. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Ahmedou Ould Abdallah à Biladi : «J’en appelle à tous pour renforcer et non fragiliser notre identité nationale»

Mardi 14 Mars 2017 - 03:31

Ahmedou Ould Abdallah à Biladi : «J’en appelle à tous pour renforcer et non fragiliser notre identité nationale»
Notre compatriote AhmedouOuld Abdallah, qui vient de publier ses mémoires dans un livre captivant : ‘’Plutôt mourir que faillir’’, est particulièrement inquiet par la perspective de changement de certains symboles de l’Etat qu’il a vu naitre. Particulièrement le drapeau. D’habitude réservé par rapport à la politique intérieure, il est hostile à toute modification des symboles d’un Etat encore fragile. Il a accepté de répondre aux questions de notre journal, Biladi.
 
Biladi : La chambre basse du parlement a adopté la semaine dernière les très controversés amendements constitutionnels dont le changement du  drapeau qui vous tient apparemment à cœur. Quelle réaction ?
 
AhmedouOuld Abdallah : Vous avez raison. Comme un très grand nombre de mes compatriotes, ce débat, et plus précisément celui relatif à la modification du drapeau, notre emblème national, me tient particulièrement à cœur. Cela pour plusieurs raisons.
 
 
 
Cependant et avant d’aller plus loin, je voudrais préciser quemon point de vue  n’a aucune connotation partisane.
 
Il s’agit d’attirer l’attention de tous les mauritaniens, civils et militaires, et en particulier celle du gouvernement, sur les implications proches et lointaines du changement des symboles de l’Etat, dont le drapeau. Le présent et le futur identitaire de la Mauritanie, comme de nombreux autres pays, doivent être maniés avec une extrême précaution. Il ne s’agit pas de jouets.
 
Premièrement, face aux multiples défis intérieurs et sous-régionaux qui sont bien réels : la question sécuritaire, le chômage des jeunes, les relations entre les communautés, les castes et les régions, l’urbanisation rapide du pays y compris le besoin de transformer la capitale en véritable ville moderne, la dégradation de l’environnement, modifier le drapeau n’est nullement prioritaire. Cette modification n’est pas non plus opportune en particulier du fait des couts financiers qu’elle va impliquerafin de répondre aux nouveaux besoins civils et militaires qu’elle engendrera si elle est exécutée.De plus, il faudra y habituer nos citoyens et le reste du monde.Par ailleurs, elle est discourtoise, car nous allons amener de nombreux Etats -en particulier les voisins et amis- à fabriquer de nouveaux drapeaux pour les visites officielles et conférences internationales. Tout cela pourquoi ? Surtout dans notre région-Maghreb et Sahel- où ce type de débat, qui est plutôt moyen oriental, n’a jamais eu sa place ?
 
Deuxièmement, et principalement, le drapeau, en particulier chez nous, est depuis plus de 60 ans, intimement lié à notre mémoire collective et notre identité nationale. Son format et ses couleurs -le vert et l’or- permettent de s’y identifier et de s’y reconnaitre. Ce drapeau n’appartient donc ni au nord ou au sud, ni à l’est ou à l’ouest du pays, ni à tel ou tel groupe de la nation ou régime politique. Parce qu’il est tout simplement mauritanien et donc le patrimoine de tous. Il est né avec le pays moderne.
 
Il fait partie de notre identité nationale que tous – majorité, opposition et autres citoyens- disent vouloir consolider et préserver.
 
Sur ce plan, je voudrais citer Amin Malouf, l’écrivain libanais bien connu. Son parcours intellectuel et l’histoire tumultueuse de son pays et de sa région – avec des troubles identitaires – donnent une grande légitimité à ce qu’il écrit : « On ne sait jamais où s’arrête la légitime affirmation de l’identité, et où commence l’empiètement sur les droits des autres ! … le mot identité commence par refléter une aspiration légitime et, soudain, il devient un instrument de guerre. »
 
Je suppose que le but du changement du drapeau est sincère et dénué d’arrières pensées politiques ou matérielles. Mais,comme le dit Maalouf, il faut éviter qu’un projet, même de bonne foi, devienne un instrument de guerre.
 
Avons-nous, plus de cent ans après le début des contacts formels avec l’extérieur, le droit de stigmatiser et de considérer que deux ou trois régions du pays, et leurs populations, sont coupables de collaboration avec une puissance étrangère ? Avons-nous le droit de laisser entendre que des mauritaniens le sont plus que d’autres ?
 
Non seulement ces affirmations et sous-entendussont inexacts mais, plus grave, ils sont dangereux et divisent en servant comme ‘’instruments de guerre.’’ Même s’ils ne le disent pas les changements proposés y poussent.
 
De fait, un Etat c’est aussi une mémoire. Sur ce plan, a-t-on pensé à tous ceux et celles (et leurs descendants) qui ont servi la Mauritanie sous ce drapeau ?
 
L’exécution de ce projet et les ressentiments qui s’ensuivront peuvent très rapidement devenir un instrument de confrontation aujourd’hui et surtout demain !
 
 
Biladi : Que faire maintenant ?
 
A.O.A : Le vote des députés a eu lieu. Les promoteurs du changement du drapeau peuvent en être satisfaits. Le Senat suivra avec un votequi peut mener soit à l’organisation d’un référendum soit à un vote par les deux chambres réunies en Congrès. Mon souhait est de voir ce processus s’arrêter avec le vote de la Chambre. Il a démontré la détermination des partisans d’un nouvel emblème. Ils peuvent alors fêter leur victoire et penser aux sujets qui préoccupent les citoyens.
 
J’en appelle à tous pour renforcer et non fragiliser notre identité nationale. Ce sujet de drapeau n’est pas un simple débat politique mais une question vitale pour le pays. Il n’est pas et ne peut être innocent quand bien même on veut qu’il le soit.
 
Une fois encore je rappelle que les tragédies du 20èmesiècle, avec la destruction et le démembrement des grands et petits pays, ont eu pour origine l’intolérance politique, l’affirmation des idéologies et la promotion de l’ethnisme.
 
Je rappelle aussi que le 21èmesiècle est celui du respect des différences et de la recherche du bien être pour tous. Un pays, qui a symbolisé la lutte contre les occupations étrangères, le Vietnam s’est battu de 1940 à 1980, contre le Japon puis la France, les Etats-Unis et la Chine. Il est aujourd’hui le partenaire en particulier de Washington pour la réussite de sa révolution économique et de sa sécurité maritime. C’est aussi cela l’histoire : comprendre et préparer le futur.
 
Propos recueillis par Moussa O. Hamed

source rmibiladi.com
chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | désintox | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une


Recherche

Pendant ce temps...