. chezvlane



un grain de sable pour secouer la poussière...

Menaces hivernales au Guidimagha, les ONG tirent la sonnette d’alarme

Mardi 23 Juin 2020 - 08:23

Profondément endommagée et endeuillée lors de l’hivernage 2019, le Guidimagha entame une nouvelle saison hivernale particulièrement anxieuse, avec déjà un mort et des dégâts matériels dans une région qui ne s’est pas encore relevée des profonds endommagements subis l’année dernière. Les infrastructures ont été détruites, ponts, routes, radiers, puits, avec l’écroulement des établissements scolaires et l’enclavement de plusieurs villes pendant plusieurs mois, sans que les promesses de réhabilitation avancées par l’Etat n’aient été respectées, ni que la mémoire de plusieurs personnes tuées par les inondations n’aient encore été honorées. Face à ces défis posés par l’hivernage 2020, plusieurs ONG viennent de tirer la sonnette d’alarme adressée au Commissariat aux Droits de l’Homme, à la Société Civile et à l’Action Humanitaire, dont voici la teneur.

NOTES A L’ATTENTION DU COMMISSAIRE AUX DROITS DE L’HOMME, A LA SOCIETE CIVILE ET A L’ACTION HUMANITAIRE

La vulnérabilité de la Mauritanie aux aléas climatiques, aux événements météorologiques extrêmes et aux actions anthropiques l’expose constamment à des risques de catastrophes humanitaires dont plusieurs épisodes dramatiques ont marqué l’histoire récente du pays. Des inondations aux sécheresses, de la désertification aux invasions acridiennes, des feux de brousse à l’érosion côtière, des épidémies aux crises alimentaires ou aux déplacements massifs de population, la Mauritanie a profondément souffert des conséquences de ces aléas sur le plan humain, environnemental, économique et social.

Ainsi, la réduction des risques et la gestion des catastrophes sont devenues une préoccupation majeure des pouvoirs publics, mais aussi des communautés exposées et des nombreuses personnes affectées, de plus en plus exigeantes vis à vis de leur sécurité et de leur résilience face aux catastrophes.

La Wilaya du Guidimakha, à l’instar de maintes autres régions du pays est exposée depuis plusieurs années aux risques liés aux Changements Climatiques, alors qu’aucun dispositif institutionnel n’est mis en place pour les prévenir et anticiper sur les dégâts qu’ils peuvent engendrer.

L’année dernière, les pluies diluviennes survenues en septembre ont entrainé sur toute l’étendue du territoire régional une dévastation des infrastructures : ponts, routes, radiers, puits…, l’écroulement des établissements humains et causé la mort de plusieurs personnes, des animaux et le lessivage des champs agricoles.

Ces infrastructures n’ont été jusque-là réhabilitées, malgré les promesses tenues par les autorités. Cette situation risque fort de s’aggraver, dans la mesure où les services météorologiques prévoient des risques.

Déjà, un mort a été signalé dans l’après-midi de la journée du 20 juin à Hel Djom dans la Commune de Soufi, où des pertes matérielles sont aussi enregistrées.
Il urge la mise en place des comités régionaux de prévention et de veille des catastrophes naturelles pour amener les populations à faire face et riposter aux conséquences des chocs climatiques.

Ces comités serviront à faire la collecte et la remontée des informations sous l’égide des autorités. A cet effet, nous vous demandons d’instruire les walis pour mettre en place ces comités, car, il appartient aux autorités gouvernementales responsables de la coordination des interventions dans le cadre de catastrophes naturelles, ainsi que du renforcement des acquis dans le domaine de la résilience post-catastrophed’agir pour la planification, la distribution et la gestion de l’assistance humanitaire, et ce avant, pendant et après toute crise.

La capacité d’une NDMA à se préparer à une catastrophe et à y répondre avec efficacité dépend de la mobilisation et de la collaboration avec les acteurs humanitaires nationaux et internationaux.

Lorsque ces acteurs collaborent avec, ou coordonnent l’action d’agences gouvernementales, leur travail avec les standards en démontre clairement l’utilité et sert de plaidoyer auprès du Gouvernement pour que ce dernier les utilise.

Liste des OSC signataires

 FONADH Guidimakha
 Union des Coopératives des femmes du Guidimakha (UCFG)
 Association pour le Développement Intégré du Guidimakha (ADIG)
 Association pour une Initiative de Développement de l’Environnement (AIDE)
 Action pour la Santé et le Développement (ACSADE)
 Association Mauritanienne pour le Développement et l’Alphabétisation (AMDA)
 Association pour la Prospérité des Femmes du Guidimakha (APFG)
 Association Towvigh
 Association Mauritanienne pour la Promotion des Adolescents (AMPA)
 Association Les Amis de la Santé Avagh
 Association Elwava
 Groupe Recherche Action pour le Développement Durable (GRADD)
 Association Pour l’Education et Promotion Sociale (APEPS)
 Association Djalaw
 Association Nationale pour le Développement et la Biodiversité (ANDB)

lauthentic.info
chezvlane

chroniques VLN | énergie / mines | politique | économie | affaires religieuses | interview | société | communiqué | droits de l'homme | actu opposition | diplomatie / coopération | ONG / associations | justice | sécurité | international | sports | Syndicats / Patronat | tribune | faits divers | vidéos | rumeurs | ndlr | culture / tourisme | pêche | Santé | medias | conseil des ministres | actu.g




Banque Populaire de Mauritanie



Rubriques à la une

Recherche