaux forcés .

Maaly Ould Lehbib et ses compagnons  sont accusés d’avoir planifié   l’opération de Néma qui a ciblé une cérémonie nocturne qu’assistaient de nombreux officiers français et qui se déroulait en présence du gouverneur Mauritanien de la région, cousin du président, Mohamed Ould Mouloud Ould Daddah, et le lieutenant Maaouiya Ould Sid Ahmed Ould Taya, qui a dirigé le pays de 1984 à 2005.

L’attaque a commencé immédiatement après le retrait de la délégation mauritanienne, par le  lancement d’ une bombe au milieu  de la cérémonie, suivi de  tirs intensifs avec des fusils modernes.

Source : http://zahraa.mr/node/14802

Traduit par Adrar.Info


CHERCHEUR MAURITANIEN:L’AUTEUR DU « COUP DE NÉMA 1962″ A ÉCHAPPÉ À LA JUSTICE MAURITANIENNE, IL VIT ACTUELLEMENT EN EUROPE

 

Le chercheur mauritanien Sid’ Amar Ould Cheikhna a déclaré que l’exécuteur de l’opération de Néma en  1962 ,a échappé à la justice en Mauritanie et qu’il réside maintenant dans un petit pays européen après avoir émigré du Royaume du Maroc.

Ould Cheikhna a écrit , dans un post publié le lundi 11 décembre 2017 : « A l‘occasion de la découverte des tombes du chérif Maaly Ould Lehbib  et ses compagnons , condamnés à mort et exécutés pour participation au coup de Néma en mars 1962, je tiens à souligner que j’ai  récemment obtenu des informations fiables et détaillées, confirmant l’innocence du groupe qui a été éxeécuté et notamment Maaly Ould Lehbib  qui était à l’époque membre du parti du peuple Mauritaniebn  au pouvoir en vertu de l’accord politique conclu entre son parti Nahda, le parti des socialistes et l’Union Nationale« .

Ould Cheikhna a ajouté « L’exécuteur de l’opération de Néma est un Mauritanien du Hodh Echarghi , vivant actuellement dans un petit pays européen vers lequel il a émigré à partir  du Maroc au milieu des années 1960″.

Il a conclu en disant que « les moyens alloués aux   enquêtes  pendant cette période,  étaient faibles et ont conduit à l’assassinat de personnes innocentes. L’Etat dans cette période a été victime de mensonges  ou de fausses rumeurs pour couvrir son incapacité et essayer de montrer sa force au détriment du droit et de la justice.

La preuve  de l’existence de choses malhonnêtes dans le traitement de ce dossier , était l’exclusion , d’une personne denomméé Ould Beu, condamnée à mort, suite  à une  intercession de dernière minute .  »

Source : http://zahraa.mr/node/14803

Traduit par Adrar.Info

chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche