. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Une 1ère en Mauritanie : Mkheitir vient de subir la peine de mort médiatique

Vendredi 12 Juillet 2019 - 14:21

Mohamed Cheikh Ould Mkheitir
Mohamed Cheikh Ould Mkheitir
Jusque-là on ne connaissait de Mohamed Cheikh Ould Mkheitir qu’une photo ou deux. Les mêmes depuis 5 ans. En voyant apparaître hier à la télévision nationale le Mkheitir, chacun a compris le crime : personne n’aurait pu le reconnaître ! C’est donc avec une volonté manifeste de nuire, que le pouvoir l’a présenté à tous les foyers de Mauritanie, des villas à la hutte du pauvre.

https://www.youtube.com/watch?v=77kQM3d1vZE
 
Tout ça pourquoi ? La TVM est-elle un tribunal et le peuple son juge ? Même les violeurs et les assassins sont présentés de dos à la télévision, pourquoi faire subir cette peine à Mkheitir ? Pourquoi lui demander de se repentir alors que le régime Azizien vient de faire voter une loi qui n’a que faire du repentir en la matière, envoyant directement à la mort le condamné ? D’ailleurs pourquoi son repentir aujourd’hui, vaudrait-il mieux que son repentir d’il y a 5 ans avant d’être pris où il disait que personne ne respecte ni n’aime le prophète psl plus que lui mais que les zwayas vont tout faire pour manipuler ses propos et lui faire subir tout ce qu’ils peuvent comme cruauté ?
 
A quoi sert le Haut Conseil de la Fatwa qui ne s’est jamais exprimé sur cette affaire ? N’est-ce pas ce haut conseil qui aurait dû recevoir les oulémas pour parler de l'affaire et non Aziz qui n’a aucune compétence théologique mais qui a pourtant l’autorité et le pouvoir de renverser les avis de ces oulémas sur ce sujet en fonction de ses intérêts politiques du moment ?
 
Comment ces oulémas qui ont crié haut et fort que Mkhetir ne mérite que la mort au nom du rite malikite, peuvent-ils aujourd’hui accepter son repentir vieux de 5 ans ? Quant à Aziz, si des milliers de gens ne sortent pas dans la rue à l’annonce de l’acceptation du repentir de Mkheitir, cela vaudrait dire que les fanatiques obéissent surtout aux oracles Aziziens et ses oulémas. S’ils décident que quelqu’un mérite la mort, il doit être tué et si demain, sans faits nouveaux dans son dossier, ils estiment qu’il doit être libéré alors ce ne serait que justice islamique.
 
On peut dire, avec un faible risque de se tromper, que le régime Azizien est le père de l’obscurantisme de masse avec tous les moyens de l’état en se servant de certains oulémas afin que règne la terreur intellectuelle en Mauritanie. Au-delà de ses pouvoirs militaires, économiques, le voilà avec des pouvoirs religieux capables d’orienter le sens de la justice islamique en Mauritanie sans souci de cohérence ni de suivre la jurisprudence de l’islam des lumières alors même qu’il prétend combattre le terrorisme.
 
Au-delà du cas de la famille Mkheitir brisée jusqu’au père, ancien préfet, en exil désormais en France, Aziz aura réussi à montrer la nature des convictions des oulémas à son service. Là est peut-être la seule victoire de Mkheitir au cœur de son malheur.
 
Pour le reste, on peut se féliciter que Ghazouani n’hérite pas de ce dossier poisseux à tous les étages, infecté par Aziz et ses oulémas pour ne pas laisser l’opposition en profiter car même des esprits éclairés comme ceux de l’UFP ou du RFD ont hurlé avec les loups dans cette affaire, réclamant du sang ou une corde pour Mkheitir sans jamais, en 5 ans, que ses propos ne soient discutés pour ce qu’ils sont : une attaque surtout contre les zwayas qualifiés de caste religieuse cynique ayant fait main basse sur l’interprétation du coran au seul profit de leurs intérêts et non ceux de tous les musulmans mauritaniens notamment les forgerons.
 
 

Ironie du sort, le meilleur avocat des zwayas fut maître Mohamed Ould Moine, zaoui de son état et premier concerné par les insultes de Mkheitir car cet activiste est un forgeron de sa tribu avec des liens familiaux étroits. Le premier qui aurait dû être touché par les insultes de Mkheitir c'est maître Moine.
 
Maître Moine aurait pu, comme d’autres, rester en retrait et laisser ce jeune subir son sort, défendu par des pointures modestes ou d’une autre communauté que maure ; au lieu de ça, en noble de la tribu, il n’a pas voulu abandonner son forgeron aux autres tribus qui voulaient sa peau car au fond, tout cela est aussi une affaire tribale car certains estiment que seul un forgeron de cette tribu peut oser ces impertinences dans un arabe académique inaccessible au chef de l’état, au président de l’assemblée et au président du conseil constitutionnel…
 
Après la famille Mkheitir, maître Moine est celui qui paye le prix le plus lourd dans cette affaire juste parce que, contrairement à d’autres, il a refusé d’abandonné son client à son sort cruel. Peu de francophones le savent mais maître Moine en veut au alem Ould Dedew d’avoir d’abord cautionné sa démarche d’avocat dans cette affaire avant de le trahir car avant de s’y lancer, maître Moine avait requis l’avis de Dedew pour savoir si Mkheitir pouvait être défendu par un avocat musulman. Selon maître Moine, Dedew a validé sa démarche avant de le trahir quand l’affaire est devenue politique en plus d’une guerre tribale religieuse ; le laissant seul face à tous les fanatiques qui estiment que maître Moine serait l’avocat des idées du diable.
 
Toujours est-il que maître Moine a eu contre lui bien des barons de sa propre tribu, rien ne lui a été épargné pour le diffamer à la télé et sur internet pendant des années pour servir la propagande obscurantiste du régime azizien.
 
Il faut être musulman, maure et d’une grande tribu pour comprendre parfaitement la force qu’il a fallu à maître Moine pour encaisser tous les coups qu’il a reçus et qui continuent encore à pleuvoir car au fond, dans ce pays où l’hypocrisie est reine en concubinage avec la hassadité, on ne lui pardonnera jamais son courage intellectuel, son mérite d’avocat, la noblesse de sa démarche et la force de ses arguments.
 
Maître Moine est un personnage de roman, intellectuellement et religieusement trop cultivé pour cette époque où les cheikh Madoff se présentent comme défenseurs du prophète psl avec le soutien du pouvoir affairiste du moment. Un pouvoir qui aura fait main basse sur tout jusqu’à mettre à genoux même l'islam éclairé du terroir au profit d’un islam arrivage obscurantiste aux mains d’oulémas qui reçoivent de la présidence la science islamique venant d’un Aziz ou d’un autre pourvu qu’il ait les pleins pouvoirs.
 
Il faudrait écrire dans la constitution que le président de notre république islamique est le patron des oulémas...

Quant à Mkheitir, s’il quitte le pays, il fera entendre aux oulémas banaveu quelques vérités à propos de leur nature. Pourvu d’ailleurs qu’il ne se déclare pas athée sinon c’en est fini de maître Moine et tous ses soutiens innocents. De là qu’il est peu probable que le régime le laisse quitter le pays de sitôt. Il sera donc condamné à se cacher. Quant à maître Moine, il pourra par un livre, plein d’un humour maraboutique, immortaliser la responsabilité d’Aziz pour les générations futures... Heureusement pour son miroir, Aziz ne pourra pas lire car ce sera en arabe...

VLANE

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Août 2019 - 14:36 Est-ce trop demander à Ghazouani ?

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g



Rubriques à la une

Recherche