. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

SOS Esclaves plaide pour l’accès à l’état-civil des victimes de l’esclavage

Mardi 17 Août 2021 - 10:47

Les obstacles administratifs résultant de procédures complexes d’enrôlement à l’etat-civil ont été au centre d’une journée de sensibilisation sur la nécessité de l’accès à l’etat-civil aux victimes de l’esclavage tenue ce 16 août 2021 à Nouakchott. Organisée par SOS Esclaves, avec l’appui de l’ambassade des Etats Unis d’Amérique en Mauritanie, cette journée s’inscrit dans le cadre d’un projet global visant à permettre aux victimes de l’esclavage de disposer de pièces d’etat-civil.
 

Ont pris part à cette journée, le président de la Fondation Sahel Brahim Bilal Ramdhane, le secrétaire général de la CGTM Samory Ould Bèye, Mme Hapsatou Cheikh  Bocoum, représentante de la Commission nationale des droits de l’homme, des cadres de SOS Esclaves et le directeur adjoint des droits de l’homme Mohamed Ould Saleck. La séance était présidée par le troisième vice-président de SOS Esclaves, Abdellahi Ould Nagi. Dans son discours, il a rappelé la nécessité de faire enrôler les victimes d’esclavage et du reste de tous les mauritaniens non sans évoquer les actions entreprises par son organisation.
 

Une vaste sensibilisation est menée à cet effet avec les organisations de la société civile en prélude à un large plaidoyer qui sera mené par SOS Esclaves, Fondation Sahel, AMDH, AFCF, Kavana et la CLTM auprès du Chef de l’Etat, du premier ministre, du ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation et des chancelleries. Il s’agira d’interpeller les autorités à la nécessité d’assouplir les conditionnalités d’accès  l’etat-civil .
 

Les conditions d’enrôlement sont très drastiques voire  irréalisables, ont affirmé plusieurs intervenants lors de la rencontre. Selon eux, il urge de réparer ces anomalies qui menacent la cohésion sociale et entraînent un déséquilibre total. D’autant que de milliers de personnes sont aujourd’hui dans l’incapacité de se faire enrôler et sont inexistants, à l’état-civil.
 

De nombreux citoyens n’ont pas pu mener à bien  la procédure d’enrôlement biométrique à l’état-civil qui a débuté en 2011. La procédure complexe d’enrôlement à l’état-civil limite les inscriptions  de certains enfants à l’école publique et les empêche de passer des examens nationaux ou de profiter des opportunités offertes. La situation est plus dramatique pour les victimes d’esclavage. De nombreux cas ont été relatés durant la journée par les participants.

Face à cette situation, SOS Esclaves et ses partenaires projettent de mettre en ligne une pétition pour un assouplissement des  conditionnalités.

lecalame

chezvlane

Chroniques VLANE | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | Actualités de l'opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | TRIBUNE LIBRE | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g | TAAZOUR





Rubriques à la une


Recherche